Promiscuité équivoque des couleurs LGBTQIA+ et ukrainiennes

par | 25 juillet 2022 | 4 Commentaires 

Lors de la Gay Pride d’hier dimanche 24 juillet 2022 à Berlin, les dra­peaux LGBTQIA+(1) et ukrai­niens ont osten­si­ble­ment coha­bi­té dans la meilleure ambiance festive :

Les per­sonnes éveillées sont conscientes de la grande tolé­rance du régime de Kiev envers la com­mu­nau­té LGBTQIA. Pourquoi pas ? L’Ukraine est sous forte influence américaine.Drapeau américain - Couleurs LGPTQIA++

Mais cette tolé­rance devient à pré­sent exhi­bi­tion­niste et outra­geuse. Elle reflète une com­pli­ci­té méphi­tique.

Ukraine – LGBTQIA++, même combat ? Vraiment ?

Les mil­liers, voire les dizaines de mil­liers de par­ti­ci­pants à ces parades, peuvent-ils igno­rer la com­pli­ci­té effec­tive et assu­mée du régime de Kiev avec l’i­déo­lo­gie nazie. Oui, l’i­déo­lo­gie nazie. Nous le dénon­çons régu­liè­re­ment dans nos colonnes. En Ukraine les cou­leurs bleue et jaune coha­bitent très bien avec les cou­leurs rouge et noire :Ukraine nazis Stephan Bandera

Nombre de pri­son­niers ukrai­niens, notam­ment ceux qui étaient blo­qués dans l’u­sine Azovstal de Marioupol par l’ar­mée russe, arbo­raient des croix nazies tatouées.

Sur le coude : une croix gam­mée, sur la poi­trine : un crâne emblème de la divi­sion SS « Tête de mort ».

Pour les tatouages, s’il y en avait par­mi les mani­fes­tants, ils étaient bien cachés. Mais les dra­peaux étaient bien là. Bien sûr, tous les mani­fes­tants ne l’ar­bo­raient pas. Mais ceux qui l’ar­bo­raient ont pu s’ex­hi­ber sans pro­blème. Cela devrait inter­pel­ler les mani­fes­tants et tout le monde aus­si. Car il ne fait plus de doute que les forces qui ins­tru­men­ta­lisent les milices ultra-natio­na­listes et ban­dé­ristes, et qui financent l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie, sont les mêmes qui spon­so­risent toutes les Gay Prides. Ça donne à réfléchir.

Georges Gourdin

(1) C’est ain­si qu’il faut dire à présent.Couleurs LGPTQIA++

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

4 Commentaires 

  1. Pour Retouraugourbi,
    Il est vrai qu’on ne s’en sort plus avec un sigle, une appel­la­tion, un acro­nyme ou une défi­ni­tion en per­pé­tuelle « construc­tion » (dans la décons­truc­tion !).
    Si l’on veut être exhaus­tif, il ne faut pas oublier le Z (de zoo­phile) quand on voit l’ex­plo­sion de la variole du singe.

    Répondre
  2. La nazisme vou­lait exter­mi­ner les juifs les tzi­ganes et les homo­sexuels. Cela n’a rien à voir avec ce que vous appe­lez les nazistes ukrai­niens. Les russes sous Staline a fait mas­sa­crer les mil­lions d’Ukrainien comme les nazis , si les Ukrainiens veulent tuer des russes, c’est le juste retour des choses

    Répondre
    • Les Russes d’au­jourd’­hui n’ont plus rien à voir avec les Russes dont vous par­lez. Quant à Poutine, je l’ad­mire. Il est autre­ment plus intel­li­gent que les zozos qui sont au pou­voir chez nous. De plus il dénonce avec rai­son, la déca­dence de l’Occident avec son wokisme idiot et dan­ge­reux ! Et s’il rem­porte la guerre en Ukraine, ce pays des plus cor­rom­pus, ce sera un échec pour le Forum sata­nique de Davos et pour l’Otan cette machine de guerre des États-Unis !

  3. LGBTQIA+ P (très impor­tant oublié : PÉDOPHILES !)

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

trois + sept =