L’état normal, c’est le flicage

par | 19 jan­vier 2022 | 1 com­men­taire

Pour Albert Bourla, le patron de Pfizer : « Nous allons bien­tôt reprendre une vie nor­male. » Le Figaro publie son inter­view le jour même où l’Assemblée natio­nale adopte défi­ni­ti­ve­ment le pro­jet ins­tau­rant le passe vac­ci­nal.Figaro - Lundi 17 janvier 2022Le patron de Pfizer peut bien para­der dans la presse subventionnée.

Pour lui, c’est la réussite totale :

• L’embrouille a bien fonc­tion­né puisque l’o­bli­ga­tion vac­ci­nale, qui ne dit pas son nom, n’a aucun fon­de­ment sani­taire : l’é­pi­dé­mie décroît et va bien­tôt dis­pa­raître alors même que les injec­tions n’y sont pour rien. Les per­sonnes dites vac­ci­nées étant plus nom­breuses à être conta­mi­nées que les per­sonnes non vac­ci­nées puisque les injec­tions dimi­nuent les défenses immu­ni­taires natu­relles.
• Cerise sur le gâteau : les citoyens eux-mêmes ont payé pour cette mani­pu­la­tion qui a per­mis à son entre­prise d’engran­ger des mil­liards de pro­fits.
• Le pas­se­port vac­ci­nal ne serait renou­ve­lé qu’à condi­tion que les rap­pels d’in­jec­tion soient effec­tués tous les 3 à 4 mois : la rente ad vitam.

Figaro - Fin épidémie - 19 janvier 2022

Et pour Macron :
Le pas­se­port numé­rique est accep­té par la repré­sen­ta­tion popu­laire : les Français sont doré­na­vant sou­mis à la pré­sen­ta­tion d’une pièce jus­ti­fi­ca­tive pour « vivre nor­ma­le­ment », c’est-à-dire : voya­ger, se nour­rir, se ren­con­trer, etc. tout cela se fera doré­na­vant sur pré­sen­ta­tion d’un pas­se­port numé­rique (dénom­mé « Ausweis » en d’autres temps).

La France pro­mulgue le passe vac­ci­nal à l’heure où LA Pandémie qui devait déci­mer la pla­nète se réduit à une grippe sai­son­nière. Qu’est-ce qu’on fait du passe vac­ci­nal ? Alors on conti­nue à vac­ci­ner, ou on arrête ?

Stop ou encore ?

Qu’est-ce qu’on fait de toutes ces fioles com­man­dées d’a­vance ? On les jette ? … comme au Royaume Uni :

The Guardian - Doses vaccin


Les fioles de rap­pel de Covid seront jetées alors que la demande chute

Albert Bourla n’en a cure : il a tou­ché l’argent !

Et les Français — qui ont payé — se sont enfon­cés dans la soumission.

Georges Gourdin

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

1 commentaire

  1. « Papiere, bitte » Au secours, ils sont de retour avec le 4ième Reich !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

+ soixante-dix sept = soixante-dix huit