Élections présidentielles 2022 : faut-il voter ?

26 octobre 2021 | 13 Commentaires 

Pierre-Émile Blairon nous explique pour­quoi il n’i­ra pas voter aux pro­chaines élec­tions présidentielles.

Élections présidentielles 2022 : faut-il voter ?

État des lieux

Alors que les signes d’une prise de pou­voir sur l’ensemble de la pla­nète par les élites plou­to­cra­tiques se fai­saient sen­tir depuis des décen­nies (au moins), seules, quelques per­sonnes plus lucides que d’autres ten­taient d’alerter les popu­la­tions.
De fait, une césure est len­te­ment appa­rue qui s’est trans­for­mée en une cre­vasse infran­chis­sable qui sépa­rait le monde des socié­tés tra­di­tion­nelles de celui des affai­ristes, le monde des ter­roirs, des régions avec leurs cou­tumes mil­lé­naires, leur savoir-faire arti­sa­nal, leur art de vivre, le monde des peuples enra­ci­nés, des hommes et des femmes de bon sens insé­rés dans leurs milieux natu­rels contre celui des mon­dia­listes, maté­ria­listes pro­gres­sistes, monde arti­fi­ciel sans règles et sans valeurs, désor­mais diri­gé par les trans­hu­ma­nistes qui ne rêvent que de trans­for­mer les popu­la­tions en esclaves ou en robots.
Une sorte de sta­tu quo parais­sait s’être ins­tau­ré mais ces forces néga­tives ont déci­dé, comme dans l’urgence, fin 2019 et début 2020, de sau­ter sur l’occasion que leur don­nait la « décou­verte » de ce coro­na­vi­rus en Chine pour impo­ser leur loi sous cou­vert sani­taire à toute la pla­nète.
Je me suis lon­gue­ment deman­dé com­ment un très petit groupe d’être humains avait pu impo­ser avec une telle rapi­di­té et une telle effi­ca­ci­té cette totale sou­mis­sion de la popu­la­tion ter­rienne (plus de 7 mil­liards d’individus quand même) à ce qui s’apparente à sa propre dis­pa­ri­tion. C’est grâce à cer­taines tech­niques de condi­tion­ne­ment des foules, comme l’ingénierie sociale, que les mon­dia­listes ont pu arri­ver à ce résul­tat.
C’est ain­si que nous vivons depuis bien­tôt deux ans les effets de la plus grande mani­pu­la­tion de tous les temps.
Notre géné­ra­tion a l’insigne pri­vi­lège de contem­pler, stu­pé­faite et déses­pé­rée, un monde qui se défait lit­té­ra­le­ment dans le déchaî­ne­ment des enti­tés dia­bo­liques qui ont pris le pou­voir sur une popu­la­tion téta­ni­sée.
Il se fait que ces incroyables bou­le­ver­se­ments se font dans l’apathie géné­rale d’individus lobo­to­mi­sés qui refusent de croire aux évé­ne­ments qui se déroulent sous leurs yeux et qui ne se sou­cient que de leurs petits inté­rêts maté­riels ; on assiste à une inter­rup­tion, voire à une régres­sion bru­tale de l’intelligence chez la plu­part de ces indi­vi­dus, dégra­da­tion qui peut clai­re­ment être consta­tée par ceux qui ont réus­si à conser­ver, en dépit du matra­quage média­tique, leur esprit cri­tique ; c’est à l’aune de cette consta­ta­tion que ces quelques esprits éclai­rés ont pris la mesure de l’ampleur du désastre en cours et se pré­parent au pire.
Une contes­ta­tion a fini par éclore, en France et dans d’autres pays du monde, résis­tance bien timide d’abord ; en France, elle est née sous l’égide de Florian Philippot ; les mili­tants de son par­ti, Les Patriotes, ras­sem­blaient fin 2020 quelques dizaines de mili­tants réunis sur les lieux emblé­ma­tiques de quelques villes en France ; et la mayon­naise a pris de telle sorte que c’est main­te­nant des dizaines de mil­liers de Français qui défilent chaque same­di dans au moins deux cents villes en France contre le passe sous faux dra­peau sani­taire. De même, les popu­la­tions de nom­breux pays du monde pro­testent contre la dic­ta­ture mon­diale qui se met en place sous pré­texte de mesures sani­taires.
Les médias fran­çais sub­ven­tion­nés ne disent pas un mot de ces mani­fes­ta­tions, qu’elles se déroulent en France, ou ailleurs dans le monde ; la contes­ta­tion n’existe pas pour ces pseu­do-jour­na­listes.
Les Français oppo­sés à la mise en place de cette tyran­nie pla­né­taire savent par­fai­te­ment que les ins­tances euro­péennes n’en sont qu’un relais effi­cace et que le gou­ver­ne­ment fran­çais entiè­re­ment sou­mis aux élites plou­to­cra­tiques ne fait qu’appliquer leurs direc­tives.
Moins nom­breux sont ceux qui savent que le pou­voir mon­dial uti­lise les masses immi­grées et les ter­ro­ristes isla­miques pour mieux désta­bi­li­ser les socié­tés tra­di­tion­nelles, notam­ment euro­péennes et occi­den­tales.
Une autre dicho­to­mie est appa­rue, plus ancrée dans le réel quo­ti­dien, plus sus­cep­tible de nour­rir les pas­sions et de pré­pa­rer un monde de cau­che­mar où les citoyens de chaque pays pour­raient s’affronter dans une guerre civile qui ne serait même pas raciale.
On constate effec­ti­ve­ment la pré­sence face à face de deux popu­la­tions.
→ Il y a, d’une part, ceux qu’on peut appe­ler les résis­tants. Ils ont com­pris que le « passe sani­taire » et le vac­cin n’étaient que des outils (ou plu­tôt des armes de des­truc­tion mas­sive) pour sou­mettre les popu­la­tions ou, plus inquié­tant encore, pour réduire leur nombre que les mon­dia­listes jugent plé­tho­rique.
→ Et il y a, d’autre part, ceux qui, par bêtise, par confort ou par lâche­té (à vrai dire, les trois à la fois) ne veulent pas entendre par­ler d’un quel­conque condi­tion­ne­ment et traitent de com­plo­tistes ceux qui ont su gar­der un esprit cri­tique et éveillé.
Il est très dif­fi­cile d’établir un pour­cen­tage de cha­cune de ces deux popu­la­tions, d’une part à cause du silence des auto­ri­tés qui ne per­mettent donc pas aux orga­nismes d’évaluation de révé­ler des chiffres fiables, d’autre part, du fait d’un nombre gran­dis­sant de per­sonnes qui com­prennent enfin la super­che­rie des gou­ver­nants. Évaluons à 30 % les popu­la­tions réveillées et donc à 70 %(1) celle des morts-vivants lobo­to­mi­sés, des zom­bies.
Voilà donc un état de la situa­tion tel qu’il peut appa­raître en cette fin d’octobre alors que l’esprit des Français est occu­pé par ce qui plaît infi­ni­ment aux médias de pou­voir : les élec­tions présidentielles.

Les candidats à la présidentielle

Nous allons nous inté­res­ser uni­que­ment aux can­di­dats sus­cep­tibles de jouer un rôle de pre­mier plan dans ces élec­tions.
Macron : Rien à dire sur le pré­sident en exer­cice qui a bien l’intention de renou­ve­ler son man­dat, sinon confir­mer qu’il n’est qu’une marion­nette entre les mains de l’oligarchie mon­diale, pour le mal­heur du peuple fran­çais.
Marine Le Pen était dési­gnée d’office comme son prin­ci­pal adver­saire avant que ne sur­vienne Éric Zemmour. Le RN, au fil du temps, est deve­nu une coquille de noix vide qui vogue au gré des cou­rants son­da­giers ; Marine Le Pen n’a ces­sé de rabo­ter toutes les aspé­ri­tés qui pou­vaient l’empêcher de glis­ser vers la vic­toire comme une trot­ti­nette sur les trot­toirs pari­siens. Exit les mili­tants trop pas­sion­nés, les pro­pos trop affir­més et les sujets qui fâchent les mino­ri­tés deve­nues majo­ri­té. Les Français veulent moins d’immigration et plus de sécu­ri­té(2) ? Donnons-leur ce qu’ils veulent ou, tout au moins disons ce qu’ils veulent entendre. L’œil de Marine Le Pen n’est pas fixé sur la ligne bleue des Vosges mais sur le baro­mètre Ipsos.
Et puis, Z comme Zemmour est arri­vé, sans se pres­ser(3) ; pata­tras pour Marine Le Pen qui cara­co­lait à 21 % der­rière Macron ; adieu, veau, vache, cochon (qui s’en dédit)…
Sa can­di­da­ture éven­tuelle a été accueillie par un flot de raille­ries anti­sé­mites (ce qui, pour la presse aux ordres, appa­rais­sait jusqu’alors comme le pire des crimes) ; les invec­tives sont venues à la fois de vieilles badernes nos­tal­giques d’un cer­tain pas­sé, et des « jeunes » ban­lieu­sards d’origine magh­ré­bine qui ont fait de Zemmour et de ses mili­tants leur cible favo­rite. Les uns et les autres auront fina­le­ment trou­vé un ter­rain d’entente sur le dos de Zemmour. On n’a pas enten­du les ligues de ver­tu anti­ra­cistes s’élever contre ce qu’elles appellent, en d’autres cir­cons­tances, une « abo­mi­na­tion » ; et pour cause ; Zemmour consti­tue aus­si pour ces gens l’ennemi à abattre. « Pas un vote juif ne doit aller à Zemmour » a décla­ré Kalifat, le patron du Crif. Le crime de Zemmour est de reven­di­quer son sta­tut de Français avant celui de juif.
Zemmour est incon­tes­ta­ble­ment plus culti­vé et plus intel­li­gent que ses deux adver­saires.
Nous aurions donc espé­ré qu’il prenne une posi­tion tran­chée sur la mise en place de cette dic­ta­ture mon­diale qui ne cache même plus ses objec­tifs.
Tout homme – ou toute femme – qui se targue d’avoir une vision poli­tique des évé­ne­ments (qui n’adviennent pas par le fait du hasard) ne peut igno­rer cette nou­velle donne.
Nous aurions aimé au moins entendre quelques mots de soli­da­ri­té envers ces soi­gnants qui se font lit­té­ra­le­ment jeter de leur tra­vail sans aucune com­pen­sa­tion parce qu’ils refusent de se faire injec­ter ce qu’ils savent être un poi­son. Ces soi­gnants que les Français ont adu­lés l’année der­nière et pour les­quels ils n’ont désor­mais aucune com­pas­sion alors qu’ils ont, comme tout un cha­cun, un loyer à payer , des enfants à éle­ver, des traites à hono­rer ; les « anti vax », comme les appellent leurs adver­saires sont deve­nus des parias.
Mais non, ni Marine Le Pen ni Éric Zemmour ne s’en sou­cient. Zemmour décla­rait au micro d’André Bercoff sur Sud-Radio le 11 octobre : « Je suis moi-même vac­ci­né, le passe sani­taire ne me dérange pas ; le sujet essen­tiel n’est pas là. »
Et qu’en est-il des ins­tances euro­péennes qui pré­tendent s’immiscer dans toutes les déci­sions natio­nales des pays adhé­rents ?
Il y a long­temps que Marine Le Pen ne s’en pré­oc­cupe plus après ses échecs récur­rents sur ce thème ; quant à Zemmour, dans cette même émis­sion de Sud-Radio, il a décla­ré : « Je ne veux pas de Frexit pour ne pas désor­ga­ni­ser la France ».
Finalement, Marine Le Pen et Éric Zemmour s’entendent bien pour admettre que le sujet essen­tiel n’est ni la dic­ta­ture pseu­do-sani­taire, ni l’intrusion des ins­tances euro­péennes dans la poli­tique inté­rieure des états-nations ; le sujet essen­tiel, c’est l’immigration et aus­si l’insécurité, son­dage oblige.
C’est ici qu’intervient très per­ti­nem­ment Florian Philippot qui décla­rait le 20 jan­vier 2021 : « Stopper l’immigration mas­sive et expul­ser tous ceux qui doivent l’être ne peut se faire qu’à la condi­tion expresse d’en avoir le pou­voir. C’est à dire à la condi­tion expresse de quit­ter sur le champ UE et CEDH qui décident de tout. Le reste : du ver­biage. »
Il faut tenir compte en outre d’un autre para­mètre : l’Ordre mon­dial uti­lise les migra­tions et les ter­ro­ristes pour désta­bi­li­ser à la fois les socié­tés tra­di­tion­nelles accueillantes (de gré ou de force) et les socié­tés tra­di­tion­nelles par­tantes(4).Élections Piège à cons

On se rend compte fina­le­ment que Marine Le Pen et Éric Zemmour espèrent pui­ser dans le même vivier, celui des zom­bies lobo­to­mi­sés qui repré­sentent donc 64 % de la popu­la­tion fran­çaise en âge de voter. Ont-ils com­pris que ces gens ne vote­ront que pour leur Maître, Macron, celui qui décla­rait en toute ambi­guï­té : « Je crois que notre géné­ra­tion doit savoir que la Bête de l’événement est là, elle arrive, qu’il s’agisse du ter­ro­risme, de cette grande pan­dé­mie ou d’autres chocs. Il faut la com­battre quand elle arrive avec ce qu’elle a de pro­fon­dé­ment inat­ten­du, impla­cable. »
Florian Philippot s’est révé­lé l’homme poli­tique le plus com­ba­tif, le plus pug­nace, le plus effi­cace et le plus sin­cère tout au long de ces deux années de folie au cours des­quelles le Système a essayé, et conti­nue d’essayer, d’imposer son tota­li­ta­risme pla­né­taire, ce qui consti­tue la ques­tion prio­ri­taire à l’heure actuelle ; les autres ques­tions : Europe, immi­gra­tion, pou­voir d’achat, insé­cu­ri­té, réta­blis­se­ment des fron­tières natio­nales, relo­ca­li­sa­tions, loca­lisme, etc. en dépendent.

Pour conclure, je ne vote­rai évi­dem­ment pas pour Macron, et non plus pour Le Pen, ni pour Zemmour, puisque ces deux der­niers ne s’intéressent qu’accessoirement au sort du peuple fran­çais, quoi qu’ils en disent.
Je ne vote­rai pas non plus pour Philippot, pour une rai­son unique, liée à mon ADN ; je suis Français né en Algérie. Philippot est gaul­liste. Imaginez qu’on demande à un Arménien de voter pour un admi­ra­teur d’Erdogan qui est prêt à déclen­cher un nou­veau géno­cide à chaque ins­tant ?
Faut-il le rap­pe­ler ? De Gaulle est celui qui a sciem­ment pro­vo­qué le mas­sacre, dans des condi­tions épou­van­tables, de dizaine de mil­liers de Pieds-Noirs et de musul­mans fidèles à la France qu’on a appe­lés har­kis.
Comme tous les can­di­dats, y com­pris Marine Le Pen et Eric Zemmour, se réclament de De Gaulle, je ne vote­rai donc pas aux élec­tions pré­si­den­tielles de 2022.

Pierre-Émile Blairon

Pierre-Émile Blairon est l’au­teur d’un cer­tain nombre de livres liés à l’Histoire, notam­ment de la Provence, de Nostradamus à Giono et à la fin du Cycle :

Pierre-Émile Blairon - Iceberg

Pierre-Émile Blairon - Chronique fin cycle - Enfers parodisiaques

Pierre-Émile Blairon - La roue et le sablier - Bagages pour franchir le gué

Pierre-Émile Blairon - Le messager des dieux

13 Commentaires 

  1. Je vote­rai Dupont-Aignan qui est en fait un proche de Philippot. Tous deux sont d’ac­cord pour une pri­maire sou­ve­rai­niste .
    Mes rai­sons :
    • Il est le seul à avoir un pas­sé Anti-UE qui n’a jamais déro­gé, il n’est pas pour le FREXIT mais pour le BRUXIT !
    • Il est le seul à s’être pré­sen­té pen­dant 22 ans devant des élec­teurs (qui le connaissent) avec des scores avoi­si­nant les 80 % ! Pour la pré­si­den­tielle il a tou­jours été han­di­ca­pé par son hos­ti­li­té à l’UE qui détruit peu à peu la Nation.
    • Il a eu la vision en 2017 de ce qu’al­lait deve­nir la France avec Macron et a eu le cou­rage de s’al­lier avec MLP, en pas­sant au des­sus des cli­vages et de raille­ries de tous bords !
    • Il a une solide for­ma­tion de ges­tion­naire qui lui a per­mis de sor­tir sa com­mune d’un endet­te­ment abys­sal et ça ne va pas être un luxe après le pas­sage de l’agent de Rothschild ! 

    J’ajoute que si Mélenchon avait eu le même com­por­te­ment, en fai­sant pas­ser la France AVANT son EGO, Macron aurait été bat­tu et Marine Le Pen n’au­rait pas eu les cou­dées franches. 

    Combien d’in­sultes et de moque­ries… pour évi­ter un monstre qu’il avait très bien vu venir ! 

