Les contrats entre Pfizer et la Commission Européenne viennent d’être publiés par Internet Archive

par | 29 octobre 2023 | 2 Commentaires 

Depuis plu­sieurs jours l’in­for­ma­tion cir­cule sur la Toile selon laquelle les contrats entre Pfizer et la Commission Européenne viennent d’être publiés par Internet Archive (lien).
Les per­sonnes qui ont lu ces contrats ont immé­dia­te­ment rele­vé :
• page 48 : « Les vac­cins sont en train d’être rapi­de­ment déve­lop­pés et conti­nue­ront à être étu­diés »
• page 49 : « Les effets de long terme et l’ef­fi­ca­ci­té ne sont pas encore connus, et il y a sûre­ment des effets secon­daires qui ne sont pas connus ».

Contrat Pfizer - Europe - pages 48-49

Et les com­men­taires de s’en­flam­mer :
• Efficacité incon­nue
• Effets indé­si­rables incon­nus
• Effets à long terme incon­nus.
« Ils » vous ont dit que ces vac­cins étaient sûrs et effi­caces. « Ils » vous ont men­ti . « Ils » savaient depuis le début.

Oui, mais… 

Certains semblent décou­vrir la lune, car…
 … c’est encore BIEN PIRE que cela ! Émoticône Surprise Frayeur

Olivier Frot se penche sur ces contrats avec la patience et la déter­mi­na­tion d’un moine béné­dic­tin(1). Il nous a immé­dia­te­ment fait part de ses réflexions :

Ces textes mis en ligne par Internet Archive concernent les contrats APA (Advance Purchase Agreements) signés le 20 novembre 2020, pour une durée de 2 ans, tournent en fait depuis un cer­tain temps sur la Toile. Je les avais vus publiés non caviar­dés sur le site de la Commission fin août 2021 (c’était une erreur, ils sont res­tés en ligne un jour ou deux, j’ai été gui­dé par la Providence ou une syn­chro­ni­ci­té, dirait Philippe Guillemant). À cette époque il y a avait une fuite offi­cieuse par la RAI. L’extrait ci-des­sus est une annexe de l’APA, le « vac­cine order form », est le contrat d’exécution au niveau de chaque État membre, donc ce qui est envoyé par Santé Publique France à Pfizer, pour la France par exemple.

Le contrat de la République Sud-Africaine a été publié sur injonc­tion judi­ciaire locale.

En revanche les deux contrats sui­vants éta­blis par la Commission avec le grou­pe­ment Pfizer-BioNtech ont été signés en février et mai 2021, pour une durée et des clauses incon­nues car tou­jours non publiées.

Actuellement une action est menée en Belgique par M. Frédéric Baldan(2).

L’association BonSens.org a dépo­sé une requête en annu­la­tion des contrats, actuel­le­ment en attente de juge­ment au Conseil d’État(3).

Ces deux contrats res­tent tota­le­ment inac­ces­sibles. Même pas de ver­sion caviar­dée ! Même la Cour des Comptes Européenne(4) et le média­teur euro­péen(5) n’ont obte­nu aucune réponse de la Commission.

Olivier Frot

Ne tirons pas sur l’am­bu­lance. Cette publi­ca­tion par Internet Archive est une bonne chose qui contri­bue­ra à l’é­veil de nom­breuses per­sonnes encore scep­tiques ou naïves. Mais on est bien loin du compte.

Le contrat principal reste encore bien gardé. Pourquoi ?

Le « citoyen-contri­buable-vac­ci­nable » a droit à la vérité.

Q

Olivier Frot publie régu­liè­re­ment dans Nice Provence Info.

Q

Cour des Comptes Européenne : L’UE et l’ac­qui­si­tion de vac­cins contre la COVID-19
Un appro­vi­sion­ne­ment suf­fi­sant après des débuts com­pli­qués, mais une éva­lua­tion trop som­maire de la per­for­mance du pro­ces­sus
Téléchargeable ici (lire page 48).

Q

En savoir plus sur le média­teur européen

2 Commentaires 

  1. De toute façon, Pfizer a pro­té­gé son bre­vet par la loi amé­ri­caine où per­sonne ne peut l’at­ta­quer pour des effets néfastes dus au vac­cin. Au moins deux résul­tats d’é­tudes ne pour­ront être publiés avant cin­quante ans (à par­tir de 2021). Le pre­mier « Comirnaty » a été com­mer­cia­li­sé après un essai en phase trois sur 40.000… Africains ! Et on veut se dédoua­ner du colonialisme !

    Répondre
  2. L’obstruction for­ce­née à l’ac­cès des don­nées prouve la gra­vi­té des faits ain­si dis­si­mu­lés. S’il n’y avait rien de scan­da­leux — voire cri­mi­nel — à cacher, tout devrait être ren­du public.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *