Macron a réussi à réveiller la Grande Muette

10 mai 2021 | 16 Commentaires 

Après la « lettre des géné­raux » publiée par le site inter­net Place d’Armes,
après le contre-appel publié par le site de Valérie Bugault,
après la lettre ouverte au pré­sident Macron du syn­di­cat « France Police – Policiers en colère”,
voi­ci main­te­nant la tri­bune des mili­taires d’ac­tive (publiée en inté­gra­li­té ci-dessous).

Le Pouvoir a cru qu’il allait mater les mili­taires par des sanc­tions. Par la répres­sion. Comme il l’a fait avec les Gilets Jaunes. Il a en fait ouvert la boite de Pandore du mécon­ten­te­ment géné­ral. Macron et toute son équipe de minets car­rié­ristes n’ont pas su, n’ont pas pu, pres­sen­tir la révolte qui gronde. Ils ne com­prennent pas les sol­dats(1). Leur monde à eux est à l’op­po­sé de celui de nos sol­dats qu’ils envoient au sacri­fice suprême.

Invalides - 2 décembre 2019

Monsieur le Président de la République,
Mesdames et Messieurs les ministres, par­le­men­taires, offi­ciers géné­raux, en vos grades et qualités,

On ne chante plus le sep­tième cou­plet de la Marseillaise, dit « cou­plet des enfants ». Il est pour­tant riche d’en­sei­gne­ments. Laissons-lui le soin de nous les prodiguer :

« Nous entre­rons dans la car­rière
Quand nos aînés n’y seront plus.
Nous y trou­ve­rons leur pous­sière,
Et la trace de leurs ver­tus.
Bien moins jaloux de leur sur­vivre
Que de par­ta­ger leur cer­cueil,
Nous aurons le sublime orgueil
De les ven­ger ou de les suivre »

Nos aînés, ce sont des com­bat­tants qui ont méri­té qu’on les res­pecte. Ce sont par exemple les vieux sol­dats dont vous avez pié­ti­né l’hon­neur ces der­nières semaines. Ce sont ces mil­liers de ser­vi­teurs de la France, signa­taires d’une tri­bune de simple bon sens, des sol­dats qui ont don­né leurs plus belles années pour défendre notre liber­té, obéis­sant à vos ordres, pour faire vos guerres ou mettre en œuvre vos res­tric­tions bud­gé­taires, que vous avez salis alors que le peuple de France les sou­te­nait.
Ces gens qui ont lut­té contre tous les enne­mis de la France, vous les avez trai­tés de fac­tieux alors que leur seul tort est d’ai­mer leur pays et de pleu­rer sa visible déchéance.

Dans ces condi­tions, c’est à nous, qui sommes récem­ment entrés dans la car­rière, d’en­trer dans l’a­rène pour avoir sim­ple­ment l’hon­neur d’y dire la vérité.

Nous sommes de ce que les jour­naux ont nom­mé « la géné­ra­tion du feu ». Hommes et femmes, mili­taires en acti­vi­té, de toutes les armées et de tous les grades, de toutes les sen­si­bi­li­tés, nous aimons notre pays. Ce sont nos seuls titres de gloire. Et si nous ne pou­vons pas, régle­men­tai­re­ment, nous expri­mer à visage décou­vert, il nous est tout aus­si impos­sible de nous taire.

Afghanistan, Mali, Centrafrique ou ailleurs, un cer­tain nombre d’entre nous ont connu le feu enne­mi. Certains y ont lais­sé des cama­rades. Ils ont offert leur peau pour détruire l’is­la­misme auquel vous faites des conces­sions sur notre sol.

Presque tous, nous avons connu l’o­pé­ra­tion Sentinelle. Nous y avons vu de nos yeux les ban­lieues aban­don­nées, les accom­mo­de­ments avec la délin­quance. Nous avons subi les ten­ta­tives d’ins­tru­men­ta­li­sa­tion de plu­sieurs com­mu­nau­tés reli­gieuses, pour qui la France ne signi­fie rien ‑rien qu’un objet de sar­casmes, de mépris voire de haine.

Nous avons défi­lé le 14 juillet. Et cette foule bien­veillante et diverse, qui nous accla­mait parce que nous en sommes l’é­ma­na­tion, on nous a deman­dé de nous en méfier pen­dant des mois, en nous inter­di­sant de cir­cu­ler en uni­forme, en fai­sant de nous des vic­times en puis­sance, sur un sol que nous sommes pour­tant capables de défendre.

Oui, nos aînés ont rai­son sur le fond de leur texte, dans sa tota­li­té. Nous voyons la vio­lence dans nos villes et vil­lages. Nous voyons le com­mu­nau­ta­risme s’ins­tal­ler dans l’es­pace public, dans le débat public. Nous voyons la haine de la France et de son his­toire deve­nir la norme.

Ce n’est peut-être pas à des mili­taires de dire cela, argue­rez-vous. Bien au contraire : parce que nous sommes apo­li­tiques dans nos appré­cia­tions de situa­tion, c’est un constat pro­fes­sion­nel que nous livrons. Car cette déchéance, nous l’a­vons vue dans bien des pays en crise. Elle pré­cède l’ef­fon­dre­ment. Elle annonce le chaos et la vio­lence, et contrai­re­ment à ce que vous affir­mez ici où là, ce chaos et cette vio­lence ne vien­dront pas d’un « pro­nun­cia­men­to mili­taire » mais d’une insur­rec­tion civile.

Pour ergo­ter sur la forme de la tri­bune de nos aînés au lieu de recon­naître l’é­vi­dence de leurs constats, il faut être bien lâche. Pour invo­quer un devoir de réserve mal inter­pré­té dans le but de faire taire des citoyens fran­çais, il faut être bien fourbe. Pour encou­ra­ger les cadres diri­geants de l’ar­mée à prendre posi­tion et à s’ex­po­ser, avant de les sanc­tion­ner rageu­se­ment dès qu’ils écrivent autre chose que des récits de batailles, il faut être bien pervers.

Lâcheté, four­be­rie, per­ver­sion : telle n’est pas notre vision de la hié­rar­chie.
L’armée est au contraire, par excel­lence, le lieu où l’on se parle vrai parce que l’on engage sa vie. C’est cette confiance en l’ins­ti­tu­tion mili­taire que nous appe­lons de nos vœux.

Oui, si une guerre civile éclate, l’ar­mée main­tien­dra l’ordre sur son propre sol, parce qu’on le lui deman­de­ra. C’est même la défi­ni­tion de la guerre civile. Personne ne peut vou­loir une situa­tion aus­si ter­rible, nos aînés pas plus que nous, mais oui, de nou­veau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement.

Le cri d’a­larme de nos Anciens ren­voie enfin à de plus loin­tains échos. Nos aînés, ce sont les résis­tants de 1940, que, bien sou­vent, des gens comme vous trai­taient de fac­tieux, et qui ont conti­nué le com­bat pen­dant que les léga­listes, tran­sis de peur, misaient déjà sur les conces­sions avec le mal pour limi­ter les dégâts ; ce sont les poi­lus de 14, qui mou­raient pour quelques mètres de terre, alors que vous aban­don­nez, sans réagir, des quar­tiers entiers de notre pays à la loi du plus fort ; ce sont tous les morts, célèbres ou ano­nymes, tom­bés au front ou après une vie de service.

Tous nos aînés, ceux qui ont fait de notre pays ce qu’il est, qui ont des­si­né son ter­ri­toire, défen­du sa culture, don­né ou reçu des ordres dans sa langue, ont-ils com­bat­tu pour que vous lais­siez la France deve­nir un État failli, qui rem­place son impuis­sance réga­lienne de plus en plus patente par une tyran­nie bru­tale contre ceux de ses ser­vi­teurs qui veulent encore l’avertir ?

Agissez, Mesdames et Messieurs. Il ne s’a­git pas, cette fois, d’é­mo­tion sur com­mande, de for­mules toutes faites ou de média­ti­sa­tion. Il ne s’a­git pas de pro­lon­ger vos man­dats ou d’en conqué­rir d’autres. Il s’a­git de la sur­vie de notre pays, de votre pays.

(1) Il convient de rele­ver que cette incom­pré­hen­sion est par­ta­gée, pour d’autres rai­sons, par les isla­mo-gau­chistes de la France Insoumise. Jean-Luc Mélenchon, com­plè­te­ment cou­pé du Peuple, annonce qu’il pur­ge­ra l’Armée de tous les fac­tieux qui y sévissent s’il était Président de la République. Ça va faire du monde. Heureusement il ne sera pas élu.

16 Commentaires 

  1. la Tribune des mili­taires à fait ger­mer une vague qui se forme loin des cotes. il faut espé­rer qu’il s’a­git d’une lame de fond qui va balayer tous ces immon­dices qui encombrent la vie de la nation.
    Aujourd’hui se déclarent une cen­taine de membres des forces de sécu­ri­té avec déjà, en qq heures, plus de 20 000 signa­tures.
    Signons tous cette nou­velle alerte réa­li­sée par un autre pan des garants de la sécu­ri­té de la nation pour créer un front fort large et uni.
    Malheureusement, je ne peux m’empêcher de rele­ver le mes­sage envoyé en réponse aux mili­taires qui tente de poser les fron­tières et qui veut dire en clair aux mili­taire de ne pas se mêler des affaires de « police ».
    Je réponds que depuis des années main­te­nant les FDS pleurent de leur manque de moyens, de per­son­nel, de sui­vi en jus­tice.… alors ne refu­sez pas un allié qui se pré­sente, une main ten­due pour un même objec­tif.
    Vous ne pour­rez pas faire cela seul, les choses en sont à un tel point que les mesures inter­mé­diaires ne vont pas suf­fire.
    L’armée est un outil qui obéit à un chef, don­nons lui un chef qui sau­ra prendre les bonnes déci­sions pour que la police puisse faire son tra­vail.
    Habituée du net­toyage en pro­fon­deur et défi­ni­tif, l’ar­mée se fera un plai­sir d’a­gir lorsque la police aura trié le bon grain de l’ivraie.

    Répondre
  2. Ces Tribunes sont une alerte don­née aux déten­teurs du Pouvoir car il s’a­git de défendre la France au-delà des cli­vages poli­tiques dans une guerre que l’on refuse (une fois de plus!) de nom­mer (comme l’autre) avec les mêmes enne­mis (comme l’autre) à la dif­fé­rence qu’au­jourd’­hui ça ne se passe pas au même endroit, c’est du domaine de l’intérieur.
    Nous sommes les « autoch­tones » et il y a occu­pa­tion, colo­ni­sa­tion, isla­mi­sa­tion. Je suis d’ores et déjà prêt pour la suite qui ne va plaire à tout le monde…

    Répondre
  3. Que des mili­taires de haut rang mettent le doigt là où ça fait mal, BRAVO. Mais ce ne sont pas des poli­tiques et la Constitution pré­voit que c’est le civil qui pré­vaut sur le mili­taire.
    Alors, juste ils agissent comme des lan­ceurs d’a­lerte. Ils pré­viennent juste que la Nation est en dan­ger et qu’ils seront là pour la pro­té­ger en cas de révolte civile due à l’a­néan­tis­se­ment pro­gres­sif poli­ti­que­ment vou­lu des Français, des vrais Français, ceux pour qui la notion de patrio­tisme a un sens.
    Que Macron, Parly, Lecointre, Mélanchon et consorts contestent cet état de fait montre bien que ce sont des usur­pa­teurs sur la scène poli­tique fran­çaise et qu’il faut les écar­ter du pou­voir poli­tique ou médiatique.

    Répondre
  4. VOTRE PHOTO DES LÉGIONNAIRES EST TRÈS TRÈS EXPLICITE DE L INTÉGRATION ET NON DE L ASSIMILATION

    Répondre
  5. Tous les mer­dias disent deux ans a l’avance l affron­te­ment MARINE CONTRE MACRON
    Or comme aux États-Unis il y aura une SURPRISE

    Répondre
    • A condi­tion que les élec­tions ne soient pas tru­quées comme en France en 2017 et 2020 aux USA.

      Répondre
  6. Que diraient nos anciens, nos pères, nos rois, nos héros, nos mar­tyrs en consta­tant les vilaines œuvres de la Révolution, dont la Terreur Républicaine matrice de tous les tota­li­ta­rismes, et aujourd’­hui la fin de la décons­truc­tion de la France, à com­men­cer par les attaques obs­ti­nées, achar­nées, pla­ni­fiées contre l’âme de la reine des Nations, la vraie Religion catho­lique des Français.
    Chassez le catho­li­cisme vous aurez toutes les héré­sies, des pro­tes­tan­tismes qui déjà pro­vo­quèrent des guerres civiles aux isla­mismes qui ont déjà déclen­ché une guerre inté­rieure, en pas­sant par les répu­bli­cains qui pro­vo­quèrent le pre­mier géno­cide moderne durant la Terreur et la loi anti­ca­tho­lique de 1905.
    Si nous n’a­vions pas som­bré dans un anal­pha­bé­tisme catho­lique, le meilleur rem­part contre toutes les héré­sies et fina­le­ment contre le nihi­lisme, le déses­poir et l’individualisme.

    Répondre
    • Les guerres de reli­gion internes à la France sont bien pra­tiques à solliciter.

      Comprenez bien que c’est tout le jeu des Khazars au pou­voir mon­dial qui gèrent cette affaire en sous-main depuis le 11/​09/​2001. Bush avait pré­ten­du (sur ordre) vou­loir le choc des civi­li­sa­tions, nous y sommes. Tout est géré pour ça. Aux USA, Soros a ten­té de géné­rer la guerre civile en aiguillon­nant BLM et Antifa, ça n’a pas très bien fonc­tion­né car Trump, par­fai­te­ment au cou­rant, a agi en conséquence.

      SVP, gar­dons à l’es­prit que nous sommes tota­le­ment mani­pu­lés par des monstres à l’é­chelle mon­diale et que ce sont eux qu’il faut vaincre, ils ne nous feront jamais de cadeaux comme ils n’en ont jamais fait par le passé.

      Répondre
  7. Liberté d’expression, Matteo :
    Combien d’attentats en France per­pé­trés par ceux que vous dési­gnez comme « ceux qui détiennent le pou­voir » ?
    Combien per­pé­trés par les musul­mans ?
    L’antisémitisme basique qu’on n’ose pas décla­rer, sert de cache-sexe à l’islamo-gauchisme.

    Répondre
    • Merci de bien vou­loir tou­jours essayer de ne pas amal­ga­mer anti-sémi­­tisme et anti-sio­­nisme. Deux notions abso­lu­ment sans aucun rap­port entre elles.
      C’est tout l’art gro­tesque de la mafia Khazare de jouer sur cet amal­game qu’ils ont eux-mêmes géné­ré, afin de brouiller leur jeu.
      Ils créent des mots/​notions écrans de fumée qui obs­cur­cissent la pen­sée de manière à ne pas être démas­qués : anti­sé­mi­tisme, conspi­ra­tion­nisme, théo­rie du com­plot, etc.
      Un auteur à lire d’ur­gence si on ne le connait pas encore : Jacob Cohen « Le prin­temps des saya­nim ». Il a aus­si une page sur FB (ici).

      Répondre
  8. Le contre appel men­tionne le CRIF et les loges de la cabale. Aux mili­taires éveillés dans les rangs de com­prendre que le vrai pro­blème ne sont pas les musul­mans mais ceux qui font tout pour en faire des boucs émis­saires dont Zemmour et ses com­plices per­vers de l’obs­cu­ri­té. Le prin­ci­pal pro­blème est ceux qui détiennent vrai­ment le pou­voir en France, chas­­sons-les et nous pour­rons enfin vivre en paix et mettre en œuvre le Bien Commun. Le MAL est planétaire !

    Répondre
    • Ni kip­pa, ni bur­ka ! Le béret !

      Répondre
    • VOUS FAITES UNE GRAVE ERREUR
      Tant que seule­ment 30% des Français iront aux urnes beau­coup de nos conci­toyens iront dans une urne funé­raire
      et oui 90 % de votants et nos chers poli­ti­ciens se retrou­ve­ront avec seule­ment (comme notre pré­sident élu) 20 % de votants et criant à qui vou­lait l entendre qu il était élu avec plus de 50 %
      Or il ne repré­sente rien en rap­port de 70 mil­lions de Français : il n est pas, ils ne sont pas du tout ces poli­ti­ciens repré­sen­ta­tifs de la France

      Répondre
  9. « Ces gens qui ont lut­té contre tous les enne­mis de la France… »

    Une fois de plus, avec nos mili­taires, nous sommes dans le conven­tio­nel, dans le men­songe banal et quo­ti­dien impo­sé par le récit des maîtres du dis­cours, auquel ils adhèrent fidè­le­ment. Pas un mot, pas l’es­quisse d’une allu­sion à la situa­tion de tyran­nie et de déses­poir que vivent les Français depuis plus d’un an. Ces mili­taires n’ont jamais lut­té contre les enne­mis de la France, car ils n’osent même pas en pro­non­cer le nom. Durant leurs car­rières, ils ont com­bat­tu les enne­mis que leur a dési­gnés un gou­ver­ne­ment d’oc­cu­pa­tion au ser­vice de la géo­po­li­tique mon­dia­liste.
    Et revient le thème de la guerre civile que la franc-maçon­­ne­­rie concocte depuis long­temps, car bien sûr le seul vrai enne­mi c’est l’is­la­misme, Zemmour nous l’a bien expli­qué.
    Oui, soyons-en sûrs, si une guerre civile éclate, l’armée main­tien­dra l’ordre sur son propre sol, parce le CRIF le lui deman­de­ra, via son cham­pion, dont il lève­ra le bras au moment du déclenchement.

    Répondre
  10. Le franc-maçon Mélenchon est un pion du Système. Son rôle à lui, c’est de s’op­po­ser sys­té­ma­ti­que­ment à Marine Le Pen.
    Marine Le Pen dit blanc, il dit noir. Elle dit noir, il dit blanc.
    C’est ça son rôle : atti­ser la dis­sen­sion et la haine entre Français.
    Puis au deuxième tour, il appelle à voter Macron.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *