Divide et Impera

22 juillet 2021 | 1 com­men­taire

Macron a au moins réussi une chose dans son quinquennat : diviser la société française

Mais contrai­re­ment à d’autres, lui l’a divi­sée en plu­sieurs groupes, que j’es­père récon­ci­liables dans l’avenir.

Tout d’a­bord, ceux qui ne jurent que par le vac­cin, par peur d’être conta­mi­nés par le virus. Ce sont sou­vent des per­sonnes âgées, c’est nor­mal, ce sont les seules qui ont vrai­ment à craindre (âge moyen des décès : 85 ans), même sans comor­bi­di­tés actives démon­trées. Ce sont éga­le­ment celles que l’on a le plus apeu­rées depuis le début de la crise. D’autres sont plus jeunes, à risque, ou bien sont inquiètes pour leurs proches leur entou­rage fami­lial ou pro­fes­sion­nel. Ce qui peut se com­prendre. Ce sont sou­vent ceux-là qu’on ne voit jamais sans masque, y com­pris seuls en voi­ture ou à la bai­gnade, même vac­ci­nés. C’est là qu’on trouve les into­lé­rants, les inté­gristes de tous poils, ceux qui vou­draient bien vac­ci­ner tout le monde de force. Ceux qui éta­blissent des paral­lèles dou­teux avec les vac­cins de la variole ou du téta­nos qui tuaient presque 100% des conta­mi­nés, contre 0,02% pour la Covid. Ceux qui, menacent, à l’ins­tar de Gabriel Attal, qui traite de sa voix juvé­nile et imma­ture les non vac­ci­nés de « frange capri­cieuse et défai­tiste », et qui pré­dit un « tsu­na­mi viral » si les oppo­sants refusent le vac­cin… Ici aus­si les jour­na­listes à la botte, style BFM, ou les méde­cins gras­se­ment rému­né­rés par Big Pharma et déco­rés de la légion d’hon­neur. Pour ceux-là, le Pass sani­taire doit être évi­dem­ment obli­ga­toire, pour ne pas que les gens en bonne san­té viennent conta­mi­ner les vac­ci­nés qu’ils sont. Peut-être…, car à quoi ser­vaient tous les fla­cons de vac­cin rem­plis de sérum phi­sio­lo­gique décou­verts par hasard les der­nières semaines ? À faire des fausses vac­ci­na­tions sur les notables devant les jour­na­listes ? Ce serait com­plo­tiste d’y pen­ser, mais cer­tains y ont pen­sé, on ne prête qu’aux riches.

Ensuite, il y tous ceux qui sont pour le vac­cin, parce que ce vac­cin leur per­met­tra de conti­nuer à sor­tir, à voya­ger, à aller faire leurs courses, à man­ger au res­tau­rant, à pou­voir boire un verre en ter­rasse. Le virus, ils s’en moquent, ils sont cer­tains qu’ils ne risquent pas grand chose. Ils sont en géné­ral assez jeunes, la soixan­taine maxi donc dans une tranche d’âge très peu atteinte, et de toutes façons faci­le­ment gué­rie. Ils font par­tie du presque mil­lion qui s’est rué sur Doctolib juste après les menaces de Macron lun­di der­nier, non pas pour se pro­té­ger, mais pour vite s’as­su­rer un espace de liber­té pour leurs vacances. Le pass sani­taire, ils sont pour ! On peut les com­prendre. Ils veulent l’ob­te­nir le plus vite pos­sible, et oublier le reste. Parmi eux, cer­tains veulent le rendre obli­ga­toire, comme si cela allait les aider à fran­chir les portes encore inter­dites. Si tout le monde a le pass… moins de contrôle… plus de jouissance.

Mais pas tous ! Une bonne par­tie y est oppo­sée, je l’ai vu same­di. Beaucoup de vac­ci­nés étaient dans la mani­fes­ta­tion. Ils ne mani­fes­taient pas contre le vac­cin, mais contre son carac­tère obli­ga­toire, large nuance que les auto­ri­tés ne veulent pas voir. La liber­té d’a­bord. Ils ne veulent pas du pass qui inter­di­rait à une large par­tie de la popu­la­tion de vivre nor­ma­le­ment, et sans risque comme le montrent les courbes de la dif­fu­sion du variant indien qui monte, et celle des hos­pi­ta­li­sa­tions et des décès qui chutent comme jamais, attei­gnant des seuils bien­tôt proches de zéro.

Ils rejoignent en cela les oppo­sants. Opposants au pass sani­taire d’a­bord, au nom des liber­tés fon­da­men­tales de se dépla­cer, de consom­mer, de vivre. Ceux-là ne veulent pas deve­nir des citoyens de seconde zone, ne pou­vant plus aller boire un café en ter­rasse, prendre le train, aller voir un film sous pré­texte que, même en bonne san­té, ils ne sont pas vac­ci­nés. Ils ne veulent pas perdre leur emploi sur une simple injonc­tion d’un Président et de son ministre de la Santé, aux dépens de toute loi sociale. Pas de ségré­ga­tion sociale en France, c’é­tait le slo­gan le plus décli­né, de diverses manières dans les mani­fes­ta­tions samedi.

Opposants aux vac­cins pro­po­sés ensuite contre le Covid, qui n’ont pas encore fait la preuve de leur inno­cui­té quoi qu’on en dise. Vaccin sans ARN mes­sa­ger à cause des nom­breux cas de décès chez Astra Zénéca à la suite des vac­ci­na­tions de jeunes per­sonnes en par­ti­cu­lier. Vaccin avec ARN mes­sa­ger ensuite, car qui peut pré­dire ce que cette mani­pu­la­tion géné­tique peut engen­drer pour l’a­ve­nir ? Qui pour­rait aujourd’­hui jurer sur la tête de Macron que rien ne se pas­se­ra dans les dix, vingt, trente années à venir et pour les géné­ra­tions à venir ? On aurait donc mani­fes­té pen­dant des années contre les ali­ments OGM, pour finir mani­pu­lé comme un vul­gaire épi de maïs ou grain de soja qu’on vou­lait bou­ter hors de nos assiettes ? Où est pas­sé José Bové ? Ceux-là forment le gros des troupes des « anti », de ceux qui mani­fes­taient same­di, et qui mani­fes­te­ront encore et encore à l’a­ve­nir n’en dou­tons pas.

Restent les « anti­vax », le der­nier groupe, com­po­sé d’op­po­sants à toute vac­ci­na­tion. Ceux-là le sont depuis long­temps, par convic­tion, par phi­lo­so­phie, par peur ou par tout autre rai­son aus­si res­pec­table que celles qui animent ceux qui sont « pour ».

La récon­ci­lia­tion entre tous ces groupes ne sera pas facile d’au­tant que les évé­ne­ments s’ac­cé­lèrent. On voit des méde­cins oppo­sants au pass ou au vac­cin pour­sui­vis, mena­cés ain­si que leurs familles, ou car­ré­ment inter­né, comme le Pouvoir a osé le faire à l’en­contre du Pr Jean-Bernard Fourtillan (lire Au secours, Staline revient ! Où ? En France ! du 15 décembre 2020). On voit des centres de vac­ci­na­tion tagués, détruits, incen­diés. Bien sûr ce genre de pro­vo­ca­tion va se mul­ti­plier, jus­qu’à ce que le mou­ve­ment soit dis­cré­di­té, manœuvre qu’a par­fai­te­ment réus­sie le gou­ver­ne­ment en intro­dui­sant les Black Blocs dans les mani­fes­ta­tions des Gilets Jaunes, rap­pe­lez vous-en !

Alors, un peu de dis­cer­ne­ment, un peu de res­pect, un peu de tolé­rance. Personne n’in­ter­dit aux gens de se faire vac­ci­ner, donc per­sonne ne devrait obli­ger les gens à se faire vac­ci­ner. Il faut évi­ter la frac­ture sociale que Macron veut ins­tau­rer. Diviser pour mieux régner, divide et impe­ra(1), l’a­dage attri­bué à Philippe II de Macédoine est connu de Macron, n’en dou­tons pas.

Patrice LEMAÎTRE

(1) Traduction lit­té­rale : Divise et règne, pas­sé dans le lan­gage en Diviser pour mieux régner.

1 commentaire

  1. très bonne vision réa­liste de la situa­tion.…… à méditer !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

 − 4 = 5