C’est quoi ce truc dans le ciel ?

par | 16 mars 2023 | 13 Commentaires 

Nouvel épan­dage aérien mas­sif aujourd’­hui, 16 mars 2023, sur la Côte d’Azur. Depuis potron-minet, des dizaines d’a­vions s’af­fairent à voi­ler notre ciel d’a­zur. Le ciel est strié de long en large et de large en long. Les trai­nées mati­nales se dif­fusent non­cha­lam­ment et dressent un écran blan­châtre tan­dis que d’autres traî­nées toutes fraîches ali­mentent l’obs­cur­cis­se­ment de la voûte céleste.
Hélas c’est deve­nu pres­qu’une rou­tine (voir À qui appar­tient le ciel ? du 8 mars 2023).

Et puis tout d’un coup cette zébrure tristement familière est bouleversée par une boucle aussi inattendue qu’angoissante :

Épandages aériens - 16 mars 2023-2

Photo prise le 16 mars 2023 entre Cagnes-sur-Mer et Antibes, à 14 heures 06, garan­tie sans trucage

Les scep­tiques auront du mal à expli­quer com­ment un avion de ligne peut faire ain­si demi-tour.

Qu’il me soit per­mis de pré­ci­ser que je fus moi-même très long­temps scep­tique à l’i­dée que ces trai­nées puissent être l’œuvre d’une opé­ra­tion humaine tel­le­ment cela paraît « inhu­main ». Il m’est tou­jours dif­fi­cile de l’ac­cep­ter mais les faits sont là, et je dois m’y faire : il s’a­git bien d’o­pé­ra­tions d’é­pan­dages des­ti­nées à mani­pu­ler le cli­mat. Cela porte un nom :
la géoin­gé­nie­rie (note).
L’ONU a récem­ment condam­né ces opé­ra­tions (lire L’ONU alerte à nou­veau sur les épan­dages aériens chi­miques du 14 jan­vier 2023).

Je le répète : qu’on ne vienne plus me culpa­bi­li­ser — ou me ter­ro­ri­ser — avec le « réchauf­fe­ment cli­ma­tique » tant que ces expé­riences occultes dureront.

Massimo Luce

Les articles du même auteur

Massimo Luce

13 Commentaires 

  1. Le GIEC et les éco­los veulent nous culpa­bi­li­ser en disant qu’à cause de l’ac­ti­vi­té humaine le niveau des mers aug­men­te­ra de 80 cen­ti­mètres dans 100 ans ; je viens d’al­ler visi­ter la recons­ti­tu­tion de « La grotte Cosquer » à Marseille, l’o­ri­gi­nale est à Cassis, elle est sous 30 mètres d’eau et il n’y avait pas 3 mil­liards d’hu­mains il y a 30.000 ans.
    Cherchez l’erreur…

    Répondre
  2. Je ferai remar­quer, au risque de me faire cri­ti­quer, que ces traî­nées qui vous inquiètent ne sont en fait que des traî­nées de vapeur d’eau conden­sées en haute alti­tude, par le froid intense (-50°) qui condense la vapeur d’eau par la cha­leur déga­gées par les moteurs d’a­vions. Cela était déjà visible dès les pre­miers vols en alti­tude qui dépas­saient 30.000 pieds : regar­dez les vieux films de guerre des années 50 où l’on voyait les for­te­resses volantes avec des traî­nées de vapeur sur des kilo­mètres der­rière elles ; elles épan­daient des bombes et non pas des pro­duits chi­miques pour refroi­dir l’atmosphère.
    Cette « boucle » n’est que la traî­née de vapeur d’un avion de chasse en entraî­ne­ment à haute alti­tude.
    Ce qui est réel, par contre, est que ces avions pol­luent en déga­geant du CO2 en quan­ti­té et des par­ti­cules de car­bu­rant en déchets ou non brû­lés. Ainsi, ils aggravent le « réchauf­fe­ment cli­ma­tique » bien plus que nos petits diesels.

    Répondre
    • Le « réchauf­fe­ment cli­ma­tique » ? Ah ?
      Le cli­mat varie depuis que la terre existe. J’entends encore aujourd’­hui sur FR3 Côte d’Usure, que les « experts » (escrocs) du GIEC affirment une aug­men­ta­tion de tem­pé­ra­ture de 1° et clo­pi­nette… Comment cal­cu­ler la tem­pé­ra­ture « moyenne » de la Terre (!!!) et dire qu’elle a aug­men­té d’un degré +0,1 (!!!)
      Ce groupe d’es­crocs est relayé par tous les jour­na­leux per­ro­quets des chaînes TV. Au moindre écart de tem­pé­ra­ture, c’est le réchauf­fe­ment ! et l’i­né­vi­table CO2 ! Le bilan car­bone… bla bla bla.
      Le cli­mat varie, il y a même quatre sai­sons ! C’est bal­lot. Et le cli­mat n’est pas réglé par un ther­mo­stat que le Bon Dieu (ha ! ha !) aurait fixé une fois pour toute… D’ailleurs depuis des mil­lé­naire ça change, ce qui n’est pas un scoop. Alors la vaches qui pètent, les rizières (!!) dégazent… Nous aus­si : un tuyau dans le fion pour récu­pé­rer le méthane ! En voi­là une idée qu’elle est bonne, on se demande pour­quoi les zéco­lo­din­gos en ont pas deman­dé l’o­bli­ga­tion ? c’est ben vrai ça ! 

      Question bête : la guerre en Ukraine, et l’ar­ma­da mili­taire en mou­ve­ment per­pé­tuel, ça pol­lue pas ? C’est « bon pour la pla­nète » ? En atten­dant, chem­trails ou pas, il y a bien des épan­dages chi­miques, une guerre cli­ma­tique, et même des secousses sis­miques, raz de marée pas for­cé­ment tous « naturels »…

      Répondre
    • Vapeur d’eau !!! On nous a aus­si dit de façon ridi­cule qu’il s’a­gis­sait d’hydroxychloroquine !
      La vapeur d’eau s’é­va­pore en quelques minutes, comme le disent les pilotes d’avion.

      Répondre
    • Vous êtes vrai­ment un naïf dans toute sa splen­deur. Ce que vous nous expli­quez ne dure pas long­temps. Nous, on vous parle de ces traits qui res­tent très, très long­temps — toute la jour­née — pour enfin se dis­si­per peu à peu en brume. C’est comme le vent qui n’exis­tait pas il y une quin­zaine d’an­nées et qui a de drôles d’ho­raires, envi­ron 8h/​17h.

      Répondre
  3. Ça prend à la gorge et la peau est sèche, ça pique légè­re­ment aux yeux et cela accroît la fatigue. il faut recueillir les dépôts sur les car­ros­se­ries des voi­tures res­tées immo­biles ces jours ci et voir quels types de métaux lourds ou autres pro­duits ils épandent, en par­ti­cu­lier récem­ment. Les col­lec­tifs qui l’ont fait ont eu des ana­lyses précises.
    https://www.acseipica.fr/compilation-de-documentation-essentielle/

    Répondre
  4. Bravo à Nice Provence Info d’é­clai­rer nos lan­ternes sur ces traî­nées mal­fai­santes que trop de per­sonnes n’osent pas encore voir. VOIR tout sim­ple­ment ce qui est sous leurs yeux !
    Allons plus loin dans la « réa­li­té du com­plot »… en pro­lon­ge­ment de la « théo­rie du com­plot » !
    Il est per­mis de pen­ser que la géoin­gé­nie­rie cache encore une autre mal­veillance évo­quée dans « Bye Bye Blue Blue Sky » : l’é­pan­dage de molé­cules chi­miques nocives des­ti­nées aux orga­nismes vivants : humains, ani­maux, plantes. Si on se demande : dans quels buts ? on a froid dans le dos.

    Répondre
    • Claire SÉVERAC, ça lui a coû­té la vie car il y a des bre­vets dépo­sés sur ces épan­dages. Ils ont même répan­du des virus pour voir com­ment les orga­nismes réagis­saient.
      Sous cou­vert de réchauf­fe­ment cli­ma­tique — qu’ils entre­tiennent car notre soleil entre dans une phase de refroi­dis­se­ment — une chose nous attend : une belle tem­pête magné­tique qui va nous mettre tous d’ac­cord car il y a des êtres mal­fai­sants qui nous dirigent.

      Répondre
  5. Alors mes­sieurs Ardisson et Fred, on attend une expli­ca­tion scien­ti­fique de votre part ! Le vol Alger-Paris avait oublié la confi­ture qui vous est si chère cer­tai­ne­ment.
    Si avec une telle pho­to, on refuse de com­prendre que ces cin­glés usent de tout pour mas­sa­crer notre san­té, com­bi­nant mal­bouffe empoi­son­née, injec­tion mor­telle, démo­cra­tie REPRÉSENTATIVE pour­rie, pédo­cri­mi­na­li­té, cor­rup­tion, vol, escro­que­rie : le package raie-publi­cain.
    IL NE FAUT PAS AVOIR PEUR !

    Répondre
    • Commentaire d’un ancien pilote de chasse, chef de patrouille : per­sonne ne semble avoir gar­dé à l’es­prit qu’il existe une avia­tion de chasse en France… Ces traî­nées sont des contrails d’a­vions de com­bat. Merci d’ar­rê­ter ces délires complotistes.

      Répondre
    • Et voi­là ! encore un mis­sile russe éga­ré qui a fait demi-tour pour « ren­trer à la mai­son » ! Dommage, l’Élysée était proche 😀 

      Question bête : à quoi sert l’a­via­tion de chasse en France ? et même l’Armée ex-fran­­çaise, et les FDO, puisque nous sommes déjà « occu­pés » ??? Ah oui… il reste des « Souchiens » à exterminer !

      Répondre
  6. Je confirme bien avoir vu ce demi-tour qui m’a intri­guée. Alors que des dizaines d’a­vions qua­drillaient le ciel hier, d’un seul coup j’en ai vu un qui fai­sait demi-tour. On ne pou­vait pas ne pas le voir si tant est qu’on lève un peu les yeux.

    Répondre
  7. Le vol AF666 Alger – Paris s’en retourne à l’aé­ro­port Houari-Boumédiène car il avait oublié d’embarquer le co-pilote !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *