Ma semaine d’observation de l’info (8 mai 2022)

par | 8 mai 2022 | 5 Commentaires 

Dimanche 1er mai 2022

Ça n’a pas traî­né : comme il fal­lait s’y attendre, une semaine à peine après avoir appe­lé à le réélire, la gauche était dans la rue contre Macron, et les tra­di­tion­nels défi­lés du pre­mier mai, se sont sou­vent dérou­lés avec la vio­lence des « blacks-blocs ». Elle s’est de nou­veau mon­trée sous son vrai jour, hai­neuse et cas­seuse.
Mélenchon, le « chef » des Insoumis (à quoi ?), pleure aujourd’­hui, en disant « c’est pas moi…», réac­tion d’un gamin de CM2. Il va même jus­qu’à s’é­ri­ger en vic­time, pré­tex­tant que ces « casses » étaient vou­lues et orches­trées par le pré­fet de police lui-même…
Les Français ont été par­ti­cu­liè­re­ment cho­qués par la vidéo mon­trant une jeune mani­fes­tante s’en pre­nant aux pom­piers qui essayaient d’é­teindre un feu de palettes, n’hé­si­tant pas à frap­per le sol­dat du feu ! Cette même mani­fes­tante qui posait avec un bul­le­tin de vote « Mélenchon ». On a les élec­teurs que l’on mérite.Électrice Mélenchon

Dans les tra­di­tion­nelles villes isla­mo-gau­chistes comme Rennes ou Nantes, les cas­seurs s’en sont éga­le­ment don­né à cœur joie, bri­sant les vitrines des cibles habi­tuelles.
Ces scènes de vio­lence nous donnent hélas un petit goût de ce qui arri­ve­ra dans les rues si d’a­ven­ture, le mar­xiste ten­dance Groucho arri­vait à réunir la coa­li­tion des gauches pour les légis­la­tives. Vu que Marine Le Pen est en train de figno­ler sa pro­chaine vic­to­rieuse défaite en refu­sant les mains ten­dues, on sait à quoi s’attendre.

Lundi 2 mai 2022

Triste anni­ver­saire en Ukraine. En effet, à Odessa le 2 mai 2014, plu­sieurs cen­taines de per­sonnes s’op­po­sant au coup d’État qui avait chas­sé le pré­sident Viktor Ianoukovitch du Pouvoir, étaient pour­sui­vies par des natio­na­listes radi­caux ukrai­niens. Ceux-ci étaient par­ti­sans du Maïdan, du nom de la place où est née la révo­lu­tion du même nom en 2014, suite de la déci­sion du gou­ver­ne­ment ukrai­nien de ne pas signer un accord d’as­so­cia­tion avec l’Union euro­péenne au pro­fit d’un accord avec la Russie. Pour échap­per à leurs pour­sui­vants, ces per­sonnes avaient trou­vé refuge dans la Maison des Syndicats. Les natio­na­listes les avaient alors empê­ché de sor­tir du bâti­ment en flamme, notam­ment en leur jetant des cock­tails Molotov.Odessa - Maison des Syndicats en feu - 2014

La police était res­tée de marbre, refu­sant d’in­ter­ve­nir. 48 per­sonnes prises au piège avaient péri brû­lées vives ou avaient subi une intoxi­ca­tion mor­telle au monoxyde de car­bone, ou suc­com­bé à la suite d’une chute depuis les étages supé­rieurs après avoir essayé d’é­chap­per à un tel sort.
Depuis ce drame, la Russie ne cesse de récla­mer une enquête notam­ment à l’OSCE et au Conseil de l’Europe. Sans suc­cès pour le moment…Odessa - Victimes incendie maison des Syndicats - 2014

Mardi 3 mai 2022

Le petit scan­dale de la semaine, c’est à la dépu­tée Coralie Dubost qu’on le doit, dépu­tée LREM et ex-com­pagne d’un ministre de la san­té Olivier Véran. (voir ma semaine d’ob­ser­va­tion de l’in­fo du mer­cre­di 20 octobre 2021).
Elle aurait, selon l’art de la litote uti­li­sable dans ces cas-là : « mul­ti­plié les usages inap­pro­priés de ses frais de man­dat ». En fran­çais cor­rect, elle fai­sait ses courses et man­geait au res­tau­rant avec notre pognon !

« Point culmi­nant des dépenses, en octobre 2018, l’élue a dépen­sé plus de 3 300 euros de vête­ments en un mois, notam­ment sur des sites de vente en ligne comme Vente pri­vée, Place des ten­dances ou Showroom pri­vé. Le mois pré­cé­dent, ses frais d’habillement et d’accessoires s’étaient éle­vés à 2 600 euros. Le sui­vant, la fac­ture attei­gnait 2 500 euros, notam­ment auprès de marques comme Sézane ou The Kooples », écrit le site d’in­ves­ti­ga­tion Médiapart, évo­quant éga­le­ment plus de 500 euros d’argent public qui auraient été dépen­sés en 2018 dans… des enseignes de lin­ge­rie, et qui pré­cise encore : « L’enveloppe de frais men­suels de 5 373 euros allouée par l’Assemblée » n’a pas suf­fit à l’é­lue LREM. Début 2019, la dépu­tée aurait contrac­té un prêt auprès de La Banque pos­tale, qui gère les comptes AFM (Avance de Frais de Mandat) de chaque par­le­men­taire, afin de faire face à un décou­vert dépas­sant les 7 000 euros. Train de vie abu­sif ? On se sou­vient que, sor­tant d’un res­tau­rant pari­sien en octobre 2021 avec son nou­veau com­pa­gnon, la repré­sen­tante du peuple avait été vio­lem­ment agres­sée et déles­tée de sa montre Rolex (12 000 euros) et de son sac conte­nant 2 000 euros.
Pour sa défense, l’é­lue explique qu’elle a été mal conseillée (vous voyez pour qui vous votez!), et que, à pro­pos de l’a­chat de vête­ments, elle fait valoir qu »« il y a des tenues man­dat et les tenues per­so ».
Le bon Peuple aime­rait qu’on lui explique quelle dif­fé­rence il y a entre la lin­ge­rie uti­li­sée pour le « man­dat », et la lin­ge­rie uti­li­sée « per­so ». Dans cer­taines pro­fes­sions, peut-être…
Plus qu’une ques­tion d’argent, puisque les sommes dépen­sées sont loin d’at­teindre par exemple, celles uti­li­sées pour cer­tains cabi­nets de conseil, comme Mc Kinsey, ce qui choque, c’est la façon dont ces « élites », qui sont tout de même cen­sées nous repré­sen­ter, se moquent de la décence et res­tent à vivre dans leur bocal d’é­ter­nels privilégiés.

Coralie Dubosc - Olivier Véran

[Copie d’é­cran France 3 Régions Occitanie]
Coralie Dubost avec son com­pa­gnon, lors de visite d’Olivier Véran et du 1er ministre le 1108 der­nier à la Grande-Motte. • © MaxPPP/​Michael ESDOURRUBAILH

Mercredi 4 mai 2022

Le chiffre d’af­faires de Pfizer a bon­di au pre­mier tri­mestre 2022, dopé par les ventes de son vac­cin anti-Covid, avec 25,7 mil­liards de dol­lars (soit 24,32 mil­liards d’eu­ros), selon ses résul­tats finan­ciers publiés le 3 mai. Ce chiffre repré­sente une hausse de 77 % sur un an.
Il faut dire que les gou­ver­ne­ments euro­péens ont tout fait pour cela… On se rap­pelle que, début jan­vier, l’en­tre­prise amé­ri­caine s’é­tait indi­rec­te­ment retrou­vée au cœur d’une polé­mique, suite au refus de la pré­si­dente de la Commission euro­péenne Ursula von der Leyen de révé­ler le conte­nu de tex­tos échan­gés avec le PDG du labo­ra­toire Pfizer à pro­pos de l’a­chat de vac­cins contre le Covid-19.

Ursula von den Leyen - Albert Bourla Pfizer

Ursula von den Leyen en effu­sion avec le PDG de Pfizer Albert Bourla

Suite à ce refus, la média­trice de l’Union euro­péenne (UE), qui a pour mis­sion d’enquêter sur des cas de « mau­vaise admi­nis­tra­tion » dans les agis­se­ments des ins­ti­tu­tions, avait deman­dé – sans suc­cès – au cabi­net d’Ursula von der Leyen de pro­cé­der à « une recherche plus appro­fon­die » afin de retrou­ver les mes­sages échan­gés.
Toujours est-il que la France a pro­ba­ble­ment l’in­ten­tion de vou­loir vac­ci­ner rapi­de­ment les enfants en bas âge. Contrairement à ce qui a été dit pen­dant la cam­pagne et bien que le sujet ait été soi­gneu­se­ment évi­té, notre pays a com­man­dé 12 mil­lions de doses de vac­cin pédia­trique chez Pfizer, dont 9 mil­lions entre le 6 février et le 24 avril der­nier.
Vous pou­vez consul­ter ces chiffres ici. Ouvrez le fichier « flux-total-nat.csv », et faites défi­ler jus­qu’à Pfizer pédia­trique (page 5 et sui­vantes). Tout y est !

2021-12-19 Pfizer Pédiatrique 194400 1944000
2021-12-26 Pfizer Pédiatrique 0 0
2022-01-02 Pfizer Pédiatrique 0 0
2022-01-09 Pfizer Pédiatrique 0 0
2022-01-16 Pfizer Pédiatrique 66000 660000
2022-01-23 Pfizer Pédiatrique 33600 336000
2022-01-30 Pfizer Pédiatrique 0 0
2022-02-06 Pfizer Pédiatrique 83400 834000
2022-02-13 Pfizer Pédiatrique 106800 1068000
2022-02-20 Pfizer Pédiatrique 106800 1068000
2022-02-27 Pfizer Pédiatrique 106200 1062000
2022-03-06 Pfizer Pédiatrique 75000 750000
2022-03-13 Pfizer Pédiatrique 75600 756000
2022-03-20 Pfizer Pédiatrique 75360 753600
2022-03-27 Pfizer Pédiatrique 75840 758400
2022-04-03 Pfizer Pédiatrique 0 0
2022-04-10 Pfizer Pédiatrique 74400 744000
2022-04-17 Pfizer Pédiatrique 54720 547200
2022-04-24 Pfizer Pédiatrique 74880 748800

C’est écrit !

Jeudi 5 mai 2022

Pendant que les clients des super­mar­chés cherchent vai­ne­ment de l’huile de tour­ne­sol dans les rayons, il serait bon dans ce domaine de remettre un peu les pen­dules à l’heure.
La pro­duc­tion 2021 de tour­ne­sol en France, serait « la plus forte depuis 2000 », note le ser­vice sta­tis­tique du minis­tère de l’Agriculture soit 1,9 mil­lions de tonnes !
La pro­duc­tion a en effet béné­fi­cié de pluies esti­vales et ses ren­de­ments ont été excel­lents dans la qua­si-tota­li­té des régions.
Alors pour­quoi cette pénu­rie dans les rayons ?
Tout sim­ple­ment à cause de la bêtise des con-som­ma­teurs, qui, ayant enten­du par­ler de pénu­rie, ont consti­tué des stocks. On les ima­gine bien, mas­qués (on ne sait jamais!), rem­plis­sant leur cad­dy des dives bou­teilles en plas­tique jaune. Ils ont beau avoir voté Macron, les risques de pénu­rie « à cause de Poutine » pensent-ils, sont bel et bien là. Et mieux vaut être pré­voyants, comme ils l’a­vaient été avec le papier toi­lette il y a à peine deux ans.
Mais Michel Édouard Leclerc vient d’a­jou­ter une autre rai­son sur CNews : « C’est du pipeau ! L’huile de tour­ne­sol qui manque ici aujourd’hui ou qu’on envoie les gens cher­cher, ce sont des graines qui ont été récoltées l’année dernière. Donc c’est de la spéculation, au mieux de l’anticipation et il n’y a pas de rai­son de lais­ser les prix par­tir comme ça à la hausse ». Macron, pour­quoi tu tousses ?

Vendredi 6 mai 2022

Législatives à venir : deux blocs face à face, des miettes pour les autres.
Mélenchon a réus­si son pari de fédé­rer au moins pour ce scru­tin, les prin­ci­pales com­po­santes de la gauche, éco­lo­gistes, com­mu­nistes, socia­listes… sous une nou­velle ban­nière : la Nouvelle Union Populaire Écologiste et Sociale (NUPES).
En face, c’est la Renaissance. À savoir une union entre LREM, le Modem de François Bayrou, et Horizons d’Édouard Philippe.
Deux gros groupes l’un en face de l’autre pour se par­ta­ger les 577 cir­cons­crip­tions.
Et à droite me direz-vous ? Les LR semblent prêts à suivre Macron pour la plu­part…
Quant au RN, il per­siste à vou­loir faire cava­lier seul et court donc à sa perte, contrai­re­ment à la gauche, et aux cen­tristes qui réus­sissent à marier la carpe et le lapin. Marine Le Pen refuse une alliance pour­tant presque géné­tique avec Reconquête. Une stra­té­gie plus que ris­quée qui pour­rait lui coû­ter encore plus cher qu’en 2017.

Nouvelle Union Populaire Écologiste et Sociale

Futurs maîtres de l’Assemblée nationale ?

Samedi 7 mai 2022

Il n’au­ra pas fal­lu attendre bien long­temps : une semaine après la réélec­tion de Macron, un décret très dis­cret est paru au Journal Officiel :
Décret n° 2022–676 du 26 avril 2022 auto­ri­sant la créa­tion d’un moyen d’identification élec­tro­nique dénom­mé « Service de Garantie de l’Identité Numérique » (SGIN) et abro­geant le décret n° 2019–452 du 13 mai 2019 auto­ri­sant la créa­tion d’un moyen d’identification élec­tro­nique dénom­mé « Authentification en ligne cer­ti­fiée sur mobile » consul­table ici.
Ce futur Service de Garantie de l’Identité Numérique (SGIN) repo­se­ra sur une « appli » mobile per­met­tant de s’identifier plus sim­ple­ment aux ser­vices en ligne liés à France-Connect grâce aux don­nées per­son­nelles sto­ckées sur la carte d’identité bio­mé­trique. Le but pré­sen­té : faci­li­ter la vie des inter­nautes (usa­gers, consom­ma­teurs, citoyens) en sim­pli­fiant l’identification et l’accès à plu­sieurs cen­taines de ser­vices en ligne (publics et pri­vés) à com­men­cer par ceux (Ameli, Impôts, La Poste, MaPrimeRénov’, CAF, Pôle Emploi…) asso­ciés à la pla­te­forme d’authentification.
En pra­tique, SGIN repo­se­ra sur une appli­ca­tion mobile, décli­née en ver­sion Android et iOS. Cependant, pour l’u­ti­li­ser, il fau­dra rem­plir plu­sieurs condi­tions.
D’abord, pos­sé­der un smart­phone… uti­li­sant la tech­no­lo­gie NFC (paie­ment sans contact), ce qui n’est pas encore le cas pour tout le monde.
Ensuite, être titu­laire d’une carte natio­nale d’identité élec­tro­nique de der­nière géné­ra­tion (dis­po­nible depuis le 2 août 2021), au for­mat carte de cré­dit (ID‑1), et sou­vent appe­lée carte d’identité bio­mé­trique.
L’application SGIN ne sera en revanche com­pa­tible ni avec l’ancienne carte natio­nale d’identité en plas­tique, ni avec les pas­se­ports bio­mé­triques… à vous de vous mettre à jour !

Service de Garantie Identité Numérique - SGIN

Future carte d’i­den­ti­té euro­péenne bilingue

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE

Les articles du même auteur

Patrice Lemaître

5 Commentaires 

  1. Journal de guerre N° 32 (J + 79) – https://wp.me/p4Im0Q-5zo – 14/​05/​2022 – et si les alliances légis­la­tives de 2022 avaient été appli­quées en 2017… Son camp eut été pré­sent dans 574 cir­cons­crip­tions (au 1er tour et ce qui ne veut pas dire gagnées) alors que son chal­len­ger n’était que dans 548. De qui s’agit-il ? Réponse détaillée et com­pa­ra­tive dans « au filtre des unions 2017 »

    Répondre
  2. 1984 EST 

    Répondre
  3. Pour reve­nir sur le jour com­mé­mo­ra­tif du 2 mai pas­sé inaper­çu dans nos médias car ne cor­res­pon­dant pas ou peu à « appuyer » le nar­ra­tif.
    Je vous livre mon ana­lyse en res­tant à l’é­coute de toutes cri­tiques poten­tielles.
    La guerre, jus­qu’à pré­sent loca­li­sée, s’est bien éten­due à tous les niveaux de façon mon­diale. De plus vient s’a­jou­ter un nou­veau qua­li­fi­ca­tif, elle est doré­na­vant d’usure.
    Tout indique qu’au­cun des camps n’ac­cep­te­ra la défaite et ne pour­ra reven­di­quer la vic­toire.
    Les vic­times seront, une fois de plus, les mêmes : les sol­dats ukrai­niens comme russes, les civils mais aus­si les « autres sol­dats » et les « autres » civils (à venir).
    Cependant la réa­li­té n’é­chappe pas à une ana­lyse car­té­sienne. La Russie a déjà per­du et l’Ukraine gagne uni­que­ment parce qu’elle ne perd pas. Les choses pour­raient chan­ger lorsque le coût sera de plus en plus inac­cep­table.
    Cette guerre d’u­sure est ali­men­tée tous les jours par de nou­veaux évé­ne­ments qui pèsent pour l’ins­tant dans la balance ukrai­nienne. Mais jus­qu’à quand ? Et sur­tout quel sera le fac­teur déclen­chant qui sera déter­mi­nant d’un arrêt immé­diat ?
    Pour cela quelles seraient les pos­si­bi­li­tés d’ar­rêt du conflit en pers­pec­tive du pas­sé.
    1/​l’in­ter­ven­tion d’une 3° force « sta­bi­li­sa­trice » sou­vent repré­sen­tée ces der­nières années par les déci­sions de l’ONU et la mise en place sur le ter­rain de ses troupes, notam­ment l’OTAN ?
    – impos­sible pour l’OTAN, c’est l’o­ri­gine des maux
    – une force « d’in­ter­po­si­tion » neutre donc afri­caine ou asia­tique ? Le com­man­de­ment en res­te­rait amé­ri­cain.
    2/​un acte « cris­tal­li­sant » la situa­tion (tous les sens du terme)?
    Possible mais l’é­qua­tion est dif­fi­cile : sus­ci­ter une « peur pros­pec­tive » supé­rieure aux dégâts accep­tables par les opi­nions publiques.
    – pour l’ins­tant non envi­sa­geable, mais…
    3/​la voie diplo­ma­tique qui reste la plus pro­bable car elle est per­ma­nente et peut être asso­ciée à une des thèses ci des­sus.
    Malheureusement, une lec­ture objec­tive des infor­ma­tions (hors pro­pa­gande ! pas facile) laisse appa­raître une ten­dance :
    – l’aug­men­ta­tion du volume et de la den­si­té des « exer­cices mul­ti­la­té­raux divers ». Il ne faut pas avoir lu Clausewitz ou Sun Tzu pour savoir que ce sont des brouillards de guerre.
    L’implication de plus en plus mar­quée et visible de cer­tains États.
    À ce titre bien naïf celui qui croit encore que la France met tout en œuvre pour se diri­ger vers la paix.
    Il s’a­git de jus­ti­fier auprès de l’o­pi­nion fran­çaise le futur pro­bable envoi de troupes dans la guerre. Vaste enfu­mage s’il en est, car c’est déjà fait !
    Ne nous plai­gnons pas que le ciel nous tombe bien­tôt sur la tête (au propre comme au figu­ré). En bon gau­lois que nous sommes, nos élites bien à l’a­bri (dans leurs block­haus) font tout pour.
    À vous les pères ! À vous les mères ! Préparez vous à pleu­rer vos enfants.
    C’est ce que eux nous préparent.

    Répondre
    • Réponse à Mandrake :
      Je pense effec­ti­ve­ment que nous allons vers un conflit élar­gi et long. La cabale sata­niste qui s’ef­force depuis des siècles de prendre le contrôle de la pla­nète, voit ses plans contra­riés pour la pre­mière fois. Elle ne va pas lâcher le mor­ceau si faci­le­ment, d’au­tant qu’elle dis­pose de moyens consi­dé­rables : créa­tion moné­taire, contrôle du pro­ces­sus élec­to­ral et des médias, noyau­tage de toutes les ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales notam­ment.
      Les mon­dia­listes nous pré­parent donc une guerre mon­diale, c’est évident. Macron, au lieu d’œu­vrer pour la paix, s’a­gite pour atti­ser cette IIIe guerre mon­diale, parce que c’est SON pro­jet. Enfin, celui de ses amis.
      Nous sommes d’ac­cord juste là. Mais…
      … je ne par­tage pas votre pes­si­misme sur la situa­tion mili­taire et éco­no­mique.
      – Militaire : les Russes prennent clai­re­ment le des­sus sur l’ar­mée ukrai­nienne, même enca­drée par l’OTAN (en dehors de tout trai­té) ; le Donbass retrouve une vie pai­sible au fur et à mesure qu’il est libé­ré par les avan­cées de l’ar­mée russe ; la vie reprend éga­le­ment à Mariopol et on attend de voir qui sor­ti­ra des décombres d’Azovstal.
      – Économique : la Russie va au delà du pos­sible en par­ve­nant à dédol­la­ri­ser l’é­co­no­mie mon­diale avec l’ap­pui de tous les pays du monde sauf l’Occident qui perd la guerre éco­no­mique. L’économie euro­péenne s’effondre.
      Poutine joue aux échecs, tan­dis que l’Occident joue les cow-boys. Poutine s’ap­puie sur un peuple patriote et enra­ci­né, tan­dis que l’Occident s’ap­puie sur des mer­ce­naires parce-qu’il a détruit ses Peuples.

    • Réponse à Jourdan :
      Vous affir­mez sans savoir. Le peuple russe ne sou­tient pas una­ni­me­ment son diri­geant dans cette guerre. Pour avoir des amis sur place, je peux vous dire que c’est plu­tôt le contraire. Mais la répres­sions est forte pour tous ceux qui ont envie de l’exprimer. Pour l’instant, le peuple russe se tait donc mais sup­porte de moins en moins le retour des cer­cueils de ses enfants. Jusqu’à quand ?

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

quatre + un =