Tournées française et russe en Afrique, un ballet peu diplomatique aux enjeux stratégiques

par | 31 juillet 2022 | 1 com­men­taire

Du 25 au 28 juillet, le Président Macron s’est ren­du en Afrique de l’ouest (Bénin, Guinée Bissau) et cen­trale (Cameroun)(1). Durant la même période, le ministre des Affaires étran­gères de Russie, Sergueï Lavrov, s’est ren­du en Afrique de l’est (Égypte, Ouganda, Éthiopie) et cen­trale (Congo Brazzaville)(2). Vu d’Afrique, la France a beau­coup à perdre dans ce qui appa­rait comme une tour­née d’inspection réac­tive et pré­ci­pi­tée, for­cée par l’actualité et déca­lée des réa­li­tés. À l’inverse, la Russie a beau­coup à gagner dans cette cam­pagne proac­tive d’adhésions moti­vées par des opportunités.Carte Afrique

D’un côté de ce champ de bataille diplo­ma­tique, le “Camp occi­den­tal” (États-Unis, Union euro­péenne, Royaume Uni, membres de l’OTAN ou alliés, comme Israël). Face à lui, le Bloc des “BRICS qui regroupe les nou­velles grandes puis­sances par­te­naires de la Russie (Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud). Le conti­nent afri­cain est ain­si deve­nu le damier à cin­quante quatre cases d’un jeu hybride entre les échecs, fron­tal, et le go, obsidional.

La Russie cherche à échap­per à ce qu’elle consi­dère comme une tenaille de l’Alliance atlan­tique. Son appé­tit éco­no­mique pour les res­sources et les débou­chés com­mer­ciaux afri­cains, a été réaf­fir­mé lors du pre­mier som­met Russie-Afrique de Sotchi(3), en 2019. Au sujet de la guerre en Ukraine, les inté­rêts afri­cains res­tent par­ta­gés(4). Aucun des pays membres de l’Union afri­caine (UA) ne sou­tient ouver­te­ment la posi­tion russe et la plu­part ont condam­né cette vio­la­tion du droit inter­na­tio­nal, sans pour autant appli­quer ni approu­ver les sanc­tions déci­dées. La visite récente à Moscou du Président du Sénégal et de l’UA, Macky Sall(5), a confir­mé la volon­té par­ta­gée de main­te­nir les rela­tions poli­tiques et éco­no­miques avec la Russie. L’Égypte est une porte d’entrée et un débou­ché céréa­lier sur le conti­nent afri­cain. Au Congo-Brazzaville, le ministre Lavrov a assu­ré au pré­sident Denis Sassou Nguesso que les opé­ra­tions mili­taires en cours à Odessa, n’empêcheront pas l’exportation de blé ukrai­nien(6). De quoi désa­mor­cer la cam­pagne occi­den­tale de mani­pu­la­tion par un amal­game his­to­rique entre une pré­ten­due “poli­tique russe de la famine” et le spectre ima­gi­naire de l’Holodomor(7) en Ukraine. Comme Madagascar, le Congo a conclu, en avril der­nier, un accord mili­taire avec la Russie, qui pour­rait faire des émules. Quant à l’Éthiopie, elle abrite le siège per­ma­nent de l’UA.

La France perd conti­nu­ment pied en Afrique, où elle main­tient un lourd dis­po­si­tif mili­taire au Sahel, attri­but coû­teux d’une puis­sance tuté­laire contes­tée par des popu­la­tions, ani­mées par une volon­té de revanche his­to­rique et de rat­tra­page maté­riel. Sempiternelle repen­tante, la Macronie s’expose à tous les coups au-delà de ce que ses pré­ten­dues vic­times attendent d’elle, par un réexa­men de l’Histoire colo­niale(8) que réclament, seuls, des intel­lec­tuels et des “guer­riers de la Toile” d’une dia­spo­ra afri­caine boboï­sée. Les dis­cours au Cameroun ont été émaillés de bana­li­tés, comme “la jeu­nesse est l’avenir de la socié­té”. Ou l’accusation de la Russie, d’être “l’une des der­nières puis­sances impé­riales colo­niales”. Le Bénin assure la conti­nui­té ter­restre du dis­po­si­tif fran­çais anti ter­ro­riste avec le Niger, suite à l’expulsion des forces fran­çaises de l’opération Barkhane au Mali, que Macron conti­nue de pré­sen­ter comme un départ volon­taire en réac­tion à la pré­sence concur­rente et gênante des mer­ce­naires du groupe de sécu­ri­té russe Wagner. Personne n’est dupe, et les juge­ments à l’emporte-pièce fran­çais, même sou­te­nus par l’ONU, sont mal­ve­nus. Quant à la Guinée Bissau, elle pré­side la Communauté éco­no­mique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

N’ayant pas l’initiative dans le rap­port de forces qui l’oppose à la Russie, la France s’est rési­gnée à s’adapter à la com­pé­ti­tion, concur­rence à sa puis­sance, à la contes­ta­tion de son influence et à l’affrontement direct et indi­rect, nou­veau trip­tyque de sa poli­tique de défense(9). Les diri­geants afri­cains maxi­misent leurs avan­tages avec des par­te­naires sol­vables qu’ils jugent solides et cré­dibles. Isolée sur le ter­rain, la France est confron­tée à une Russie déter­mi­née, cham­pionne du jeu fron­tal d’échecs, par­te­naire d’une Chine cham­pionne de l’encerclement par la stra­té­gie de go. Dans ces condi­tions, on voit mal com­ment cette double acti­vi­té diplo­ma­tique paral­lèle pour­rait conver­ger vers un apai­se­ment rai­son­né. La France est en situa­tion d’échec, sera-t-elle mat ?

Jean-Michel Lavoizard

(1) Emmanuel Macron en Afrique : une tour­née à hauts risques
(2) Lavrov arrive en Égypte, pre­mière étape de sa tour­née afri­caine
(3) Premier forum Russie-Afrique : de forts atouts et un appé­tit d’ours
(4) Face à la guerre en Ukraine, des inté­rêts afri­cains par­ta­gés
(5) Guerre en Ukraine : après la visite de Macky Sall en Russie, “l’Afrique montre qu’elle veut peser dans les affaires du monde
(6) En tour­née afri­caine, le chef de la diplo­ma­tie russe Sergueï Lavrov veut ras­su­rer sur les expor­ta­tions de céréales et pré­ser­ver ses alliés
(7) Le spectre d’un nou­vel Holodomor en Ukraine ? La presse ne devrait pas dire ça
(8) Macron au Cameroun, au Bénin et en Guinée-Bissau : « La France n’a pas vu l’Afrique cen­trale se mon­dia­li­ser »
(9) Le modèle fran­çais des opé­ra­tions spéciales


Aris - Jean-Michel LavoizardJean-Michel Lavoizard est le diri­geant-fon­da­teur de la socié­té ARIS – Advanced Research & Intelligence Services.

Les articles du même auteur

Jean-Michel Lavoizard

1 commentaire

  1. La France a été détruite par le trio de traîtres : Sarko, Hollande et Macron le finis­seur. Bonne nou­velle pour les Africains dépouillés de leurs richesses et sans cesse humi­liés avec la com­pli­ci­té des Pouvoirs cor­rom­pus mis en place par la France et les USA. Le vent tourne en faveur du Bien ! En France notre tour arrive pour recons­truire notre beau pays et jeter toutes ces ordures en taule.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

trente sept − trente trois =