La folie « covidiste » est en roue libre

25 novembre 2021 | 4 Commentaires 

Damned ! L’épidémie repart ! C’est, du moins, ce que tous les médias nous res­sassent depuis que Gabriel Attal en a fait l’annonce, dimanche der­nier. Ainsi,
• mal­gré une cou­ver­ture « vac­ci­nale » à plus de 75 %, la mise en place du pas­se­port sani­taire pré­ten­du­ment super-effi­cace (voir l’article : Le nez de Macron s’allonge, s’allonge…),
• mal­gré l’obligation de port du masque par­tout y com­pris à l’extérieur dans de nom­breuses zones,
• mal­gré la sup­pres­sion de la gra­tui­té des tests pour punir les der­niers réfrac­taires à la piqure,
• mal­gré toutes ces mesures absurdes qui, juré-cra­ché, devaient nous rame­ner à la « vie nor­male », et bien, flop ! L’épidémie repart !

Alors, comme chez ces gens-là, Monsieur, on ne fait jamais d’erreur, Monsieur, et on ne s’excuse pas, Monsieur, (lire Chez ces gens-là, Monsieur, on ne s’excuse pas !) il faut trou­ver une porte de sor­tie disculpante.

On pointe donc du doigt les « non-vaccinés » !

Le 9 novembre der­nier, Emmanuel Macron les a encore une fois tan­cés : « Vaccinez-vous ! Nous pou­vons conti­nuer à maî­tri­ser la situa­tion si cha­cun d’entre nous prend sa part. Vaccinez-vous pour pou­voir vivre nor­ma­le­ment ! » Comme il l’avait déjà fait l’été der­nier en les accu­sant d’être « irres­pon­sables et égoïstes ».

Ainsi, les six mil­lions de non « vac­ci­nés » servent de boucs émis­saires à un exé­cu­tif aux abois qui réa­lise, chaque jour davan­tage, que ses choix sont tota­le­ment inopé­rants mais ne se résout pas à l’admettre.

Ce com­por­te­ment a été lar­ge­ment étu­diés par la psy­cho­lo­gie sociale. Il s’explique par deux phé­no­mènes qui sont le contrôle social (Gibbs, 1981) et le « black sheep effect » (Marquès, Yzerbyt et Leyens, 1988), dit aus­si « effet bre­bis galeuse ». Les diri­geants poli­tique et les auto­ri­tés scien­ti­fiques qui voient leurs cer­ti­tudes et leurs pro­messes de Gascon dan­ge­reu­se­ment écor­nées ont besoin de dési­gner, de toute urgence, un mou­ton noir avant d’être eux-même la cible de la colère populaire.

Ainsi, les six mil­lions de non « vac­ci­nés » servent de boucs émis­saires à un exé­cu­tif aux abois qui réa­lise, chaque jour davan­tage, que ses choix sont tota­le­ment inopé­rants mais ne se résout pas à l’admettre.

Ce comportement a été largement étudié par la psychologie sociale

Il s’explique par deux phé­no­mènes qui sont le contrôle social (Gibbs, 1981) et le « black sheep effect » (Marquès, Yzerbyt et Leyens, 1988), dit aus­si « effet bre­bis galeuse ». Les diri­geants poli­tique et les auto­ri­tés scien­ti­fiques qui voient leurs cer­ti­tudes et leurs pro­messes de Gascon dan­ge­reu­se­ment écor­nées ont besoin de dési­gner, de toute urgence, un mou­ton noir avant d’être eux-même la cible de la colère populaire.Mouton noir

Quant aux mou­tons blancs, un vent de panique s’est mis à souf­fler sur leur trou­peau docile de « covi­distes » pro « vac­cin » convain­cus : tout ce qu’on leur a pro­mis depuis des mois appa­raît sou­dain comme un mirage. Ils peuvent attra­per le virus, le trans­mettre et déve­lop­per la mala­die y com­pris avec des formes graves ! Et l’épidémie repart !

Auraient-ils été abusés ?

Ils ne sau­raient l’imaginer tant ils se sont sou­mis à toutes les injonc­tions, toutes les res­tric­tions voire des pri­va­tions. Alors, ils per­çoivent la situa­tion comme très injuste et il leur faut trou­ver, au plus vite, un bouc émis­saire pour endos­ser le poids de leur frus­tra­tion et ten­ter de sau­ver leur car­ré de luzerne grasse. Forts des allo­cu­tions pré­si­den­tielles et de la mise en branle de la machine poli­ti­co-média­tique, ils accusent, jugent et condamnent les « non-vac­ci­nés » d’être l’unique cause de la cin­quième vague épi­dé­mique. Que ces der­niers soient exclus des bars, des res­tau­rants, des ciné­mas, des théâtres, des concerts, des biblio­thèques, des TGV, des hôpi­taux, des mater­ni­tés, depuis le mois d’août au motif qu’ils sont dan­ge­reux pour les autres et qu’on ne les y tolère que munis de test néga­tif de moins de 72 heures, ne les inter­pelle pas. Il ne leur vient pas à l’esprit que, dans ces condi­tions, ces per­sonnes-là sont les seules à être saines quand elles se trouvent dans ces lieux dits de « conta­mi­na­tion ». Ces mou­tons blancs récitent le caté­chisme du ber­ger Macron et font por­ter la res­pon­sa­bi­li­té de l’inefficacité de ses mesures aux six mil­lions « non-vaccinés ».

Ainsi donc, se pro­file pour eux, a mini­ma, un confi­ne­ment sélec­tif, au pire l’instauration du pas­se­port vac­ci­nal syno­nyme de vac­ci­na­tion obli­ga­toire. Pour une mala­die létale à 0,07 % ! On est dans un monde de plus en plus ubuesque ou, plus exac­te­ment, dans une dérive auto­ri­taire qui n’a plus de limite. Dans ce contexte, nous ver­rons bien­tôt clouer au pilo­ri les « vac­ci­nés une ou deux doses » par les « vac­ci­nés trois doses ». Et puis après, les « vac­ci­nés quatre doses » mau­di­ront tous les non à jour et ain­si de suite.

La folie « covi­diste » est en roue libre et rien ne semble pou­voir l’arrêter.

Charles ANDRÉ
« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »


[NDLR] Plus per­sonne — d’hon­nête s’en­tend — ne peut contes­ter qu’il n’y a aucune cor­ré­la­tion entre le taux de vac­ci­na­tion et le taux d’incidence (démons­tra­tion ici à par­tir des don­nées dis­po­nibles sur Santé Publique France.
Le pro­fes­seur Delfraissy, pré­sident du conseil scien­ti­fique, l’ins­ti­ga­teur du confi­ne­ment et de la vac­ci­na­tion de masse, l’a admis au micro de France Inter, ce mer­cre­di 17 novembre : « Les vac­cins pro­tègent assez peu contre l’infection et la trans­mis­sion ».

Conclusion : moins les injec­tions pro­tègent, plus il faut piquer !

4 Commentaires 

  1. Evidemment qu’ils ont été abu­sés, les « vac­ci­nés » !!
    Ils se sont jetés sur la piquouze, croyant aux bobards des gou­ver­nants. Mais main­te­nant, il y en a de plus en plus qui rechignent à la 3e seringue. Les moins lobo­to­mi­sés com­mencent à ouvrir les yeux.

    Répondre
  2. Il n’y a pas l’ombre d’une preuve scien­ti­fique pour sou­te­nir l’ar­gu­ment de la vac­ci­na­tion for­cée. Il n’y a pas l’ombre d’une preuve pour sou­te­nir l’af­fir­ma­tion selon laquelle une per­sonne non vac­ci­née consti­tue une menace pour la sécu­ri­té de qui­conque. Je le répète : les obli­ga­tions ne sont pas des lois, et même si elles l’é­taient, ce serait des lois anti­cons­ti­tu­tion­nelles. Il n’y a rien de légal, de ration­nel, de scien­ti­fique ou de moral qui m’o­blige à me sou­mettre à un vac­cin expé­ri­men­tal. Brandon Smith sur Alt-Market.

    Répondre
  3. Vous avez oublié moults endroits aux­quels les non-pikou­­zés n’ont plus accès : les bus longue dis­tance, les ephad, les musées, parcs de loi­sir et d’at­trac­tion, les centre com­mer­ciaux, les fes­ti­vals, les hôtels, pis­cines, tha­las­so, spas, bureaux de vote etc etc etc…

    Un docu­ment de la Shoah du 8 juillet 1942, nom­mé Mesures d’ap­pli­ca­tion de la 9e ordon­nance des auto­ri­tés d’oc­cu­pa­tion au sujet des juifs, rédi­gé par der hohere S.S und Polizeifuehrer, inter­dit aux juifs de fré­quen­ter tous les éta­blis­se­ments publics et d’as­sis­ter aux mani­fes­ta­tions publiques dont la liste suit :
    res­tau­rants et lieux de dégus­ta­tion
    cafés, salons de thé et bars
    théâtres
    ciné­mas
    concerts
    music-halls et autres lieux de plai­sir
    cabines télé­pho­niques publiques
    mar­chés et foires
    pis­cines et plages
    musées
    biblio­thèques
    expo­si­tions publiques
    châ­teaux forts et his­to­riques
    mani­fes­ta­tions spor­tives en tant que spec­ta­teur ou par­ti­ci­pant
    champs de courses et locaux de pari
    cam­pings et parcs…

    Le par­ra­lèlle est clair 2021 = 1942, il suf­fit de rem­pla­cer le mot juif par « non vac­ci­né », on peut aus­si consta­ter que nous sommes encore sous une auto­ri­té d’occupation…
    Comme les non-pikou­­zés aus­tra­liens sont déjà dépor­tés en camp de concen­tra­tion dit « covid », la suite n’est qu’un ramas­sis de déjà vu abject et ignoble…et ce même sur le ter­ri­toire français…

    Enfin si nous sommes vrai­ment en démo­cra­tie, que fait ce Mr Delfraissy au conseil scien­ti­fique en déci­dant et fai­sant la pluie et le beau temps pour des mil­lions de Francais, le peuple a t’il voté pour lui ??? Non bien évi­de­ment, pas­sons sur le père Fabius qui siège au Conseil Constitutionnel et son fils au cabi­net Mac Kinsey qui gère la crise covid en France… Père et fils sont en conflit d’in­té­rêt énorme et ont du sang conta­mi­né sur les mains mais non ! Ils conti­nuent d’a­gir en toute impu­ni­té et ce contre les inté­rêts du peuple…

    Le mou­geon qui me trai­te­rait de com­plo­tiste ou d’an­ti­sé­mite n’est qu’un lobo­to­mi­sé, un dif­fa­ma­teur calom­nia­teur sans esprit cri­tique en pleine dis­so­nance cog­ni­tive. Quand j’ai vu com­ment étaient trai­tés Dieudonné ou Soral, je me suis deman­dé qu’est ce qui empê­che­rait qu’ils nous traitent tous de la même manière (har­cè­le­ment, empri­son­ne­ment, menaces, réqui­si­tion, pro­cès, dif­fa­ma­tions etc)??? Le dogme actuel est le covid et à l’ins­tar de Galilée qui plai­dait pour la terre ronde, avoir une théo­rie prou­vée contraire au dogme équi­vaut à une mise à mort…finalement je com­prends le mou­geon qui pré­fère renier et mépri­ser la véri­té sciem­ment ou incons­ciem­ment, je pense que c’est une stra­té­gie de sur­vie sauf que lorsque le gou­ver­ne­ment devient dic­ta­to­rial, liber­ti­cide etc., le peuple a un devoir de rébel­lion et non de soumission…les col­la­bos nazis eux aus­si n’ont fait qu’exé­cu­ter les ordres…

    Répondre
  4. Bonjour,
    Je vous en conjure, n’y croyez rien au chiffre miro­bo­lant des 75% (vac­ci­nés).
    CE N’EST PAS ***VRAI*** !
    N’oubliez pas que nos poli­ti­ciens illé­gi­times adorent jouer avec les chiffres, autant avec ceux qui gar­nissent leurs mul­tiples comptes ban­caires qu’a­vec ceux qui sont sen­sés vous faire peur … peur … peur.

    Au fait, com­bien de fois fau­­dra-t-il encore répé­ter qu’il ne s’a­git pas d’un « vac­cin » mais d’une pure expé­ri­men­ta­tion génique qui a tué tous les ani­maux des labos incri­mi­nés, expé­ri­men­ta­tion non approu­vée au regard des normes offi­cielles exi­geant dix années d’es­sais avant la mise sur le marché !

    Mais comme dirait Mr AMADOU : — évi­dem­ment, vous n’êtes pas obli­gés de me croire — 😉

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *