Au secours, Staline revient ! Où ? En France !

15 décembre 2020 | 4 Commentaires 

Livre Vladimir Boukovsky - Nouvelel maladie mentale URSS OppositionLes Français s’imaginent que l’internement en hôpital psychiatrique pour des raisons politiques est une pratique d’un autre âge, d’une autre époque et d’autres lieux.

Cela se pas­sait autre­fois, dans les pays com­mu­nistes. Mais Dieu mer­ci, nous nous sommes débar­ras­sés de ces pra­tiques ignobles avec l’ef­fon­dre­ment de l’URSS.

Certes nous savons que des hôpi­taux psy­chia­triques existent bien chez nous, aujourd’­hui, mais cela concerne les fous qu’il faut bien soi­gner quelque part.

Et pour­tant la France vient de fran­chir un nou­veau pas vers la dic­ta­ture en adop­tant les méthodes dites de « psy­chia­trie puni­tive » de l’URSS en enfer­mant le Pr Jean-Bernard Fourtillan contre son gré à l’hôpital psy­chia­trique « Le Mas Careyron » le jeu­di 10 décembre, sur ordre du pré­fet du Gard.

Comme en URSS, la presse d’État est ou bien muette sur le sujet, ou bien — pire encore — laisse entendre que Jean-Bernard Fourtillan « ne s’est pas oppo­sé à son arres­ta­tion », comme l’a­vance Le Midi Libre. Croyez vous peut-être que cet ancien pro­fes­seur des uni­ver­si­tés, aujourd’­hui âgé de 77 ans, allait se battre avec les flics venus l’arrêter ?

C’est une honte pour la France. C’est une honte et un réel sujet d’inquiétude.

Est-il un per­son­nage dan­ge­reux pour les Français ? Tue-t-il du monde ? Combien ?

À l’ins­tar de son ami, le Pr Joyeux, Jean-Bernard Fourtillan était en froid avec les auto­ri­tés médi­cales car tous deux — et heu­reu­se­ment beau­coup d’autres méde­cins — pra­tiquent une méde­cine pré­ven­tive natu­relle au détri­ment d’une méde­cine cura­tive médi­ca-men­teuse.

Jean-Bernard Fourtillan - Henri Joyeux

C’est éga­le­ment pour cela que le film d’Alexandre Chavouet « Mal trai­tés » est ban­ni par les Pouvoirs en place car ce film recom­mande une bonne méthode pour se pré­mu­nir de la Covid : être en bonne santé !

C’est ce que nous assène le Dr Éric Ménat : « Le microbe n’est rien, le ter­rain est tout. » Alors faut-il enfer­mer tous ces méde­cins qui pré­fèrent des Français en bonne san­té qui ne prennent pas de médi­ca­ments aux Français malades qui prennent des médi­ca­ments et qu’il faut vacciner ?

Cette psychiatrie punitive est très grave car quel était le danger de laisser le Pr Jean-Bernard Fourtillan en liberté ?

Vol dessus nid coucous

Jack Nicholson dans ce chef d’œuvre ciné­ma­to­gra­phique « Vol au des­sus d’un nid de cou­cous ».

Imaginons que cet émi­nent Professeur gêne la Doxa médi­cale offi­cielle. Mais alors n’y avait-il pas de méthodes moins bru­tales de le rame­ner au silence ? Quel pays sommes nous deve­nus ? C’est hon­teux. Le pré­fet qui a ordon­né l’in­car­cé­ra­tion de Fourtillan ne doit pas être fier de lui. Espérons qu’il n’ait pas de conscience car il ne pour­rait plus dor­mir après une telle brutalité.

Le Pr Fourtillan n’est pas un per­son­nage dan­ge­reux, à part pour les action­naires des mul­ti-natio­nales de Big Pharma. Les per­sonnes réel­le­ment dan­ge­reuses, celles qui inter­disent les médi­ca­ments qui soignent comme l’hy­droxy­chlo­ro­quine, ou qui pré­parent une vac­ci­na­tion mas­sive hasar­deuse, ces per­sonnes tiennent le haut du pavé et occupent les pla­teaux de télé­vi­sion. Pourtant ce sont bien celles-ci qui devraient être inter­nées afin de les empê­cher de nuire.

Georges Gourdin

Addendum : nos lec­teurs feront le rap­pro­che­ment entre cet enfer­me­ment puni­tif et arbi­traire et la loi votée le 7 novembre par nos dépu­tés qui auto­rise les forces de police à incar­cé­rer qui­conque sans juge­ment au pré­texte de la « san­té sani­taire » (lire à ce pro­pos : Quel est ce pays qui a déci­dé d’incarcérer sans juge­ment ? du 26 novembre 2020)

4 Commentaires 

  1. La France n’a plus qu’une solu­tion à sa des­truc­tion déli­bé­rée, c’est le sou­lè­ve­ment popu­laire et l’ex­pé­di­tion de TOUS les com­plices de Macron avec lui aux Kerguelen, la sou­ve­rai­ne­té sur ces îles assu­rée par la marine (il suf­fi­rait de mettre fin aux fraudes aux pres­ta­tions sociales pour construire et armer trois porte-avions géants par an) : il y a des choux et des lapins, peut-être même des cochons, de quoi se retrou­ver en famille.

    Répondre
  2. Tout mon soutien

    Répondre
  3. Il y a eu une manif il y a deux ans devant l hopi­tal
    Le per­son­nel soi­gnant denon­cait les methodes de ges­tion, etc. dans cet eta­blis­se­ment.
    S’il se trou­vait des gilets jaunes dans les mani­fes­tants, il y aurait pas moyen de voir avec eux pour des infos ?

    Répondre
    • Et en pas­sant je suis tout près de Narbonne.
      Si des gens sont interesseZ pour « bougeZ » sur place de jour comme de nuit… je suis disponible.

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

27 − 19 =