Le sultan, les poltrons et le sofa

10 avril 2021 | 5 Commentaires 

Que de com­men­taires cette semaine sur cette visite en Turquie des lea­ders euro­péens, et sur­tout quelle magni­fique démons­tra­tion de la veu­le­rie, de l’incapacité de l’Europe, face à l’arrogance et à l’hégémonie turques.

Tout y est dans cet évé­ne­ment repris par tous les médias, à tel point que tout le monde a déjà oublié que le but de la visite était les inquié­tudes de l’Union euro­péenne sur la situa­tion des droits humains dans le pays, mais qui en a parlé ?

Deux per­sonnes qui sont à la tête de l’Europe, madame Ursula Von der Leyen, pré­si­dente de la Commission euro­péenne, et mon­sieur Charles Michel, pré­sident belge du Conseil euro­péen, en visite chez le sul­tan turc Recep Tayyip Erdoğan.

La scène a été racon­tée mille fois : aucun siège pré­vu pour madame alors que deux chaises étaient prêtes pour ces mes­sieurs. Elle finit donc par s’as­seoir un peu gênée sur le sofa dis­tant, après l’a­voir épous­se­té, rava­lant une colère qu’on devine hargneuse.

Que de symboles et de démonstrations dans cette simple situation !

• La Commission euro­péenne, com­po­sée de per­sonnes non élues, est remise à sa place, c’est à dire à la place d’une ins­tance qui n’est pas une nation et qui joue un rôle inutile.
• Le Conseil Européen, lui, est recon­nu du bout des lèvres par la Turquie, et c’est en pays déjà sou­mis qu’il essaie de venir faire les gros yeux au dic­ta­teur d’Ankara, pour lui par­ler de droits humains dont ce der­nier se contre­fiche.
• Les deux enti­tés (com­mis­sion et conseil) affichent une même veu­le­rie ins­pi­rée et dic­tée par l’Allemagne (forte de ses mil­lions de Turcs) à l’é­gard de l’é­tat isla­mique turc, qui les tient en res­pect en les mena­çant d’ou­vrir le robi­net qui per­met­trait à des mil­lions de migrants de tra­ver­ser la Grèce pour venir faire du tou­risme en Bavière.
• Du côté des per­sonnes, madame von der Leyen s’est mon­trée au-des­sous de tout, en ne réagis­sant pas devant les manières d’Erdoğan. La moindre Femen au QI dis­cu­table, aurait réagi dif­fé­rem­ment. Pourquoi n’est-elle pas sor­tie de la pièce, ou tout sim­ple­ment, n’a t‑elle pas exi­gé une modi­fi­ca­tion du pro­to­cole, même si, je le répète, son rang n’é­tait pas au même niveau ? Elle aurait pu le faire en tant que femme euro­péenne. On remarque sur la pho­to qu’elle est la seule à por­ter le masque.
• Quant à mon­sieur Michel, il s’est com­por­té comme un musul­man tout sim­ple­ment. Où est la poli­tesse euro­péenne, la cour­toi­sie envers les femmes ? Lui aus­si aurait dû exi­ger une modi­fi­ca­tion du pro­to­cole, ou mieux, en héri­tier des che­va­liers qui ont fait l’Europe, il aurait pu lais­ser sa place à madame… Mais mon­sieur Michel a mon­tré là que sa seule uti­li­té se résume au côté tech­no­cra­tique de sa fonc­tion.
• Quant au sul­tan d’Ankara, il a mon­tré à ceux qui en dou­taient encore, tout le mépris qu’il porte à l’Europe, aux Européens, aux « infi­dèles » et aux femmes. La pauvre madame von der Leyen ayant le tort de cumu­ler ces quatre tares, s’est pra­ti­que­ment vue invi­tée à aller sucrer les lou­khoums dans la cuisine.

Ursula von der Leyen - Charles Michel - Recep Tayyip Erdoğan - avril 2021 (2)

Espérons que ce petit épi­sode des « pol­trons du sofa »(1) ouvre les yeux des infi­dèles euro­péens sur cette Turquie qui est bien déci­dée à repar­tir à la conquête de l’Europe.

Patrice LEMAÎTRE

(1) En réfé­rence aux sofas de marque ita­lienne Poltrone Sofa.

5 Commentaires 

  1. Je vais vous dire ce que les jeunes disent de cet état de fait :
    Elle n a pas posé ses couilles sur la table mais le fait contre les peuples euro­péens
    un exemple : plu­sieurs dépu­tés euro­péens ont plan­ché deux ans pour savoir où mettre la béquille d une moto à droite ou à gauche deux ans pour en défi­ni­tive la lais­ser à gauche une honte vu leurs salaires et indem­ni­tés pha­rao­niques et beau­coup de gens du peuple crèvent de faim

    Répondre
  2. Bravo à Erdogan pour remettre à leur place ces pour­ris de l’EU. Si j’a­vais été lui je leur aurais pro­po­sé le tapis pour leur cul sale. Ça vient par­ler de droits humains alors qu’ils sont pires et plus dan­ge­reux que le Turc !
    Entre étrons ils font leur bou­lot protocolaire !

    Répondre
  3. Que de médio­cri­té dans tous nos diri­geants euro­péens !
    Quand je pense à l’argent de dingue que cela nous coûte pour en arri­ver là…

    Répondre
  4. Von der Leyen cour­rou­cée mais sou­mise quand même. Pitoyable cette Union euro­péenne. A part nous emmer­der avec des normes débiles, à quoi elle sert ? Il faut s’en débar­ras­ser ou la quit­ter ! Les Anglais ont tout com­pris eux.

    Répondre
    • Réponse à Jack :
      Mais si l’Europe sert à quel­que­chose ! Et elle est là pré­ci­sé­ment pour cela et le fait avec constance : faire dis­pa­raître les nations euro­péennes.

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

un + un =