Qui peut croire encore que le Mondial de foot n’est pas politique

par | 1 décembre 2022

… et à la fin ce sont les Tunisiens qui gagnent.

Qui peut croire encore que le Mondial de Foot n’est pas poli­tique, à l’i­mage de toutes ces grandes messes mon­diales comme le sont les Jeux olym­piques. On inter­dit la par­ti­ci­pa­tion de cer­tains pays comme la vilaine Russie, on boy­cotte cer­taines com­pé­ti­tions au gré des conflits de toutes natures qui opposent les grands empires mon­diaux. Dans ces condi­tions, rien de sur­pre­nant que le Qatar, confet­ti de sable sur­vi­ta­mi­né de gaz, se soit vu confier l’or­ga­ni­sa­tion de cette com­pé­ti­tion pipée par la FIFA. Les joueurs sont sur le ter­rain, for­ma­tion baby-foot 3−5−2, mani­pu­lés par les diri­geants aux manettes.
Babyfoot humain

Dimanche 27 novembre, les Lions de l’Atlas maro­cains ont bat­tu 2–0 les Diables Rouges belges, contre toute attente. Comme c’est bizarre. Cela n’a pas empê­ché les ambian­ceurs magh­ré­bins belges de semer la panique dans Bruxelles.

Mercredi 30 novembre, c’est au tour de l’EDF, Équipe de Fronce, d’af­fron­ter l’é­quipe de Tunisie. Attention, DANGER ! Il faut perdre. Pas ques­tion que la troi­sième mi-temps sac­cage les Champs-Élysées comme d’ha­bi­tude. C’est donc une équipe de Fronce assom­brie et sous-vita­mi­née, débar­ras­sée de ses têtes de gon­dole (Lloris, Griezmann, Giroud…) qui est constituée.

Coupe Monde Qatar 2022 -Équipe France

Les mer­ce­naires qui devront se sacri­fier pour perdre

Tout le match s’est dérou­lé sui­vant le scé­na­rio pré­vu. Il ne faut pas être un grand spé­cia­liste du bal­lon rond pour vite se rendre compte que les maillots bleus fon­cés jouent petits pieds. Passes ratées à gogo, tirs à côté des buts, cram­pons qui glissent, retards sur le bal­lon qui s’é­chappe, un fes­ti­val digne d’une com­pé­ti­tion de minimes. Les Tunisiens, qui n’ont jamais bat­tu la France, vont finir par arri­ver, tant bien que mal, à mettre un bal­lon dans le filet de Mandanda, goal rem­pla­çant du niçois Lloris. Ouf, mis­sion accomplie.

97 minutes de bonheur avant le drame. Quelle mouche a piqué Griezmann ?

Rentré à la der­nière minute, per­sonne ne pou­vait ima­gi­ner que cet idiot mal coa­ché allait mar­quer. Son but du mal­heur est dou­ble­ment incon­tes­table, donc vali­dé. D’abord il n’y a abso­lu­ment pas hors-jeu et la com­pé­ti­tion a repris à 1 par­tout pour quelques secondes.

Qu’à cela ne tienne, son but sera tout sim­ple­ment annu­lé, sans autre forme de pro­cès. Pourquoi s’embarrasser de stu­pides règles du jeu. La rai­son du plus fort (la FIFA 1,3 mil­liards de dol­lars de chiffre d’af­faires) est tou­jours la meilleure.

Idéalement, ce Mondial qatari doit être gagné par une équipe africaine

Maroc, Tunisie, Ghana, Sénégal… Imaginez les Lions Indomptables du Cameroun battre le Brésil dimanche. Quel séisme pla­né­taire ce serait. Comment va s’y prendre la FIFA ? Après tout, ce serait jus­tice, près de six mille de ces Africains sont morts sur les chan­tiers qata­ris pour construire les stades de la honte cli­ma­ti­sés du Qatar. Morts chantier mondial Qatar 2022

Lesquels stades, deve­nus inutiles après la com­pé­ti­tion, pour­ront tou­jours ser­vir de parcs à chameaux.

Michel Lebon

Les articles du même auteur

Michel Lebon

7 Commentaires 

  1. Je ne suis plus fan du foot depuis l’in­ci­dent ZIDANE.
    Ce n’est que du busi­ness, donc inutile de perdre son temps à regar­der des pan­tins cou­rir der­rière un bal­lon ou s’empoigner durant 90 mn.

    Répondre
  2. J’adore quand les jour­na­listes de sport parlent de sport… ils y vont avec sérieux, com­pé­tence… sou­vent un brin d’hu­mour… par­fois, ils sont beau­coup trop sérieux et là c’est sou­vent cocasse… bref on s’en­gueule et on rigole bien… le sport quoi.
    Mais quand un gros lour­daud de jour­na­liste poli­tique vient se mêler de sport, c’est inévi­table, il se prend les pieds dans le tapis… comme on dit, le ridi­cule ne tue pas… heureusement.

    Répondre
    • Bonjour Rami,
      vous n’êtes pas obli­gé de pro­fé­rer des insultes à l’é­gard de notre équipe de rédac­tion. Notre « gros lour­daud de jour­na­liste poli­tique » comme vous dites, vous don­ne­rait une leçon dans n’im­porte quelle dis­ci­pline spor­tive.
      Un peu d’hu­mi­li­té vous ferait du bien.
      La rédaction

    • L’objet de cet article était « Qui peut croire encore que le Mondial de foot n’est pas poli­tique »
      En ce sens, ma réflexion est poli­tique, je suis bien dans mon rôle.
      Pour ce qui est de l’a­na­lyse spor­tive, je vous laisse à vos spé­cia­listes qui pour beau­coup n’ont jamais tapé dans un bal­lon. Mais cela ne nous regarde pas.

  3. Mais où vous voyez une équipe de France ??? La pho­to parle d’elle-même : que du noir !!! Et un miti­gé… Quoi ?… Ah, oui, il y a deux petits blancs… Ils doivent se sen­tir bien seuls dans cette équipe afri­caine.
    Voilà la France que les décé­ré­brés du bal­lon rond vont applau­dir jus­qu’au Qatar et que le reste du pays rêve secrè­te­ment de voir gagner la com­pé­ti­tion. C’est dire si la France a bien som­bré sous l’im­mi­gra­tion afri­caine et à quel point sa popu­la­tion rési­gnée l’ac­cepte. La « créo­li­sa­tion » avance à pas de géant ! J’ai mal à ma France quand je vois ça.
    Alors je me dis : tant qu’à faire, mieux vaut que ce soit le Sénégal ou le Ghana qui gagne la coupe. Au moins ces joueurs noirs repré­sentent leur pays, eux !

    Répondre
  4. Mais l’é­quipe de France est encore plus « afri­caine » que l’é­quipe de Tunisie !

    Répondre
    • Exact sans comp­ter les bi-natio­­naux tuni­siens for­més en France !

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *