Macron désavoué

par | 20 juin 2022 | Aucun com­men­taire

Le deuxième tour des élec­tions légis­la­tives confirme bien le nau­frage de la démo­cra­tie que nous dénon­cions la semaine dernière :

Tous les élus, quels qu’ils soient, devront à présent prendre en compte qu’ils ne représentent plus qu’une infime partie du Peuple

La mino­ri­té des Français qui s’est ren­due aux urnes a désa­voué le Président qui ne s’ap­puie plus que sur 16 % des électeurs.

Nuances de Candidats Voix % Inscrits % Exprimés Nb Sièges
Divers extrême gauche 11 229 0,02 % 0,05 %
Nouvelle union popu­laire éco­lo­gique et sociale 6 556 198 13,49 % 31,60 % 127
Divers gauche 443 282 0,91 % 2,14 % 22
Divers 18 295 0,04 % 0,09 % 1
Régionaliste 264 779 0,54 % 1,28 % 10
Ensemble ! (Majorité présidentielle) 8 002 419 16,47 % 38,57 % 244
Divers centre 99 145 0,20 % 0,48 % 4
Union des Démocrates et des Indépendants 64 443 0,13 % 0,31 % 3
Les Républicains 1 447 838 2,98 % 6,98 % 61
Divers droite 231 071 0,48 % 1,11 % 10
Droite sou­ve­rai­niste 19 306 0,04 % 0,09 % 1
Rassemblement National 3 589 465 7,39 % 17,30 % 89

[source Ministère de l’Intérieur]

Macron, qui n’oc­cupe le Palais de l’Élysée que grâce aux mani­pu­la­tions poli­ti­ciennes et au tru­che­ment des machines à voter élec­tro­niques, voit sa légi­ti­mi­té s’ef­fon­drer avec ce deuxième tour des élec­tions légis­la­tives. Plusieurs piliers de sa poli­tique ne sont pas élus et devront trou­ver un nou­veau job aus­si bien payé : bat­tus les ministres Jean-Michel Blanquer, Brigitte Bourguignon, Justine Benin, Amélie de Montchalin, l’an­cien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ou encore le pré­sident de l’Assemblée natio­nale, Richard Ferrand.
Le Président de la République n’a plus de majo­ri­té légis­la­tive pour assu­rer son deuxième mandat.

Mais personne ne l’a !

Nudes, la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (rien que ça !) ne repré­sente pas une force poli­tique cohé­rente. C’est un agré­gat oppor­tu­niste poli­ti­cien qui a contri­bué à faire élire 127 dépu­tés : La France insou­mise obtient 72 sièges, Europe Écologie-Les Verts 23 sièges, le Parti Socialiste 26 sièges et enfin le Parti com­mu­niste, 12 sièges. . Et main­te­nant ? Que vous faire les LGBT++ avec les musul­mans, les archéo-com­mu­nistes avec les gau­chistes wokes, les atlan­tistes (pro-ukrai­niens) et avec les sou­ve­rai­nistes de gauche, les bobos avec les pro­los, les éco­los anti-nucléaires avec les syn­di­ca­listes pro-nucléaires ? Ils ne sont d’ac­cord sur rien, à part se par­ta­ger les pré­bendes. Mélenchon avait pris la pré­cau­tion de ne pas se pré­sen­ter et de prendre le risque de ne pas être élu. Du reste il ne l’est pas. Il voit son rêve de Premier ministre s’évanouir.Jean-Luc Mélenchon - Premier ministre c_est moi

En termes de par­ti, force est de recon­naître que le Rassemblement National est à pré­sent le pre­mier par­ti d’op­po­si­tion avec 89 dépu­tés — un record ! — devant La France Insoumise avec 72. De sur­croît Marine Le Pen peut s’ap­puyer sur sa propre élec­tion, contrai­re­ment à Mélenchon. Avec ce groupe impor­tant, le Rassemblement National ne fera t‑il que jouer son rôle d’op­po­si­tion ? Autrement dit une oppo­si­tion conve­nue qui lui sied si bien depuis 50 ans. Il reste à espé­rer que tous les jeunes élus RN ne se conten­te­ront pas d’un rôle de com­po­si­tion. Ce n’est tou­te­fois pas sûr.

Macron, Président peu légi­time, sans majo­ri­té à l’Assemblée, est neu­tra­li­sé. L’acceptera t‑il en gérant a mini­ma les affaires cou­rantes ? C’est peu pro­bable car il est en début de man­dat. Il est pro­bable qu’il conti­nue avec sa mino­ri­té en jouant habi­le­ment sur les dis­sen­sions ou les com­pro­mis­sions des élus de l’op­po­si­tion. Cela ne pour­ra pas être pos­sible sur les grands défis qui attendent notre pays : notam­ment immi­gra­tion incon­trô­lée, adhé­sion de l’Ukraine à l’Europe de Bruxelles et sou­tien mili­taire à ce pays, injus­tices sociales et pénu­ries ali­men­taires et tou­jours la dette publique.

Le nau­frage de la démo­cra­tie conti­nue­ra. Nos diri­geants l’ont bien vou­lu à tant vou­loir ber­ner le Peuple sou­ve­rain. Il n’y a qu’une voie pour en sor­tir : redon­ner le Pouvoir au Peuple. Les par­tis poli­tiques l’ac­cep­te­ront-ils ? Ou pré­fè­re­ront-ils conti­nuer de jouer à la chaise musicale ?

Georges Gourdin

Chaise musicale

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

soixante-dix un − soixante-dix =