Ma semaine d’observation de l’info (6 décembre 2020)

6 décembre 2020 | 5 Commentaires 

Chronique du Kali-Yuga

Dimanche 29 novembre 2020

Comme je l’ai lu je ne sais plus où, les spor­tifs meurent tou­jours par trois paraît-il. Je vous laisse le soin de véri­fier si la loi des séries s’ap­plique dans ce cas par­ti­cu­lier…
Toujours est-il que la semaine qui vient de se ter­mi­ner vient de pri­ver le monde spor­tif de trois de ses grands, très grands repré­sen­tants. Christophe Dominici, Jacques Secrétin, et Diégo Maradona ont ain­si rejoint le Panthéon des spor­tifs de haut niveau. Je regrette quand même, à mon petit niveau, que les hom­mages sur nos médias aient été si dif­fé­rents et dis­pro­por­tion­nés.
Ainsi pour Diego Maradona, mer­cre­di 25 novembre, le jour de la mort de l’i­dole, la chaîne L’Équipe a consa­cré sa soi­rée entière à deux docu­men­taires sur le joueur argen­tin. Jeudi 26 novembre, c’é­tait au tour de Canal+Sport. Hier soir same­di 28 novembre, c’é­tait National Géographic qui chan­geait pour pas­ser aus­si un docu­men­taire sur l’i­dole sud-amé­ri­caine. Demain soir, ce sera sur France2, et ven­dre­di 4 décembre ce sera au tour d’Arte et de LCI !
Pour Christophe Dominici, le talen­tueux rug­by­man décé­dé la veille du foot­bal­leur, les chaines TV se sont bien moins fou­lées : des redif­fu­sions de matches sur Canal+ Sport, et L’Équipe TV. Pas de repor­tage spé­cial.
Quand à Jacques Secrétin, il faut aller sur le site de la Fédération Française de Tennis de Table (FFTT) pour voir l’é­mis­sion hom­mage qui lui est consa­crée. Rien sur les chaînes de télé­vi­sion, sur­tout natio­nales, quelques secondes dans une rubrique nécro­lo­gique à la fin du jour­nal, consa­cré pour moi­tié au por­teur du maillot ciel et blanc.
N’étant pas un jour­na­liste spé­cia­li­sé, je ne juge­rai pas les pres­ta­tions de ces trois grands spor­tifs. Ce que je note, c’est que l’un, à la vie pour­tant bien enta­chée par ses frasques, est affu­blé du sur­nom de « dieu », alors que les deux autres ont énor­mé­ment appor­té à la France, ont su véhi­cu­ler les valeurs de leur sport aux enfants à tra­vers leurs dis­ci­plines, et se sont inves­tis corps et âmes pour elles.

Diego Maradona Christophe Dominici Christophe Dominici
Diego Maradona Christophe Dominici Jacques Secrétin

Lundi 30 novembre 2020

Concours de pour­ris à l’ère du coro­na­vi­rus. Les pro­ta­go­nistes qui se déploient autour de nous pour nous pro­té­ger de la Covid riva­lisent d’i­gno­mi­nie.
Derniers en date cette semaine, le pro­fes­seur Rémi Salomon, pré­sident de la com­mis­sion médi­cale d’é­ta­blis­se­ment de l’AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris), à qui on posait sur France Info, la ques­tion sui­vante :
« Pourra t‑on retrou­ver Papy et Mamie pour Noël ? »
Réponse du pro­fes­seur : « Il ne faut pas man­ger avec Papy et Mamie, même à Noël, même si on a pris des pré­cau­tions avant. On coupe la bûche de Noël en deux, Papy et Mamie mangent dans la cui­sine et nous dans la salle à man­ger ».
Autrement dit, « Vous vou­lez fêter Noël, vous êtes des cri­mi­nels ».
Sur quoi s’est empres­sée de sur­en­ché­rir la chef du ser­vice des mala­dies infec­tieuses de l’hô­pi­tal Érasme à Bruxelles, Frédérique Jacob : « Si vous vou­lez por­ter la res­pon­sa­bi­li­té de la mort d’un de vos proches toute votre vie, faites des fêtes de Noël ! »
Elle four­ni­ra la dinde ?

Rémi Salomon Frédérique Jacob
Rémi Salomon Frédérique Jacob

Mardi 1er décembre 2020

Médiapart, le site d’in­for­ma­tion d’Ewy Plenel, en géné­ral bien infor­mé, a jeté mer­cre­di der­nier un énorme pavé dans la mare de la Métropole Nice Côte d’Azur diri­gée par Christian Estrosi.
Le site a divul­gué ain­si en avance et sans auto­ri­sa­tion le « rap­port d’observations » de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) sur la col­lec­ti­vi­té depuis sa créa­tion en 2012. Rien de bien méchant en soi, si ce n’est le non res­pect de la date de paru­tion du rap­port qui ne devait être publié qu’au cours de la séance de ven­dre­di 27 novembre. Mais quand on lit entre les lignes, Médiapart y dénonce des pra­tiques limites, pour ne pas dire illé­gales de la part de Christian Estrosi, au sujet de trois per­sonnes, qui ne sont pas nom­mées mais que l’on n’a aucun mal à recon­naître.
Ainsi, au moins trois embauches ont fait tiquer la juri­dic­tion. Celles de Franck Louvrier, ancien conseiller en com­mu­ni­ca­tion de Nicolas Sarkozy, de Jean-Michel Drevet, très proche col­la­bo­ra­teur de Christian Estrosi à plu­sieurs reprises et de Marc Joando, vice-pré­sident du tri­bu­nal de grande ins­tance de Grasse à la retraite. Avec eux, le maire de Nice et pré­sident de la métro­pole se serait « ache­té les ser­vices de per­son­na­li­tés plus utiles à sa car­rière poli­tique per­son­nelle qu’à la col­lec­ti­vi­té dans son ensemble » en concluent les col­lègues de Plenel. Il faut dire que dans le rap­port, aucun détail n’est four­ni sur la nature des pres­ta­tions effec­tuées par ces per­sonnes…
La Métropole annonce qu’elle va por­ter plainte contre Médiapart, non pour dif­fa­ma­tion comme on aurait pu le pen­ser, mais pour divul­ga­tion du rap­port avant sa pré­sen­ta­tion au conseil.
Philippe Vardon, l’é­lu RN a, lui, écrit au pro­cu­reur de la République afin de lui deman­der d’ouvrir une enquête concer­nant ces trois emplois de vaca­taires et l’effectivité de leur mission.Nice-Matin - 5 novembre 2020 - Estrosi - Mal partout

Mercredi 2 décembre 2020

On com­mé­mo­rait aujourd’­hui le 61e anni­ver­saire de la catas­trophe du bar­rage de Malpasset, près de Fréjus.Commémoration catastrophe barrage Malpasset
La construc­tion de ce bar­rage avait été déci­dée en 1950, et les tra­vaux avaient débu­té en avril 52 pour s’a­che­ver en décembre 54. À cause d’une longue période de séche­resse, il fau­dra près de cinq ans pour rem­plir le lac de rete­nue du bar­rage. Le contrôle du com­por­te­ment du bar­rage lors de sa mise en ser­vice n’est pas très rigou­reux ; les clas­siques mesures pério­diques de défor­ma­tions ne sont jamais atten­ti­ve­ment inter­pré­tées. Ainsi, la récep­tion de l’ou­vrage inter­vient bien avant que la rete­nue soit nor­ma­le­ment opé­ra­tion­nelle.
Durant la deuxième quin­zaine du mois de novembre 59, des pluies dilu­viennes tombent sur la région, avec des pré­ci­pi­ta­tions de 500 mm en dix jours et 130 mm en 24 heures, le 2 décembre. Le niveau d’eau monte alors très rapi­de­ment dans le bar­rage, et l’on hésite à ouvrir les vannes pour dimi­nuer la pres­sion, à cause du chan­tier de l’au­to­route situé quelques kilo­mètres plus bas. Le bar­rage finit par céder à 21h13.
La catas­trophe a fait 423 morts, dont 150 enfants.Catastrophe barrage Malpasset

Jeudi 3 décembre 2020

Mort de VGE. Qu’en pen­ser ? Il fut le pré­sident de ma fin d’a­do­les­cence, qui me don­na la pos­si­bi­li­té de ne pas voter pour lui aux élec­tions sui­vantes. Je me sou­viens avoir ten­té de le voir, dans le petit vil­lage savoi­sien du Reposoir, où il avait remer­cié la popu­la­tion qui avait voté à 100% pour lui, lui offrant un bon gueu­le­ton et deux cerfs chas­sés je crois, en Sologne. Il avait bien enten­du accep­té de jouer ce soir-là « Étoile des neiges » sur son accor­déon, ça fai­sait « peuple ».
C’était un libé­ral qui se vou­lait moder­niste au pied de la lettre et d’une manière radi­cale, là, tout de suite, sans vrai­ment pen­ser aux consé­quences pour les années futures.Giscard Estaing - accordéon
C’est ain­si qu’il a, certes, dépous­sié­ré la fonc­tion pré­si­den­tielle qui n’é­tait plus vrai­ment adap­tée à la popu­la­tion de l’a­près 68, mais ce ne fut que pour mieux faire le lit à Mitterrand qui le bat­tra en 1981, ouvrant ain­si le cycle de la grande dégrin­go­lade.
C’est ain­si qu’il a un peu « moder­ni­sé » la socié­té fran­çaise en don­nant son indé­pen­dance juri­dique à la femme mariée ou en géné­ra­li­sant la contra­cep­tion.
C’est ain­si que pour sup­pri­mer la détresse de celles qu’on appe­lait alors les « filles-mères », il pous­sa sa ministre de la Santé à faire voter la loi sur l’a­vor­te­ment, qui, plus de qua­rante ans après, per­met de tuer aujourd’­hui plus de 200 000 enfants par an.
C’est ain­si que pour peu­pler la soli­tude des (déjà trop nom­breux) tra­vailleurs immi­grés, il crée­ra le « regrou­pe­ment fami­lial » avec son pre­mier ministre Chirac, ce qui per­met­tra une inva­sion, et à terme, un « Grand Remplacement » des 200 000 pré­cé­dents, et même du rabe en sup­plé­ment. Il recon­naî­tra, trop tard, que ce fut une grave erreur.
C’est ain­si qu’il obli­gea la France à emprun­ter aux banques pri­vées, et non plus à la Banque de France, ce qui fut le départ de la dette colos­sale que la bande à Macron vient encore de mul­ti­plier dans cette année à virus.
Alors ? Que gar­der de VGE ? Pour ma part, une seule belle chose : le raid de la légion sur Kolwezi en 1978 pour déli­vrer des otages belges et fran­çais. Ce que Macron a ten­té d’i­mi­ter, mais pas avec le même suc­cès (lire Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello dis­pa­rus des écrans du 17 mai 2019).

Vendredi 4 décembre 2020

La vac­ci­na­tion, c’est pour très bien­tôt ! Le pre­mier ministre et celui de la Santé ont dévoi­lé le plan qui se dérou­le­ra peu ou prou à par­tir du début de l’an­née. Je ne revien­drai pas sur l’é­chéan­cier, tout a été dit par­tout.
Par contre, si une petite phrase m’a quand même inter­pe­lé, elle ne semble pas avoir été remar­quée par­tout… En réponse à un jour­na­liste, Olivier Véran a fait savoir qu’en l’é­tat actuel de la recherche : « Les vac­cins ne coupent pas la trans­mis­sion du virus mais per­mettent d’é­vi­ter des formes graves. » Ainsi, les gestes bar­rières seront main­te­nus. Cela ouvre t‑il donc la porte à d’é­ven­tuels nou­veaux confi­ne­ments ?
En atten­dant, selon un son­dage exclu­sif Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio publié ce jeu­di, une large majo­ri­té des Français (61 %) n’ont pas l’in­ten­tion de se faire vac­ci­ner contre le coro­na­vi­rus lorsque ce sera pos­sible, et ce chiffre est en aug­men­ta­tion (59% en novembre).
À noter qu’au­cun des membres du gou­ver­ne­ment ne veut se mon­trer exem­plaire et se faire vac­ci­ner par­mi les pre­miers. On pré­fère vac­ci­ner les pen­sion­naires d’Ehpad, qui de toutes façons, vivraient moins longtemps…Vaccin grippe

Samedi 5 décembre 2020

Une sorte de pré-mar­ché aux bébés s’est tenu les 89 novembre à Bruxelles où pour quelques dizaines de mil­liers d’euros, les ache­teurs, sou­vent de riches homo­sexuels, ont pu apprendre com­ment choi­sir sur un cata­logue un enfant selon sa race, son sexe, la cou­leur de ses che­veux ou de ses yeux.
Il s’a­gis­sait de l’é­vé­ne­ment « Men Having Babies ». Et cela au cœur de l’Union euro­péenne, où pour­tant la légis­la­tion inter­dit en prin­cipe la GPA com­mer­ciale.
Bruxelles n’est pas le seul lieu dans le monde. Le salon est iti­né­rant : il a déjà eu lieu à Paris et à Taipei, la capi­tale du Taïwan et il se dérou­le­ra à Tel-Aviv en décembre.
Bruxelles s’adresse plus par­ti­cu­liè­re­ment aux res­sor­tis­sants fran­çais, hol­lan­dais et alle­mands, mais aus­si aux « futurs parents du reste de l’Europe : Belgique, Royaume-Uni, Irlande, Espagne, Italie, Suisse » à qui les orga­ni­sa­teurs pro­posent une GPA sur mesure.
Le ser­vice fac­tu­ré entre 90 000 et 150 000 dol­lars, com­prend la « loca­tion de l’utérus » pour 9 mois, l’assistance juri­dique, la four­ni­ture de maté­riel géné­tique mas­cu­lin (le sperme) et d’autres frais tels que les billets d’avion, les hôtels, etc.
Les cata­logues sont parait-il très four­nis et les futurs pro­prié­taires peuvent choi­sir à l’a­vance la race, le sexe, la cou­leur des che­veux ou des yeux de l’enfant.
On n’ar­rête pas le pro­grès, c’est bien connu. À quand la même chose en France ?

Men Having Babies

Cliquer sur l’i­mage pour accé­der au site

Bonne semaine à tous, et à dimanche prochain.…

Patrice LEMAÎTRE

5 Commentaires 

  1. J’adhère aus­si à ce por­trait de VGE. Sans quelques graves erreurs stra­té­giques de poli­tique inté­rieure il aurait été un grand homme pour la France pas seule­ment par sa taille mais par son cha­risme et son moder­nisme.
    Il a gâché la France alors qu’il la vou­lait grande. Dommage pour nous d’au­tant que nous avons été assom­més par tous ses suc­ces­seurs, J. Chirac y com­pris. Nul n’est pro­phète en son pays… mais quand-même !

    Répondre
  2. JE VAIS FAIRE DU BIGARD
    Ce pro­fes­seur non cet étu­diant de 1ere année Remi SALOMON com­ment peut il par­ler comme cela
    Sa mère et son père l ont veillé lors­qu il était malade lui ont tor­ché le cul petit
    ils auraient du le lais­ser dans le salon c est un des­cen­dant de MENGELE
    C EST PAS POSSIBLE DE PARLER AINSI ! GRACE A CETTE IDIOTIE on va tuer plus de per­sonnes âgées a cause de cette façon débile de com­battre le virus, le virus se fout de la dis­tance du lieu c est le ter­rain de la per­sonne qui l inté­resse rien d autre
    Le pire c est que ces per­sonnes le savent

    Répondre
  3. Sa mort n’au­ra fait qu’une allo­cu­tion de quelques minutes par Macron et l’ac­tua­li­té d’une jour­née.
    Il n’y aura pas de cour des Invalides, de télé­films, et autres mani­fes­ta­tions. Il ne vou­lait pas les hon­neurs de la République.
    VGE a été le fos­soyeur de la France. Il a amor­cé le Grand Remplacement et pri­vé la France de battre sa mon­naie au pro­fit des banques pri­vées. Il dira plus tard avoir regret­té ces mesures. Trop tard, dom­mage pour sa mémoire.
    On le sait moins, et pour cause, mais il a tou­jours conser­vé avec JM Le Pen une ami­tié et un res­pect mutuels. Bien que de bords oppo­sés, ils étaient de la même géné­ra­tion. Il était pour l’Algérie fran­çaise, et en son temps, il « aurait four­ni » des ren­sei­gne­ments à l’OAS.
    En 1945, encore lycéen, il s’en­gage avec de Lattre de Tassigny comme poin­teur sur son char Le Carrousel. Il ren­tre­ra le pre­mier dans Constance. Il a brillé au com­bat par des actions de grand cou­rage.
    L’homme fut brillant, com­plexe.
    Quel gâchis ! Ses erreurs poli­tiques res­te­ront impardonnables.

    Répondre
    • Entièrement d’ac­cord avec vous sur l’homme d’é­tat qu’é­tait V.G.E !

    • IL EST L INVENTEUR DE LA TVA

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

20 − 17 =