Ma semaine d’observation de l’info (24 octobre 2021)

24 octobre 2021 | 3 Commentaires 

Dimanche 17 octobre 2021

Séquence repen­tir et mise à plat ventre annuelle ce jour avec la com­mé­mo­ra­tion du « mas­sacre » du 17 octobre 1961 à Paris. Chaque année une mani­fes­ta­tion est ain­si orga­ni­sée en mémoire des « 200 à 300 » algé­riens « mas­sa­crés » et jetés à la Seine par la police pari­sienne du pré­fet Maurice Papon. Or, comme le rap­pelle Bernard Lugan, l’un des meilleurs connais­seurs fran­çais de l’Afrique : « Ce fut à de pré­ten­dues vic­times que le Président de la République ren­dit hom­mage car il n’y eut pas de mas­sacre d’Algériens à Paris le 17 octobre 1961. Nous sommes en effet en pré­sence d’un mythe impo­sé comme dogme par un lob­by particu­lièrement actif tota­le­ment immer­gé dans les cercles de pou­voir et d’o­pi­nion. Ce mythe repose sur la mani­pu­la­tion de dates et de chiffres, notam­ment sur l’ad­di­tion de morts anté­rieurs et posté­rieurs à la mani­fes­ta­tion du 17 octobre 1961. »
Les chiffres offi­ciels parlent de trois morts, dont les noms sont par­fai­te­ment connus. Personne jus­qu’i­ci n’a été capable d’a­jou­ter des noms à la liste sur les « 200 à 300 » assas­si­nés. En outre, s’il existe des pho­tos de la mani­fes­ta­tion, il n’en existe aucune des cen­taines de cadavres flot­tant sur la Seine selon la légende, ce qui paraît quand même incroyable. Où sont pas­sés ces 200 à 300 cadavres jetés dans la Seine ? Ils ne se sont pas « dis­sous » dans le fleuve et n’ont été aper­çus sur aucun rivage de la Seine, de Paris jusqu’à Rouen !
Mensonge d’État encore une fois, per­met­tant à Macron de fus­ti­ger son pays et de se cou­cher devant l’Algérie.
Plusieurs per­sonnes ont d’ailleurs mani­fes­té leur mécon­ten­te­ment en per­tur­bant la céré­mo­nie de com­mé­mo­ra­tion à Paris du 60e anni­ver­saire des évé­ne­ments sur­ve­nus le 17 octobre 1961. Certains ont scan­dé des slo­gans hos­tiles aux auto­ri­tés algé­riennes, en par­ti­cu­lier au consul géné­ral d’Algérie à Paris, Saïd Moussi, alors qu’il effec­tuait la « Fatiha » (la pre­mière sou­rate du coran) aux défunts. « Vous n’avez pas honte ? », « Le mas­sacre conti­nue en Algérie », ont-ils ain­si lancé.

Lundi 18 octobre 2021

Si en France, les mou­tons conti­nuent à bran­dir fiè­re­ment leur passe pour aller au res­tau­rant, à leur salle de sport, ou prendre l’a­vion, ce n’est pas le cas par­tout. Chez nos voi­sins ita­liens, dans le plus grand silence des médias fran­çais aux ordres, l’o­bli­ga­tion du passe dans le sec­teur pro­fes­sion­nel a déclen­ché des mani­fes­ta­tions dans toutes les grandes villes. Depuis le 15 octobre, la pai­sible ville de Trieste, située à la fron­tière avec la Slovénie, se retrouve à l’épicentre des contes­ta­tions liées au passe sous faux dra­peau­sa­ni­taire. Le port a vu une grande mani­fes­ta­tion se tenir dès le jour de l’entrée en vigueur de l’obligation de pré­sen­ter son passe vert pour aller tra­vailler, une pre­mière en Europe.Anti-passe Italie - Octobre 2021

Mardi 19 octobre 2021

Quel est donc ce nou­veau jeu qui fait fureur dans les cours d’é­cole au point d’in­quié­ter les ensei­gnants ?
Série pro­duite par la pla­te­forme amé­ri­caine Netflix, « Squid game » pour une fois, n’est pas issue de cer­veaux état­su­niens, mais coréens. Quand le petit peuple, désar­gen­té et pau­mé n’en peut plus, il s’ac­croche à toutes les solu­tions pour ten­ter de sur­vivre, y com­pris aux plus sor­dides. D’autant que ceux qui les ont lais­sés dans cette misère entre­te­nue sans com­plexe par la socié­té de consom­ma­tion, les ont depuis long­temps oubliés à leur sort après s’en être ser­vis.
Pour ten­ter de gagner un peu d’argent, les per­sonnes à bout de res­sources s’a­donnent àun jeu très simple… en appa­rence, qui res­semble à la ter­rible sen­tence de la série de films « Saw ». Mais la dif­fé­rence affecte sur­tout le per­dant : il reçoit… une balle dans la tête. Roulette coréenne impla­cable mais addic­tive puisque ces pau­més vont retour­ner jouer, pas­sant outre l’hor­reur de la sen­tence.
Au-delà du pre­mier degré de l’his­toire, le scé­na­rio nous fait com­prendre que nous sommes en fait tous quelque part des acteurs d’un « Squid game » dans une socié­té où il faut mar­cher ou cre­ver. Regardons par exemple la vac­ci­na­tion. Celui qui la refuse est exclu, refou­lé, alors que celui qui l’ac­cepte gagne le droit de sur­vivre, et il sur­vit, accep­tant pour cela une nou­velle injec­tion qui lui per­met­tra de par­ti­ci­per à la vie, de sor­tir, de voya­ger… et ceci, d’in­jec­tion en injec­tion… jus­qu’à ce qu’il perde, renonce à se faire piquer, et dans ce cas la sen­tence sera impla­cable : la mort sociale !
La série est parait-il, inter­dite aux moins de seize ans. Mais comme d’ha­bi­tude, avec le renon­ce­ment total des parents, dans les cours de récréa­tion, le « Squid game » a rem­pla­cé les billes et les élas­tiques. On se tire des­sus, mais pour de faux.
Et dans la vraie vie, par quoi rem­place t‑on les balles ?Danger Squid Game

Mercredi 20 octobre 2021

Parmi les mil­liers de faits divers, il en est un qui a été rela­té par cer­tains des médias natio­naux, il s’a­git de l’a­gres­sion d’une dépu­tée LREM et de son com­pa­gnon hier soir dans le VIIe arron­dis­se­ment pari­sien. L’élue de l’Hérault Coralie Dubost, ex-com­pagne d’Olivier Véran, sor­tait d’un res­tau­rant où elle venait de dîner avec son com­pa­gnon, lorsque le couple a été atta­qué par un groupe de trois ou quatre indi­vi­dus. La dépu­tée a été pro­je­tée à terre, tan­dis qu’on lui volait son sac à main dans lequel se trou­vaient 2000 euros en espèces. Son com­pa­gnon de son côté se voyait déles­ter de sa montre Rolex éva­luée à 12 000 €, et de son portefeuille.

Par delà un fait divers hélas trop com­mun puisque l’État n’est plus, depuis long­temps, en capa­ci­té de pro­té­ger ses citoyens, on peut se deman­der pour­quoi une dépu­tée se pro­mène avec une telle somme en liquide dans son sac à main, ce qui ne risque pas d’ar­ri­ver au com­mun des mor­tels… Son com­pa­gnon pos­ses­seur d’une Rolex en bon admi­ra­teur de Julien Dray et Séguéla, finit de mar­quer l’empreinte « bling-bling » de l’é­lue LREM. Le par­ti est d’ailleurs d’une dis­cré­tion de vio­lette à l’é­gard de cet évé­ne­ment. On aurait bien aimé entendre l’a­vis de Mme Schiappa sur cette agres­sion d’une femme dans la rue.

Coralie Dubosc - Olivier Véran

[Copie d’é­cran France 3 Régions Occitanie] Coralie Dubost avec son ex-com­pa­gnon Olivier Véran, lors de la visite de celui-ci et du 1er ministre le 11 août 2020 à la Grande-Motte. • © MaxPPP/​Michael ESDOURRUBAILH

Une de ses connais­sances lui a d’ailleurs adres­sé un petit mot gentil :

« Chère Coralie, je suis bien triste d’apprendre que tu as expé­ri­men­té l’insécurité qui, jusqu’alors, n’était pour toi qu’un sen­ti­ment. Ton com­pa­gnon et toi avez été agres­sés à Paris, la nuit. Lui, un homme de la finance, s’est pris une bran­lée qui lui a coû­té sa Rolex à 12 000 euros. Mais toi, Coralie ? J’apprends que tu t’es fait déro­ber deux mille euros en liquide. Mais c’est quoi, ça ? À l’heure où le pognon est deve­nu mas­si­ve­ment vir­tuel, où tout se paye en carte de cré­dit, où l’État lui-même songe à faire dis­pa­raître les billets qu’il n’imprime plus depuis long­temps, on peut légi­ti­me­ment se deman­der com­ment ces deux mille euros avaient atter­ri dans ton sac. D’où venaient-ils donc, et à quoi pou­vaient-ils bien ser­vir ? À payer son mois à Rachida, cette petite maro­caine qui repasse à mer­veille et fait si bien les tajines ? À sol­der le compte de Monsieur Prescovic, cet admi­rable menui­sier à la retraite qui a enfin ter­mi­né la biblio­thèque en chêne du salon ? À rému­né­rer Joao, l’habile plom­bier qui a chan­gé l’ancien dres­sing en cabi­net de douche ? On se perd en conjec­tures, tu sais. En tant que jolie député.e LREM de l’Hérault, en tant qu’ex-meuf d’Olivier Véran, notre très popu­laire ministre de la Santé, en tant que don­neuse de leçon de trans­pa­rence démo­cra­tique sur les pla­teaux télé, tu devrais être plus atten­tive au contrôle des flux finan­ciers qui tran­sitent par ta besace, le soir, à Paris, quand tu sors du res­to. Juste his­toire de ne pas atti­rer le regard des soup­çon­neux et des médi­sants. »

J.-M. M. (Texte trou­vé sur internet)

Jeudi 21 octobre 2021

Les dépu­tés ont donc voté cette nuit la pos­si­bi­li­té de pro­lon­ger le passe dit « sani­taire » jus­qu’en 2022. Encore une fois, ce sont les « com­plo­tistes » qui avaient rai­son : ce passe est fait pour s’ins­tal­ler dans la durée !
À noter que le texte a été voté par 135 voix contre 125, soit un écart de 10 petites voix. L’écart se res­serre entre pro et anti passe à l’Assemblée, et dans le même temps une motion de 130 élus de Haute Savoie a été dépo­sée pour l’a­bo­li­tion de celui-ci. Cette mas­ca­rade pure­ment liber­ti­cide fait donc de moins en moins l’u­na­ni­mi­té.
260 votants sur les 577 dépu­tés élus. On com­prend mieux pour­quoi l’abs­ten­tion gagne du ter­rain. Où étaient les 317 autres ? Ne sont-ils pas payés (et gras­se­ment) pour faire leur job ?
Le passe sera donc tou­jours en vigueur lors des élec­tions pré­si­den­tielles et légis­la­tives, les non vac­ci­nés (qui inclu­ront bien­tôt tous ceux qui refu­se­ront une troi­sième dose !) n’au­ront donc ain­si pas accès aux bureaux de vote. Ne res­te­ront que les macro­nistes… CQFD.Assemblée nationale vide - Texte de loi Vivilance - Octobre 2021

Vendredi 22 octobre 2021

« Général Colin L. Powell, ancien secré­taire d’État amé­ri­cain et pré­sident des chefs d’é­tat-major inter­ar­mées, est décé­dé ce matin à cause de com­pli­ca­tions du Covid 19. Il a été com­plè­te­ment vac­ci­né. Nous tenons à remer­cier le per­son­nel médi­cal du Walter Reed National Medical Center pour leur trai­te­ment bien­veillant. Nous avons per­du un mari, un père, un grand-père remar­quable et aimant et un grand amé­ri­cain. »

Colin Powell

Hélas pour lui : Colin Powell res­te­ra dans l’Histoire le por­teur du men­songe d’État fomen­té dans le but de déclen­cher une guerre contre un pays souverain

C’est par ce com­mu­ni­qué que la famille de l’an­cien secré­taire d’État de Georges Bush a annon­cé son décès. L’homme qui avait men­ti au monde entier en bran­dis­sant un petite fiole d’Anthrax à la tri­bune de l’ONU en 2003, suc­combe lui aus­si à un men­songe d’État, après une vac­ci­na­tion que l’on nous pré­sente comme « évi­tant les com­pli­ca­tions dues au Covid ».

Samedi 23 octobre 2021

« Certains, dans les pays occi­den­taux, sont sûrs que l’effacement agres­sif de pages entières de leur propre his­toire, la dis­cri­mi­na­tion inver­sée de la majo­ri­té dans l’intérêt des mino­ri­tés ou la demande d’abandonner la com­pré­hen­sion habi­tuelle de ce que sont des choses aus­si fon­da­men­tales que la mère, le père, la famille ou même les dif­fé­rences entre les genres, consti­tuent, selon eux, les jalons du mou­ve­ment vers un renou­veau social. »
C’est par ces mots, d’une luci­di­té exem­plaire, que Vladimir Poutine décrit la « décons­truc­tion » de notre civi­li­sa­tion occi­den­tale, que ne veulent pas enrayer nos diri­geants, se confor­mant aux ordres de l’Union Européenne et au-des­sus…
Le pré­sident russe se com­porte en par­fait contre-exemple de ce qu’il fau­drait faire pour épar­gner « l’ef­fa­ce­ment agres­sif de pages entières de (notre) propre his­toire ».
Il se défend cepen­dant d’être un don­neur de leçons, et exhorte les pays occi­den­taux de faire de même et de ne pas trop s’en prendre à la mai­son Russie.Cancel culture

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE

3 Commentaires 

  1. Merci d’a­voir fait réfé­rence à l’his­to­rien Bernard LUGAN. Il a revu les rap­ports offi­ciels de l’é­poque deman­dé par Lionel JOSPIN. Il pré­cise : 2 ou 3 morts des suites de leurs bles­sures, aucun n’a per­du la vie durant la mani­fes­ta­tion, laquelle n’a connu qu’un seul mort le Français Guy Chevallier (sans doute un pro FLN).

    Répondre
  2. J’adore le texte de J M M trou­vé sur inter­net. Comme quoi l’in­sé­cu­ri­té va pro­ba­ble­ment chan­ger de camp.

    Répondre
  3. Attention que l’on ne nous inter­dise pas de voter si on n’est pas vac­ci­né
    ça ira très mal pour eux atten­tion
    attention

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

trente −  = vingt sept