Black blocs : des activistes bien organisés

3 février 2021 | Aucun com­men­taire

Notre ministre de l’Intérieur fait en ce moment une fixette sur les jeunes iden­ti­taires qui font le bou­lot de l’État en pro­té­geant nos frontières.

Gérald Darmanin nous en a fait un caca ner­veux le por­tant à décla­rer qu’il envi­sa­geait une dis­so­lu­tion du mou­ve­ment Génération Identitaire. Ce qui lui sera dif­fi­cile puisque ce mou­ve­ment asso­cia­tif n’agit pas dans l’illégalité. Quant à Christophe Castaner, qui se vante d’avoir dis­sout « avec une forme de plai­sir » des asso­cia­tions d’extrême droite quand il était en fonc­tion, il est étran­glé par la rage depuis que les jeunes patriotes de Génération Identitaire ont été relaxés par la jus­tice. Il a décla­ré : « J’espère que ces gens […] puissent perdre cet écrin [la loi] der­rière lequel ils se pro­tègent comme des lâches ». Et oui, Monsieur Castaner, agir dans le cadre de la loi, ça s’appelle res­pec­ter l’État de droit et il est encore heu­reux qu’on ne puisse pas dis­soudre une asso­cia­tion au seul bon plai­sir d’un ministre… qui, lui, cherche à s’affranchir de cette loi.

Darmanin et Castaner feraient mieux de se pré­oc­cu­per de la mon­tée du mou­ve­ment Black Blocs qui sac­cage nos villes au moindre ras­sem­ble­ment de foule. Contrairement aux jeunes Identitaires tota­le­ment paci­fiques, ceux-là agissent sys­té­ma­ti­que­ment avec vio­lence, fou­lant au pied toutes les règles de l’État de droit. Une inten­tion déli­bé­rée qu’ils affichent osten­si­ble­ment en s’attaquant à ses repré­sen­tants en uni­forme. Ce mou­ve­ment qui pour­rit toute expres­sion sociale est cepen­dant bien utile à ceux qui nous gou­vernent pour dis­cré­di­ter les reven­di­ca­tions jugées embarrassantes.

C’est pourquoi les Black Blocs ne sont jamais, ou presque, inquiétés

Black blocs - Guide anti-police

Copie d’é­cran Le Parisien [source]

Ses membres peuvent donc s’organiser sans aucune entrave. Et l’on vient de décou­vrir qu’en terme d’organisation, ils sont allés assez loin puisqu’ils ont pro­duit et dis­tri­bué un petit guide du par­fait cas­seur de flic. Un docu­ment qui cir­cule dans les télé­phones por­tables de ces voyous décou­vert par un magis­trat pari­sien à la suite des inter­pel­la­tions du 28 novembre der­nier, à Paris – et oui, il y a par­fois des inter­pel­la­tions : faut bien faire sem­blant de lut­ter contre le phé­no­mène -. Ce petit guide inti­tu­lé « En cas d’agression phy­sique » pro­duit la pho­to d’un poli­cier cas­qué, en tenue de main­tien de l’ordre, assor­tie de la liste des endroits où il est le moins pro­té­gé, donc le plus vul­né­rable. Ce guide fait des recom­man­da­tions du genre : « L’efficacité de cette tenue est très rela­tive. Le pre­mier point est celui de l’aspect que donne cette tenue et c’est pour cela qu’elle a été conçue, à la base FAIRE PEUR. Cependant, elle empêche de cou­rir vite, elle est lourde et fati­gante. » Ou encore, il rap­pelle que l’objectif est de faire recu­ler les forces de l’ordre : « Souvenez-vous tou­jours que dans ce dégui­se­ment se trouve un type ou une femme qui a une famille et dont le cer­veau rep­ti­lien fonc­tionne comme le vôtre. Ils sont bien sou­vent à bout de moral et si vous deve­nez effi­caces, ils ces­se­ront. »

Par ailleurs, les Bkack Blocs sont par­fai­te­ment ren­sei­gnés – com­ment ? – sur les effec­tifs de polices mobi­li­sés et sur leurs plans de déploiement.

Le Parisien qui relate l’affaire rap­porte aus­si les com­men­taires de poli­ciers du main­tien de l’ordre : « Cela cor­res­pond bien à ce qu’on ren­contre sur le ter­rain. Ils visent juste et courent vite. On sent que c’est bien étu­dié et, pour tout dire, on redoute tous un peu la confron­ta­tion. » Pour Denis Jacob du syn­di­cat Alternative Police, ce docu­ment « n’est pas sur­pre­nant ». Selon l’article du Parisien, l’interpellé tra­hi par son télé­phone por­table aurait avoué avoir déli­bé­ré­ment visé le genou d’un des fonc­tion­naires et tou­ché un autre au men­ton en pas­sant sous son casque, en appli­ca­tion, pré­ci­sé­ment, des recom­man­da­tions du fameux guide.

Voilà donc où auraient dû se situer les priorités des ministres de l’intérieur des gouvernements Macron successifs depuis le début

Mais non, les inten­tions de ces mora­listes sont tout autres, com­man­dées par la haine — car il s’a­git bien de cela — qu’ils nour­rissent envers tous ceux qui osent refu­ser « leur monde ». En outre, ces rodo­mon­tades de nos ministres de l’Intérieur sont étroi­te­ment liées aux manœuvres poli­ti­ciennes de l’exécutif. En effet, alors que se déroule l’examen du pro­jet de loi contre « le sépa­ra­tisme », il convient de don­ner des gages à la France Insoumise qui réclame depuis long­temps la dis­so­lu­tion de Génération iden­ti­taire. Ainsi, le ministre veut mon­trer qu’il n’y a pas que des asso­cia­tions isla­mistes qu’il entend dis­soudre. En s’attaquant à des asso­cia­tions estam­pillées d’« extrême droite » par le camp du Bien, il donne le change. Quant aux Black Blocs, eux, ils sont assu­rés de pou­voir conti­nuer leur vio­lences en toute tran­quilli­té, dès la pro­chaine manif.

Charles André

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

43 − 38 =