Cinéma de propagande : avec votre argent

par | 9 jan­vier 2024 | 7 Commentaires 

La pro­pa­gande pour le vivre ensemble s’in­filtre dans toutes les niches média­tiques. Comme dans la publi­ci­té(1) de manière sub­li­mi­nale ou dans le ciné­ma-pro­pa­gande qui, sous cou­vert de fic­tion gen­tillette à lar­mi­chette, fait pas­ser un mes­sage immi­gra­tion­niste. La France DOIT se métis­ser, dixint tous nos diri­geants depuis Mitterrand (« Ils sont chez eux, chez nous »).
Ainsi, depuis des années, les films fran­çais sub­ven­tion­nés par nos impôts se suivent sans dis­con­ti­nui­té sur ce thème, enfon­cez-vous bien ça dans la tête. En voi­ci quelques exemples, liste en ordre de paru­tion, bien évi­dem­ment non exhaus­tive. Vous pour­rez com­plé­ter avec les vôtres en commentaires.

2012 : Des requérants d’asile déboutés et des sans papiers sont emprisonnés au centre de détention administrative de Frambois en Suisse.

Vol spécial

2013 : Quelque part en Afrique, Zola se laisse convaincre par un énigmatique et charismatique chef d’entreprise que l’Europe est la seule sortie de secours à ses galères. La peur au ventre, Zola décide donc d’entreprendre un périlleux voyage pour la France.

Nous irons vivre ailleurs

2018 : La Roya, vallée du sud de la France frontalière avec l’Italie. Cédric Herrou, agriculteur, y cultive ses oliviers. Le jour où il croise la route des réfugiés, il décide, avec d’autres habitants de la vallée, de les accueillir, de leur offrir un refuge et de les aider à déposer leur demande d’asile.

Libre avec Cédric Herrou

2019 : Ici, c’est Depardieu qui s’y colle. Forcé de fuir son Bangladesh natal, le jeune Fahim et son père quittent le reste de la famille pour Paris. Dès leur arrivée, ils entament un véritable parcours du combattant pour obtenir l’asile politique.

Fahim avec Gérard Depardieu

2021 : Berlin, aujourd’hui. Francis, 30 ans, est un réfugié de Guinée-Bissau qui se retrouve dans la capitale allemande après avoir traversé illégalement la Méditerranée sur un bateau. Seul survivant du voyage, il se rend vite compte que gagner sa vie honnêtement en tant que réfugié apatride sans papiers est pratiquement impossible.

Berlin Alexanderplatz

2022 : Depuis toute petite, Cathy rêve de diriger son propre restaurant. Mais à quarante ans, rien ne s’est passé comme prévu et elle se retrouve contrainte d’accepter un poste de cantinière dans un foyer pour jeunes migrants.

La Brigade

2023 : Elle est afghane et veut traverser la montagne pour rejoindre la France. Samuel ne veut pas d’ennuis mais, devant sa détresse, décide de l’aider.

Les Survivants

2023 : Natacha, 25 ans, jeune mère célibataire galère pour élever son fils Enzo, 8 ans. Walid, migrant d’origine irakienne, attend de réunir assez d’argent pour payer son passage vers l’Angleterre. Aux abois, ils improvisent ensemble une filière artisanale de passages clandestins.

Prix du passage

Et maintenant, dans toutes les salles obscures de l’obscurantisme obsessionnel politique, à l’affiche de la rentrée cinématographique de 2024. Décembre 2023 : Sa France à elle, avec un joli pléonasme : France femelle blanche de la soixantaine vit seule dans son appartement bourgeois. Lorsqu’elle entend parler d’une association qui met en contact des personnes réfugiées sans logement et celles ayant la possibilité de les accueillir, elle décroche son téléphone pour se porter volontaire. Séance tenante, Reza, jeune afghan d’à peine vingt ans, débarque dans sa vie. Ces deux êtres, qui n’ont rien en commun, vont devoir apprendre à vivre ensemble.

Ma France à moi

Janvier 2024 : Seydou et Moussa, deux jeunes Sénégalais de 16 ans, décident de quitter leur terre natale pour rejoindre l’Europe.

Moi capitaine

La Bien Pensance nous inonde d’i­mages culpa­bi­li­sa­trices face à une Afrique can­dide. Mais notre devoir est d’ac­cueillir éga­le­ment les déshé­ri­tés du Moyen-Orient et d’Asie Centrale. Tiens… les Ukrainiennes sont absentes ! Sont-elles trop blondes ?

Le ciné­ma fran­çais est deve­nu tel­le­ment pré­vi­sible qu’on peut déjà subo­do­rer avant leur sor­tie les scé­na­rios des films à venir. Ainsi l’in­ter­naute PoPesie pro­phé­ti­sait en novembre 2019, il y a 4 ans :

Prophétie Film

Gagné ! Le film Cocorico doit sortir en salle le 7 février, pour la Chandeleur

7 février 2024
Alice et François décident de réunir leurs deux familles. Ils réservent à leurs parents un cadeau ori­gi­nal : des tests ADN pour que cha­cun puisse décou­vrir les ori­gines de ses ancêtres. Mais la sur­prise va virer au fias­co quand les Bouvier-Sauvage, grande famille aris­to­crate, et les Martin, beau­coup plus modestes, découvrent les résul­tats, pour le moins… inattendus !
Cocorico avec Bernard Clavier

• Pour pou­voir obte­nir des fonds sans limite, des sub­ven­tions éta­tiques diverses et pro­duire un film,
• Pour être payé comme des stars sans avoir à se pré­oc­cu­per du nombre d’en­trées en salle,
il suf­fit de mettre en scène les scripts pré­sen­tés par la Bien Pensance. L’immigration clan­des­tine et mas­sive pré­sente l’a­van­tage de réunir une tête d’af­fiche sur la fin de car­rière, genre Fanny Ardant ou Gérard Depardieu, Christian Clavier ou Didier Bourdon, asso­ciée à un sans papier gra­tuit sor­ti d’un camp du trot­toir parisien.

Ces films qui s’enchaînent font des bides les uns après les autres.

Mais qu’im­porte, l’argent est tou­jours là.

Le navet Fahim res­té un mois à l’af­fiche avec pour­tant Depardieu, un dit-on « monstre sacré » du cinoche fran­chouillard(2), aura fait 215 000 entrées. Pour info : en 2023, 42 films réa­lisent plus d’un mil­lion d’entrées.

En atten­dant, c’est votre argent qui les finance. À vous de voir si vous vou­lez payer, en plus de la manne publique, une entrée à 10 euros pour ça. Dans ce cas, pas besoin de réser­ver, vous serez trois ou quatre dans la salle.

Michel Lebon

Les articles du même auteur

Michel Lebon

Q

Lire dans nos colonnes : Pub : pro­pa­gande et culture « woke » du 27 mai 2021

Q

Lorsqu’il s’est pro­duit dans ce navet conve­nu, Gérard Depardieu pou­vait arbo­rer sa Légion d’Honneur et n’é­tait pas l’ob­sé­dé sexuel machiste, miso­gyne dénon­cé par un docu­men­taire qui date de la même époque et qui relate des faits bien antérieurs.

7 Commentaires 

  1. Le sujet de la pro­pa­gande dans l’art (mau­vais ou bon, c’est pas le pro­blème) existe depuis son début. J’imagine que le meilleur pare-feu reste la conscience de cette réa­li­té.
    Tout le monde ne réagit pas de la même façon face à un film comme libre (déso­lée, je n’ai vu que très peu de films cités). Il a le mérite de faire réflé­chir : d’ac­cord, pas d’ac­cord, et pour­quoi…
    D’ailleurs, en ont-ils d’autres de mérites ?
    Après, la ques­tion de se ser­vir de notre argent pour des causes avec les­quelles nous ne sommes pas d’ac­cord, c’est encore une autre ques­tion, non moins importante.

    Répondre
  2. Le pou­voir vient d’in­ven­ter un « machin » (« comi­té natio­nal de la musique », je crois) pour finan­cer les (mau­vais) musi­ciens comme le pou­voir finance les navets cités dans l’article.

    Il est inté­res­sant de signa­ler que la poli­tique occi­den­tale est for­te­ment influen­cée par les scé­na­ristes, comme le film « Contagion » sor­ti en 2011, je crois, et qui décrit en détail la prise en charge d’une pan­dé­mie exac­te­ment comme celle du Covid-19, ou « Le jour d’a­près » sur le chan­ge­ment cli­ma­tique. Ces poli­ti­ciens sont cer­tai­ne­ment très inté­res­sés et influen­cés par des romans comme 1984 de G.Orwell, bien sûr, et le « Meilleur des Mondes » d’A. Huxley et nous pré­pare une civi­li­sa­tion de ces genres.

    Les poli­ti­ciens sont tel­le­ment incom­pé­tents de nos jours, qu’ils puisent leur ins­pi­ra­tion dans le virtuel.

    Répondre
    • Moi je me demande qui pré­cède qui ? Et là d’où je parle, je n’ai que le moyen de sup­pu­ter. Et vous, d’où parlez-vous ?

      Répondre
  3. Une solu­tion ? Interdire tous les postes admi­nis­tra­tifs de déci­sion aux mul­ti­na­tio­naux. Pour per­sis­ter, il fau­dra mon­ter en puis­sance en corruption..

    Répondre
  4. Pédoland ne pro­duit que de la merde…

    Répondre
    • C’est pas un poil (d’où ?) géné­ra­li­sant ?
      Perso, j’aime bien la nuance.

      Répondre
  5. Pendant ce temps l’hô­pi­tal Pompidou à Paris fait appel aux dons pour ache­ter un scan­ner der­nière géné­ra­tion.…..
    La caste qui gou­verne la France a déci­dé de détruire notre pays.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *