Gabriel Attal, bébé éprouvette de l’oligarchie

par | 13 jan­vier 2024 | 4 Commentaires 

Le nou­veau Premier ministre du gou­ver­ne­ment fran­çais comble tous les espoirs de l’o­li­gar­chie qui l’a pro­pul­sé à son poste :
• il est issu de la grande bour­geoi­sie bobo,
• il est jeune et sans expé­rience,
• il est homo­sexuel, et donc…
• il est adou­bé par les Young Global Leaders et le Forum Économique Mondial,

Il est issu de la grande bourgeoisie bobo

Gabriel Attal nait en 1989 grâce à la PMA (Assistance Médicale à la Procréation) dans un milieu très bran­ché. Est-ce pour cela qu’il se dit favo­rable à la GPA (Gestation Pour Autrui) ? Mais il pré­cise tou­te­fois : la GPAéthique !
Le jeune bobo pari­got ne connait de la France que Paris, et encore : les 6e et 7e arrondissements :
Gabriel Attal - Périmètre parisien

Ça tombe bien puisque Sciences Po appar­tient à son péri­mètre sco­laire. C’est là qu’il obtient en 2013 un mas­ter 2 en affaires publiques. En Même Temps, il étu­die le droit à l’u­ni­ver­si­té Panthéon-Assas pen­dant trois ans, c’est tou­jours dans le même sec­teur sco­laire. Hélas, en trois ans, il ne par­vient pas à obte­nir sa licence. Trop difficile !

Il est jeune et sans expérience

Gabriel Attal entre très tôt dans la car­rière. À 17 ans, il milite au Parti Socialiste, comme il se doit dans son milieu. Il ne faut pas perdre de temps non plus.
À 23 ans, avec l’ap­pui de Benjamin Griveaux le Grivois, il entre au cabi­net de Marisol Touraine, ministre de la Santé. Il y res­te­ra jus­qu’en 2017. La tra­jec­toire est bien tra­cée.
Ses guides l’in­vitent, en 2016, à suivre Macron En Marche . Il a 27 ans. Parachuté dans la dixième cir­cons­crip­tion des Hauts-de-Seine (Boulogne-Billancourt), il est élu dans la vague macro­niste.
Puis s’en­chaînent les postes minis­té­riels :
• porte-parole de LREM,
• secré­taire d’État auprès du ministre de l’Éducation natio­nale et de la Jeunesse,
• secré­taire d’État auprès du Premier ministre,
• porte-parole du gou­ver­ne­ment,
• ministre délé­gué char­gé des Comptes publics,
• ministre de l’Éducation natio­nale et de la Jeunesse, et main­te­nant — vite ! vite ! —

Fouquet - Quo non ascendet

« Quo non ascen­det ? » « Jusqu’où ne mon­te­ra-t-il pas ? » Devise de Nicolas Fouquet (1615−1680) qui ter­mi­na sa vie au cachot.

• Premier ministre.
Y res­te­ra t‑il aus­si long­temps que dans tous ses postes pré­cé­dents ? À savoir quelques mois !
Que connaît le nou­veau Premier ministre de la France qui tra­vaille, et se lève tôt pour aller bos­ser en die­sel, la clope au bec selon l’ex­pres­sion de son ancien ami ?(1)

Il est homosexuel

Pendant plu­sieurs années, Gabriel Attal n’a pas sou­hai­té dévoi­ler son homo­sexua­li­té, pré­fé­rant pré­ser­ver sa vie pri­vée. Mais en octobre 2018, alors qu’il est dési­gné secré­taire d’État auprès du ministre de l’Éducation natio­nale, son ami de l’École alsa­cienne, Juan Branco, qui a défen­du Piotr Pavlenski dans l’af­faire Benjamin Griveaux, révèle sur Twitter l’ho­mo­sexua­li­té d’Attal.
L’ancien pote de col­lège du Premier ministre, qui était bien par­ti pour faire car­rière éga­le­ment(2), balance et assure qu’Attal aurait béné­fi­cié d’une « pro­mo­tion cana­pé » grâce à sa rela­tion avec Stéphane Séjourné(3).

Il est adoubé par les Young Global Leaders et le Forum Économique Mondial

C’est sûr qu’a­vec un tel par­cours Gabriel Attal a très vite été détec­té par l’o­li­gar­chie qui a trou­vé là un par­fait homme de paille : il rem­plit en effet toutes les cases.

[Source : François Asselineau – UPR – Union Populaire Républicaine]

La prochaine étape, c’est de virtualiser nos dirigeants

Pourquoi en effet s’ap­pe­san­tir avec une per­sonne en chair et en os, qui va vieillir ? Déjà notre Premier ministre guette — nous dit-on — ses pre­miers che­veux blancs. Un Premier ministre holo­gram­mé, cela arran­ge­rait bien la clique qui tire les ficelles.

Gabriel Attal - Hologramme

On y vient.

Georges Gourdin

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

Q
Selon l’expression de Benjamin Griveaux, ancien secré­taire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, à pro­pos des Gilets Jaunes qu’il a qua­li­fiés de « fumeurs de clopes qui roulent au die­sel » [source].
Q
Lire dans nos colonnes : Juan Branco nous cache quel­que­chose du 24 avril 2019
Q

En Macronie, la « pro­mo­tion cana­pé » doit être com­prise au sens large.

Promotion canapé

4 Commentaires 

  1. Cela a des relents his­to­riques. Notre bon Roi Henri II et ses Mignons.
    Du jamais vu en répu­blique : un couple homo sodo­mite au gou­ver­ne­ment (Premier ministre et ministre des Affaires étran­gères). Et fiers de l’être !!
    Cela rap­pelle notre bon Roger Karoutchi qui avait cru bon de faire une confé­rence de presse pour annon­cer son homo­sexua­li­té. Ah elle est belle la France, terre de Tradition et d’Honneur !

    Répondre
  2. « Young lea­der », donc quel­qu’un qui méprise les peuples et les nations.

    Répondre
  3. Un diri­geant holo­gram­mé pour des élec­teurs zom­béi­fiés, ça fait ton sur ton !

    Répondre
  4. Dieu que ces gens sentent le soufre ! De quoi déses­pé­rer l’hu­main en chair et en os que je suis.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *