Crépol, Irlande… La guerre civile a‑t‑elle commencé ?

par | 25 novembre 2023 | 5 Commentaires 

Crépol, petite bour­gade de l’Isère. Un bal de vil­lage, comme il en existe depuis tou­jours dans nos cam­pagnes. Ambiance joyeuse et puis… Le drame. L’agression sau­vage. Une bande de « jeunes » armés de cou­teaux débarque et frappe tous ceux qui ont l’infortune de se trou­ver sur son pas­sage. Un ado­les­cent de 16 ans trouve la mort. D’autres sont griè­ve­ment bles­sés. « On est là pour plan­ter des Blancs. », entend-on clai­re­ment dans les rangs des agres­seurs, tous for­te­ment typés. Rattrapés par les forces de l’ordre, les cou­pables sont pla­cés en garde à vue mais leur iden­ti­té est soi­gneu­se­ment cachée.
Chaïd Akabli, meur­trier pré­su­mé de Thomas Cette liste n’est pas publiée par la presse subventionnée
Chaïd Akabli-assassin-présumé-Thomas-Crépol-25 novembre 2023 X - Damien Rieu - Crépol

Les médias tardent à évo­quer cette attaque raciste anti-blanc et quand ils se décident, ils parlent de rixe et de fait divers.
• Pour la mort de Nahel(1), deux semaines d’émeutes dans toute la France.
• Pour Thomas, une simple marche silencieuse.
Pour le pre­mier, le pré­sident de la République condamne aus­si­tôt. Pour le second, silence total de nos gou­ver­nants. Deux poids, deux mesures.

Irlande. Cinq per­sonnes sont bles­sées lors d’une attaque au cou­teau devant une école à Dublin : une femme, un homme et trois jeunes enfants. Là encore, un sus­pect a pu être inter­pel­lé après avoir été désar­mé par deux pas­sants dont un un jeune fran­çais, élève de ter­mi­nale. Son iden­ti­té n’est pas dévoi­lée mais son ori­gine n’a échap­pé à per­sonne. Quelques heures après, des cen­taines d’Irlandais se ras­semblent dans les rues de Dublin. Des heurts éclatent à proxi­mi­té d’un quar­tier à forte popu­la­tion immi­grée. Une voi­ture de police et un bus sont incen­diés. Plusieurs maga­sins sont pillés. Les forces de l’ordre sont visées par des tirs de pro­jec­tiles et de feux d’artifice. Les auto­ri­tés parlent de « sau­va­ge­rie gra­tuite » et, bien sûr, montrent du doigt l’« estrêêême drouâââte ». En France, LFI dénonce le retour de la peste brune !

Pays-Bas. Mercredi 22 novembre. Élections légis­la­tives. Geert Wilders obtient 23,8 % des voix et 37 sièges à la Chambre basse du Parlement. Il est le grand vain­queur de ces élec­tions à la tête de la pre­mière force poli­tique du pays. Sa vic­toire, il la doit au thème de sa cam­pagne essen­tiel­le­ment axé sur l’immigration qu’il qua­li­fie d’« inva­sion isla­miste ». Derrière lui, le par­ti Nouveau Contrat social, créé il y a quelques mois, obtient 20 sièges : il a éga­le­ment axé une par­tie de sa cam­pagne sur le thème de l’immigration.

Suède. Septembre 2022. Arrivée au pou­voir d’un gou­ver­ne­ment de centre-droit. Le pays opère une volte-face sur sa poli­tique migra­toire. Longtemps consi­dé­ré comme une terre d’accueil, la Suède a peu à peu fer­mé ses portes aux migrants. Durant la crise migra­toire de 2015, elle avait accueilli près de 163 000 réfu­giés. Un record en Europe. Hormis la dimi­nu­tion du quo­ta de réfu­giés accueillis, le gou­ver­ne­ment sué­dois envi­sage désor­mais de can­ton­ner les deman­deurs d’asile dans des centres de tran­sit en atten­dant l’examen de leur situa­tion afin d’avoir un œil sur eux.

Partout en Europe des signes montrent que la coupe est pleine et que les consciences se réveillent. Que les peuples ont atteint l’overdose et appellent au chan­ge­ment de para­digme. Ils voient de plus en plus clai­re­ment que ce sont les com­mu­nau­tés les plus vio­lentes, les plus aso­ciales, les plus anti-euro­péennes, les plus anti-blanches, qui sont le plus pro­té­gées et favo­ri­sés par la caste poli­ti­co-média­ti­co-judi­ciaire auto­pro­cla­mée bien-pen­sante. Les nerfs sont à vif. À Dublin, ils ont cra­qué. En France, on en est encore aux marches blanches, aux bou­quets de fleurs et aux nou­nours(2). Pour com­bien de temps ? Car le feu couve. Les ins­crip­tions dans les clubs de tir explosent (plus 72 % en moins de dix ans). La guerre civile annon­cée par Gérard Collomb(3), à mot à peine voi­lés, se pour­rait immi­nente. Aboutissement logique de la séces­sion des élites.

Il reste à espé­rer que les forces impor­tantes, arri­vées au pou­voir par la voie des urnes, en Italie, en Europe cen­trale, en Suède, aux Pays-Bas, déter­mi­nées à abattre l’idéologie mon­dia­liste immi­gra­tion­niste, inversent le cours des choses et nous évitent le bain de sang annoncé.

Charles ANDRÉ

« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »


Notre illus­tra­tion à la une : image d’archives

Les articles du même auteur

Charles André

Q

Lire dans nos colonnes : Guérilla ou guerre civile ? du 6 juillet 2023

Q

Lire dans nos colonnes : Conflans, et après ? du 17 octobre 2020

Q

« Aujourd’hui, on vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face », lance Gérard Collomb en octobre 2018 devant un Édouard Philippe stoïque. La suite ici.

5 Commentaires 

  1. Attention à ne pas faire d’a­mal­game entre la grogne du Peuple Français et le Tir Sportif, car le ministre uti­lise ces com­men­taires pour ren­for­cer la sévé­ri­té du règle­ment de ce sport, aug­men­tant les contraintes en spo­liant d’hon­nêtes gens, comme les pro­prié­taires d’armes ancien­ne­ment de guerre qui ont été démi­li­ta­ri­sées pour être ache­tées sou­vent très cher les années pré­cé­dentes et confis­quées sans scru­pule par l’État pour être détruites depuis début 22, au titre de la « sécu­ri­té », alors que la racaille a des armes auto­ma­tiques d’as­saut sans pro­blème et les uti­lise en pleine rue comme récem­ment à Marseille.

    Répondre
  2. Les Corses (source : ma famille) ont indi­qué aux auto­ri­tés que, s’il y avait le moindre pro­blème (même moins grave que le drame de Thomas), tous les « autres » seront chassés ! 

    Mais dans le « Continent », les auto­ri­tés, bien que « Charlie », se mettent à genoux devant les racailles d’o­ri­gine non-fran­­çaise, pour évi­ter (MDR) les atten­tats et les « vagues », alors qu’elles ont été inca­pables d’empêcher le scan­dale du Stade de France l’an­née der­nière, ni les émeutes géné­ra­li­sées pour le Nahel. Et le ministre Darmanin, mal­gré cette incom­pé­tence, reste en place pour péna­li­ser les hon­nêtes gens, par exemple, qui pos­sèdent en toute léga­li­té une arme pour le Tir Sportif, la chasse et même la col­lec­tion d’armes com­plè­te­ment neu­tra­li­sées qui ne sont pas plus dan­ge­reuses qu’un presse-papiers « au titre de la sécu­ri­té », lais­sez moi rire. Ces poli­tiques sont ridi­cules, comme les euro­dé­pu­tés verts qui pré­fèrent que l’on soit mort et qu’on tue tous les ani­maux pour dimi­nuer les émis­sions de gaz à effet de serre.

    Répondre
  3. Bis repe­ti­ta sur les pro­chaines élections !!!

    Répondre
  4. Un des bles­sés « au cou­teau », en Irlande, serait même décé­dé depuis (C‑News ce soir).

    Répondre
  5. À une époque cer­tains disaient aux Pieds Noirs « la valise ou le cer­cueil ». Ce slo­gan va reve­nir à la mode mais pas pour les Pieds Noirs.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *