Origine du Covid-19 : la vérité remonte à la surface

15 sep­tembre 2021 | 6 Commentaires 

Ceux qui, au début de la pan­dé­mie émet­taient des doutes sur l’origine du Covid-19, ont aus­si­tôt été estam­pillés « com­plo­tistes »(1). Les Professeurs Montagnier et Péronne ou encore Fourtillan en ont fait les frais. L’essentiel de la com­mu­nau­té scien­ti­fique, dans une tri­bune du 7 mars 2020 relayée par The Lancet, avait assu­ré que seul le pan­go­lin était res­pon­sable. Pauvre bête.

Aujourd’hui, la véri­té remonte à la sur­face. Tous ces scien­ti­fiques (sauf un) signa­taires de la lettre étaient liés aux cher­cheurs chi­nois ou à des bailleurs de fonds du labo­ra­toire de Wuhan. C’est ce qu’a révé­lé, le 10 sep­tembre der­nier, The Telegraph dans un article dont voi­ci l’essentiel (tra­duit par mes soins) :

Le jour­nal bri­tan­nique dévoile que la tri­bune publiée par The Lancet a été orches­trée par le zoo­lo­giste Peter Daszak, pré­sident de l’EcoHealth Alliance, basée aux États-Unis, qui a finan­cé des recherches à l’Institut de viro­lo­gie de Wuhan. Dans un cour­riel daté du 8 février, M. Daszak a avoué qu’il avait rédi­gé la lettre à l’invitation de « ses col­la­bo­ra­teurs » en Chine pour une « démons­tra­tion de sou­tien ». Il a aus­si admis son impli­ca­tion dans l’Alliance EcoHealth omet­tant cepen­dant de men­tion­ner que cinq autres signa­taires tra­vaillaient éga­le­ment pour l’organisation. Trois appar­te­naient au Wellcome Trust bri­tan­nique, qui a finan­cé des tra­vaux du Wuhan Institute of Virology, dont Sir Jeremy Farrar, direc­teur du Trust, « vieil ami » de George Gao, le chef du Centre chi­nois de contrôle et de pré­ven­tion des maladies.

Le Dr Gao, diplô­mé d’Oxford, est un ancien assis­tant de recherche du Wellcome Trust. Il a acti­ve­ment sou­te­nu la nomi­na­tion de Peter Daszak à l’Académie natio­nale des sciences et entre­tient des liens étroits avec Shi Zhengli, une scien­ti­fique connue sous le nom de « bat­wo­man », qui menait des recherches sur les coro­na­vi­rus des chauves-sou­ris à Wuhan et co-décou­vreur, en 2013, d’une souche extrê­me­ment proche du Sars-Cov‑2. Également signa­taire, le Professeur Linda Saif, de l’Ohio State University, tra­vaillait avec le Dr Shi Zhengli et le Dr Gao sur le niveau de sécu­ri­té dans les labo­ra­toires chi­nois s’agissant notam­ment des coro­na­vi­rus animaux.

Deux autres signa­taires font par­tie de l’équipe de direc­tion du Global Virome Project, dont l’objectif est de détec­ter et d’identifier au moins 99 % des menaces virales zoo­no­tiques poten­tielles pour la san­té humaine et la sécu­ri­té ali­men­taire. M. Daszak en est le tré­so­rier, le Dr Gao un membre fon­da­teur et EcoHealth Alliance un par­te­naire. Ce pro­jet a suc­cé­dé au pro­jet Predict, qui a per­mis de décou­vrir plus de 1 000 virus chez les ani­maux et les humains. Or, Predict a par­tiel­le­ment finan­cé des tra­vaux contro­ver­sés de cher­cheurs de Wuhan sur les coro­na­vi­rus des chauves-sou­ris modi­fiés pour voir s’ils pou­vaient infec­ter les humains. Les fonds pro­ve­naient d’EcoHealth Alliance.

Parmi les autres signa­taires ayant des liens avec l’équipe de Wuhan figurent encore le Professeur Kanta Subbarao, chef de la sec­tion des virus res­pi­ra­toires émer­gents du NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases), le Dr John Mackenzie, de la Curtin University of Technology en Australie, membre du comi­té consul­ta­tif scien­ti­fique du Centre for Emerging Infectious Diseases du Wuhan Institute of Virology et cinq autres scien­ti­fiques ayant tous publié des articles avec le pro­fes­seur Ralph Baric, qui col­la­bo­rait avec Shi Zhengli (tou­jours elle) et le Wuhan Institute of Virology sur la mani­pu­la­tion géné­tique des coro­na­vi­rus pour voir s’ils pou­vaient infec­ter les humains. Bien que ne figu­rant pas dans la liste des signa­taires, le pro­fes­seur Baric est cepen­dant soli­daire : des cour­riels entre lui et M. Daszak le prouvent.

Comme le montre cet article du Telegraph, aux ori­gines du Covid-19 on découvre des négli­gences, des fuites, des men­songes, du copi­nage et… des gros sous ! Mal à l’aise, en juin der­nier, The Lancet ajou­tait un adden­dum à la tri­bune de ces scien­ti­fiques cor­rom­pus sou­li­gnant les liens de M. Daszak avec Wuhan. Depuis, plu­sieurs signa­taires ont retour­né leur veste comme le pro­fes­seur Peter Palese, de l’école de méde­cine Icahn au Mont Sinaï, qui appelle main­te­nant à une enquête com­plète. Quant au Professeur Bernard Roizman, il est allé encore plus loin en décla­rant au Wall Street Journal qu’il est main­te­nant convain­cu que le virus a été acci­den­tel­le­ment libé­ré par un scien­ti­fique « négligent ». Sauve qui peut…

Aujourd’hui, la mise en garde avan­cée par le Professeur Montagnier, dès le mois de jan­vier 2020 quand le génome du SARS-CoV‑2 a été publié, retrouve toute sa per­ti­nence. Notre prix Nobel avait alors noté une pro­prié­té sin­gu­lière : la pro­téine Spike du virus pos­sède un site de cli­vage de furine qui lui donne pré­ci­sé­ment sa grande capa­ci­té à infec­ter les cel­lules humaines. Or cet élé­ment déci­sif n’existe chez aucun autre Sarbecovirus (branche de coro­na­vi­rus com­pre­nant le SRAS et le SARS-CoV‑2). À l’époque, on l’avait fait taire de la manière la plus igno­mi­nieuse qui soit en le fai­sant pas­ser pour un vieillard sénile.

Depuis ces révé­la­tions, Peter Daszak a été exclus de la Commission de l’ONU sur la COVID-19 en rai­son de son impar­tia­li­té scien­ti­fique. Cependant, il fait tou­jours par­tie de l’équipe d’enquête de l’OMS sur la COVID-19 ! Ça rap­pelle la nomi­na­tion scan­da­leuse d’Agnès Buzyn au sein de l’OMS, au poste d’envoyée spé­ciale offi­cielle de Tedros Adhanom Ghebreyesus, actuel direc­teur géné­ral pour les affaires multilatérales.

Parce que chez ces gens-là, mon­sieur,
On ne s’en va pas,
On ne s’en va pas, Monsieur,
On triche,
On compte…
(Jacques Brel)

Charles ANDRÉ

« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »


(1) C’est le cas de Nice Provence Info, lan­ceur d’a­lertes, qui écri­vait en février 2020 : « Pourquoi donc ce silence abso­lu sur la pré­sence de ce labo­ra­toire — fran­çais — à Wuhan ? Là où est appa­ru ce virus ! » (lire Coronavirus : on ne nous dit pas tout du 8 février 2020)

[NDLR] Nos lec­teurs qui sou­haitent appro­fon­dir ce sujet com­plexe se repor­te­ront au tra­vail très docu­men­té du jour­na­liste niçois Philippe Aimar, Covid-19 Enquête sur un virus, dont nous publie­rons très pro­chai­ne­ment une recension.

Philippe Aimar - Enquête sur un virus

Cliquer sur l’i­mage pour com­man­der le livre

« Et vous ? Quelle dose de véri­té êtes vous prêt à sup­por­ter ? » (Frédéric Nietzsche)

6 Commentaires 

  1. Quand sau­­ra-t-on la véri­té ? L’institut Pasteur ose­­ra-t-il tout dire ? Pour se décul­pa­bi­li­ser et retrou­ver sa liberté ?

    Répondre
    • C’est bien pos­sible que ce virus soit juste des fre­quences 5G. Chaque per­sonne a une fré­quence dif­fé­rente, il suf­fit de régler les antennes 5G à pro­duire des fré­quences ciblées et voi­là. On n’en­tend plus par­ler des antennes 5G, c’est fini déjà.

  2. Bon tra­vail, que la lumière soit répan­due par­mi ces ombres

    Répondre
  3. Bravo pour cet article très objec­tif qui montre bien que les « com­plo­tistes » avaient pour but de dénon­cer les vrais com­plo­teurs (Fauci, Salomon, Véran, Buzyn, et Cie)

    Répondre
    • et Macron en premier!!!

  4. Opposer la dose de véri­té à la dose de sou­mis­sion ! Superbe conclusion !

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *