Le prêtre Léon Morin n’aura pas sa messe à l’église de La Madeleine

10 sep­tembre 2021 | Aucun com­men­taire

Haut lieu des hom­mages aux artistes dis­pa­rus, l’é­glise de La Madeleine a accueilli les plus grands de nos artistes. De Chopin en 1849 à Johnny Hallyday en 2017 : citons Offenbach, Mistinguett, la jeune pan­théo­ni­sée Joséphine Baker en 1975, Tino Rossi, Thierry le Luron, Dalida, Trenet, Bécaud, Henri Salvador et bien d’autres artistes.

On attendait Bébel

Madeleine messe Johnny

On se sou­vient de l’air embar­ras­sé de Macron avec le gou­pillon devant le cer­cueil de Johnny en 2017. Largement cri­ti­qué pour sa pré­sence à cette messe, pré­sen­té par la Bien Pensance gau­chiste comme un coup de canif à la sacro-sainte laï­ci­té. Plus ques­tion désor­mais pour Macron de se com­pro­mettre devant l’hô­tel de Dieu.

Allez, hop ! On déménage la République aux Invalides pour les messes républicaines des pipoles

Et puis on connaît le pavé, les empla­ce­ments pour la musique de la Garde répu­bli­caine, le bar­num pour les invi­tés et le cous­sin rouge pour la Légion d’honneur.

Daniel Cordier - Hommage Invalides - 26 novembre 2020

Hommage à Daniel Cordier, com­pa­gnon de la Libération, décé­dé le 20 novembre 2020

Le show est tou­jours prêt dans cette cour des Invalides, tout d’a­bord réser­vée à nos sol­dats morts pour la France depuis le retour des cendres de Napoléon en 1840. La cour a fini par accueillir des per­son­na­li­tés civiles. Le com­man­dant Cousteau en 1997, civil mais ancien de La Royale. Chaban Delmas en 2000, civil mais ex-offi­cier (certes pas bien long­temps). Depuis, des per­son­na­li­tés poli­tiques et diverses comme Charles Aznavour et main­te­nant Bébel.Belmondo Invalides

La céré­mo­nie a été plu­tôt bien orches­trée. Le céré­mo­nial est main­te­nant bien rodé. J’ai regret­té que le cer­cueil du Morfalou ne soit pas por­té par des légion­naires à la place de Gardes répu­bli­cains. Cela aurait mieux col­lé au per­son­nage de fiction.Belmondo légionnaires

Jean-Paul, et non pas Jean-Pierre pour les nulles, ne sera lâche­ment tué qu’une seule fois au ciné­ma. Dans le dos, à la fin du film Le Professionnel. Avec en fond sonore, la magni­fique musique d’Ennio Morricone. Son cer­cueil quit­te­ra la cour sur cette musique inter­pré­tée par la Garde. Émouvant clin d’œil. J’avoue avoir été ému à ce moment, ce sen­ti­ment hor­rible de voir toute une France dis­pa­raître avec lui.

Cliquer sur le cercle vert pour démar­rer la vidéo

Certes, tout le monde l’aime, notre Bébel natio­nal. Moi le pre­mier, je l’a­voue. Il a accom­pa­gné nos vies. Pour les anciens il sera le meilleur des sal­tim­banques pour inter­pré­ter toutes sortes de héros des mer­veilleuses Trente Glorieuses. Lui, Tintin, Tanguy et Laverdure, tous ces barou­deurs qui auront sus­ci­té tant de voca­tions d’a­ven­tures chez les jeunes.

Mais ça, c’était avant le drame : la cancel culture, le wokisme et j’en passe

Personne n’au­ra eu de prises sur lui, il a tou­jours su très intel­li­gem­ment nous épar­gner ses opi­nions poli­tiques ou socié­tales, tant mieux. Merci. Il aura tout juste été épin­glé par Charlie-Hebdo, sans doute jaloux de ses conquêtes fémi­nines, incom­pa­tibles avec le féminisme. Belmondo - Charlie Hebdo

Il fut l’exception culturelle

Michel Lebon

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

26 − 20 =