Les drapeaux bleus et jaunes de Vence : droit de réponse

Notre article sur les dra­peaux bleus et jaunes his­sés à Vence (lire Vence hisse le pavillon de la Honte du 21 juillet 2022) a vive­ment fait réagir de nom­breux lec­teurs et la mai­rie de Vence qui nous reven­dique un légi­time droit de réponse que nous publions en fait… volontiers :

Madame, Monsieur,

Notre atten­tion a été atti­rée par de nom­breux ven­çois sur votre article inti­tu­lé “ Vence hisse le pavillon de la Honte ”, mis en ligne sur votre site inter­net “nice-provence.info”, lequel nous a par­ti­cu­liè­re­ment indigné.

Comme cela a pu être indi­qué dans plu­sieurs com­men­taires à cet article, le bleu et le jaune sont les cou­leurs de la ville de Vence.
Elles sont mises à l’honneur, depuis des décen­nies, au moment de la célé­bra­tion de la fête patro­nale de la Sainte-Elisabeth, le 1er week-end du mois d’août.

De plus, nous vous pré­ci­sons que le bla­son, auquel vous faites allu­sion, cor­res­pond au pre­mier bla­son his­to­rique de notre ville.
Depuis le milieu du XXème siècle, celui-ci a fait place aux cou­leurs bleu et jaune, afin de don­ner une iden­ti­té visuelle à la com­mune lors des pavoi­se­ments, ain­si que sur les fanions pour les fes­ti­vi­tés locales, mais éga­le­ment sur nos maillots spor­tifs.
Ces cou­leurs repré­sentent ain­si le bleu du ciel et le jaune du soleil, sym­boles de la Côte d’Azur.

Les fanions et ori­flammes dont la ville est pavoi­sée ne sont, dès lors, en aucun cas un sou­tien à l’Ukraine, mais bien les sym­boles de la célé­bra­tion de la tra­di­tion vençoise.

C’est la rai­son pour laquelle nous vous remer­cions de publier ce droit de réponse dans son inté­gra­li­té et d’apporter un démen­ti à votre article diffamatoire.

A défaut, nous enga­ge­rons les pour­suites judi­ciaires qui s’imposent.

Cordialement.

André DOLLA
Directeur de Cabinet du Maire
Ville de VENCE
Hôtel de Ville
Place Clemenceau
06140 VENCE

Nous fai­sons amende hono­rable car nous n’a­vons rien iden­ti­fié jus­qu’a­lors dans la com­mu­ni­ca­tion de la ville de Vence qui montre expli­ci­te­ment que les cou­leurs tra­di­tion­nelles de l’é­cus­son « d’azur à la tour d’argent » ont évo­lué vers le bleu et le jaune « repré­sen­tant le bleu du ciel et le jaune du soleil, sym­boles de la Côte d’Azur ». Nous en pre­nons bonne note.

Nous pre­nons éga­le­ment bonne note que « Les fanions et ori­flammes dont la ville est pavoi­sée ne sont, dès lors, en aucun cas un sou­tien à l’Ukraine, mais bien les sym­boles de la célé­bra­tion de la tra­di­tion ven­çoise ». C’est dit, et nous nous en réjouis­sons, car Vence n’a pas suc­com­bé à la Police de la Pensée comme a pu le faire la mai­rie de Paris :

Marche-Fierte-Paris-Maire-XIII-Drapeau-Ukraine

Une immense ban­de­role aux cou­leurs de l’Ukraine recouvre la mai­rie du XIIIe arron­dis­se­ment de Paris
(février 2021)

Dieu mer­ci ! Nous sommes à Vence, et non pas à Paris !

La rédac­tion de Nice Provence Info

5 Commentaires 

  1. Et pan sur le nez de M. Gourdin qui, der­rière le pseu­do de Massimo Luce (même voca­bu­laire, mêmes for­mules, mêmes obses­sions), se per­met de déni­grer sans savoir ni s’informer. Bravo à la mai­rie de Vence qui a su réagir et mou­cher le calom­nia­teur. Que ça lui sève de leçon.

    Répondre
    • Bin moi je trouve que Massimo Luce a magis­tra­le­ment bien manœu­vré. Il a bien pié­gé la mai­rie de Vence qui se défend dans une réponse vrai­ment pitoyable :
      1) la mai­rie est contrainte d’é­crire qu’elle ne sou­tient pas l’Ukraine, se met­tant ain­si en porte à faux vis à vis des direc­tives de la Pensée unique qui intime que l’on sou­tienne l’Ukraine,
      2) ensuite la réponse de la mai­rie est com­plè­te­ment far­fe­lue puis­qu’elle invoque des cou­leurs soi-disant tra­di­tion­nelles qui font réfé­rence au ciel bleu et au soleil jaune, comme si l’his­toire de Vence était atta­chée à ces deux cou­leurs que le monde entier peut revendiquer.

  2. Ces poli­tiques nous prennent vrai­ment pour des cons !
    La mai­rie avance que « Les fanions et ori­flammes dont la ville est pavoi­sée [ … ] sont [ … ] bien les sym­boles de la célé­bra­tion de la tra­di­tion ven­çoise. »
    Donc pour res­pec­ter la tra­di­tion, la mai­rie de Vence rem­place son héral­dique tra­di­tion­nelle et por­teuse de sens par le bleu du ciel et le jaune du soleil. La belle affaire !
    Vence efface la tra­di­tion au nom de… la tra­di­tion ! Et ose s’en vanter.

    Répondre
  3. Quel plai­sir de voir enfin des poli­tiques qui ont des c…es !
    Un droit de réponse bien­ve­nu car il ne fal­lait pas s’y trom­per !
    Mais qui essaie de trom­per l’autre ?
    Monsieur le direc­teur de cabi­net (aux ordres de son maire natu­rel­le­ment et ce n’est pas une cri­tique) nous argu­mente par une décla­ra­tion de « sym­bo­lique de comp­toir », car nous ne pou­vons pas par­ler d’hé­ral­dique, une nou­velle stra­té­gie de comm.
    Que la cou­leur qui rem­place le bla­son pour une meilleure appré­hen­sion (com­pré­hen­sion), d’un public tou­jours friant de sim­pli­fi­ca­tion, soit plus par­lante me parait un bon axe de réflexion.
    C’est mal­heu­reu­se­ment prendre les tou­ristes, venant dans cette belle ville dont le pas­sé et les racines remontent très très très loin dans notre his­toire, pour d »« incultes porte-mon­­naie sur pattes ».
    Valorisez vos racines : « D’azur à une tour crè­ne­lée de cinq pièces d’argent, maçon­nées de sable » plu­tôt que de sus­ci­ter des inter­ro­ga­tions légi­times.
    Et sur­tout ne dites pas que vous n’y aviez pas pen­sé, vous vous met­triez une balle dans le pied !

    Répondre
  4. Ces cou­leurs bleue et jaune qui nient l’his­toire de Vence de son superbe fanion ont elles fait l’ob­jet d’un réfé­ren­dum ? car nous savons ce que vaut un conseil muni­ci­pal tota­le­ment sou­mis au maire.
    Par ailleurs, avec ces cou­leurs pour celui qui n’est pas infor­mé l’oc­ca­sion est belle de pas­ser un mes­sage de façon indi­recte à savoir sou­te­nir le régime nazi de Kiev. De nom­breuses villes en France ont affi­ché ces cou­leurs en sou­tien au RÉGIME de Kiev, la marion­nette des psy­cho­pathes du Forum éco­no­mique mon­dial comme le maire de Mougins aux frais du contri­buables pour ser­vir ses maîtres.
    Nous avons enfin un maire qui ne sou­tient pas dans son droit de réponse ce régime de cri­mi­nels géno­ci­daires. Question au maire : Pouvez-vous sou­te­nir les Ukrainiens mas­sa­crés dans le Donbass ? C’est juste 15 000 morts, femmes, enfants et adultes innocents !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

+ douze = quinze