Kaboul centre du Monde, les Talibans humilient l’Occident

23 août 2021 | Aucun com­men­taire

Dans la famille des démo­cra­ties ‑Stan, Ousbeki‑, Tadjiki‑, Paki‑, Turkmeni‑, Kazakh‑, Kirghiz‑, je pioche Afghani-. Sur la Route de la soie, l’Afghanistan a vu défi­ler tout ce que les enva­his­seurs comptent de célé­bri­tés. Le Perse Cyrus le Grand, le Macédonien Alexandre le Grand, le Mongol Gengis Khan, les Anglais au XIXe pour blo­quer les vel­léi­tés de Napoléon d’in­ves­tir les Indes, le sovié­tique Gorbatchev, l’Américain Bush.

Extraits : (sui­vis de nos com­men­taires)
Mes chers com­pa­triotes, de l’hexagone, des Outre-mer et de l’étranger… (et de l’Univers)

… Après une guerre de vingt années… (soit de 2001 à 2021. Et les Soviétiques de 1978 à 1989, ils comptent pour du beurre ? Les Soviétiques ne pour­ront jamais vaincre les rebelles moud­ja­hi­dines sou­te­nus mili­tai­re­ment par les États-Unis. Pourtant, pen­dant cette inter­ven­tion sovié­tique, le gou­ver­ne­ment en place entre­prend d’a­bo­lir cer­taines pra­tiques tra­di­tion­nelles féo­dales : les mariages for­cés et la dot sont inter­dits, l’âge mini­mum légal pour le mariage est rehaus­sé et l’é­cole est ren­due obli­ga­toire pour les filles. Les femmes obtiennent le droit de ne pas por­ter le voile, de cir­cu­ler libre­ment et de conduire. Un pro­jet de léga­li­sa­tion du divorce est rédi­gé. Les diri­geants com­mu­nistes espé­raient éli­mi­ner l’analphabétisme en cinq ans. En 1988, les femmes repré­sen­taient 40 % des méde­cins et 60 % des ensei­gnants à l’Université de Kaboul).
… Kaboul, la capi­tale de l’Afghanistan, est tom­bée en quelques heures, sans résis­tance, aux mains des Talibans. L’intervention amé­ri­caine et inter­na­tio­nale a com­men­cé il y a exac­te­ment vingt ans, après les atten­tats du 11 sep­tembre 2001, et le refus du régime tali­ban de l’époque en Afghanistan, de livrer Ben Laden, l’organisateur de ces atten­tats. (20 années de guerre pour rien, US Go Home, comme d’ha­bi­tude après avoir semé le chaos).
… Notre pays a été, pen­dant treize années, enga­gé mili­tai­re­ment en Afghanistan, de 2001 à 2014. (Mais qu’est-ce qu’on est allé faire dans cette galère ? si ce n’est minau­der auprès de notre ami amé­ri­cain).
… L’intervention mili­taire fran­çaise a donc défi­ni­ti­ve­ment cédé la place, le 31 décembre 2014, à l’action civile que nous avons conti­nué de mener à bien, auprès du peuple afghan, avec lequel nos liens d’amitié sont anciens et pro­fonds. (Ah bon ! On a des liens pro­fonds et anciens avec ce pays dans lequel on n’a jamais mis les pieds ? Pour les accros à l’o­pium allon­gés sur un tapis de soie, peut-être).
… Bon nombre d’unités de l’armée fran­çaise sont pas­sées dans ces val­lées durant ces 13 années : légion­naires, tirailleurs, mar­souins, chas­seurs alpins, marins, avia­teurs… Nous n’oublierons pas nos sol­dats. Nous n’oublierons pas nos morts. 90 au total.

Morts en opex ou morts pour rien ?

… Des opé­ra­tions sont conduites depuis plu­sieurs années, pour accueillir en France les per­son­nels civils afghans qui ont tra­vaillé pour l’armée fran­çaise, ain­si que leurs familles. C’est notre devoir et notre digni­té de pro­té­ger ceux qui nous aident : inter­prètes, chauf­feurs, cui­si­niers et tant d’autres. (Préparez-vous à accueillir des Afghans par paquets de mille et pas que des cui­si­niers pour res­tau­ra­tion rapide et des chauf­feurs-livreurs Uber-Eats).
… C’est un enjeu pour la paix, la sta­bi­li­té inter­na­tio­nale, contre un enne­mi com­mun : le ter­ro­risme et ceux qui le sou­tiennent ; à cet égard, nous ferons éga­le­ment tout pour que la Russie, les États Unis et l’Europe puissent effi­ca­ce­ment coopé­rer, car nos inté­rêts sont bien les mêmes. (Voilà que le giflé découvre les ver­tus de la Russie, on croit rêver).
… Ensuite, la désta­bi­li­sa­tion de l’Afghanistan risque (Quel doux euphé­misme) éga­le­ment d’entraîner des flux migra­toires irré­gu­liers vers l’Europe.
… Le peuple afghan a le droit de vivre dans la sécu­ri­té et le res­pect de cha­cun. Les femmes afghanes ont le droit de vivre dans la liber­té et la digni­té. (Les Soviétiques avaient obte­nu ça pen­dant leur occu­pa­tion. La pres­sion occi­den­tale les a contraints à se reti­rer, pour y reve­nir 10 ans après, ten­ter sans suc­cès la même chose).
Vive la République, Vive la France

Après avoir pris Trappes, Roubaix et Saint-Denis, les moud­ja­hi­dines reprennent Kaboul. Heureusement, le souf­fle­té de Tain, inca­pable de tenir ses cités, sau­ra faire s’a­ge­nouiller ce peuple tali­ban, qui somme toute est chez lui à Kaboul, loin de chez nous.

Je vous laisse sur cette chan­son de Renaud, Manhattan-Kaboul, à méditer.

Un 747, s’est explo­sé dans mes fenêtres
Mon ciel si bleu est deve­nu orage
Lorsque les bombes ont rasé mon village

Les dieux, les reli­gions
Les guerres de civi­li­sa­tions
Les armes, les dra­peaux, les patries, les nations
Font tou­jours de nous de la chair à canon

Michel Lebon

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

 + 53 = 62