    Dupont-Aignan a un pro­gramme détaillé, chif­fré, qu’il met­tra en place s’il était élu, à coup de réfé­ren­dums !
    Un exemple : paye­ment des indem­ni­tés des dépu­tés et séna­teurs en fonc­tion de leur pré­sence et par­ti­ci­pa­tion aux votes (lui est là à2 h ou 4 h du matin).
    Le RIC avec 500 000 signatures…

    Répondre
  2. Si voter chan­geait quelque chose il y a long­temps que ça serait inter­dit.”
    Coluche

    Répondre
    • Oui, mais ça ne sau­rait tar­der. On en est arri­vé à un point où le peuple a bien com­pris qu’on le pre­nait pour un imbé­cile qu’on ber­çait de confor­tables illu­sions. Mais quand le voile com­mence à se déchi­rer et que la super­che­rie devient non seule­ment visible mais aus­si insup­por­table, répres­sive et tota­le­ment liber­ti­cide, alors c’est à ce moment que les Élites diri­geantes vont faire tom­ber leur masque et révé­ler leur vrai visage fas­ciste. C’est peut-être la der­nière fois que l’on pour­ra récu­pé­rer notre sou­ve­rai­ne­té. Et Florian Philippot, véri­table gaul­liste, est non seule­ment un homme amou­reux de son pays, de ses valeurs, mais aus­si un homme d’ac­tions et de convic­tions qui veut aller dans le sens du peuple. Se pri­ver de voter, et plus encore de voter pour lui, pour des rai­sons annexes (per­sonne n’est par­fait), c’est faire le jeu de Macron, ache­ver tout espoir pour la France et la lais­ser se faire dépe­cer par ces vau­tours de mon­dia­listes pro cré­dit social.

  3. Je pense aus­si que la conclu­sion est mau­vaise, Philippot, Dupont-Aignan et Asselineau devraient se rejoindre pour contrer Macron, la réfé­rence au Général de Gaulle est dépassée.

    Répondre
  4. Votre vision est bonne mais votre conclu­sion est médiocre. Philippot, Asselineau et peut-être Dupont-Aignan sont les seuls qui peuvent nous sor­tir de cette misère actuel­le­ment. Ne pas voter, c’est la porte ouverte à la macro­nie en per­ma­nence, c’est notre mort pro­chaine sur tous les points.
    De Gaulle n’a rien à voir avec Philippot, la com­pa­rai­son est gro­tesque si ce n’est seule­ment que les gens s’i­den­ti­fient à son patrio­tisme natio­nal (39÷45) et c’est ce que vous cla­mez aujourd’­hui : la liber­té du peuple fran­çais face à sa dis­pa­ri­tion à cause d’un Macron, d’un Hitler ou d’une Europe mondialiste.

    Répondre
  5. Et bien moi si, je vote­rai pour Philippot, et avec grand enthou­siasme. Je trouve qu’in­vo­quer le com­por­te­ment de De Gaule en Algérie pour ne pas aller voter est à la fois stu­pide et inef­fi­cace. A quand le vote obligatoire ?

    Répondre
    • Je suis d’ac­cord que la conclu­sion est médiocre. Vous sem­blez occul­ter les pro­po­si­tions de JL Mélenchon, même si je serais aus­si radi­cal que l’ex­trême droite sur les isla­mistes, les immi­grés non régu­la­ri­sés, des expul­sions plus dures pour ceux qui ne res­pectent pas la France et les Français

  6. Excellente ana­lyse, hélas, de notre des­cente aux enfers en tant que peuple et civi­li­sa­tion.
    Mais je ne suis pas d’ac­cord avec sa conclu­sion. De deux maux il faut par­fois choi­sir le moindre pour ten­ter de rebon­dir. Ne pas prendre par­ti équi­vaut à un sui­cide, même s’il ne s’a­git que d’en retar­der l’é­chéance. On ne peut accep­ter de mou­rir sans ten­ter de se battre.

    Répondre
  7. Pourra-t-on seule­ment voter si on n’a pas de passe sani­taire ? Et si c’est par inter­net, bon­jour les magouilles !

    Répondre
    • Français si vous n’êtes que 30% à voter, nous irons en enfer et les 70 % d’abs­ten­tion­nistes FERMEZ LA !
      Par contre 90 % de votants et le soleil se LÈVERA sur la FRANCE car les cal­culs des son­deurs seront faux.
      Je ne vous raconte pas les ex-pré­­si­­den­­tiables dire à tour de bras : « Peuple fran­çais, je vous ai com­pris ». Quel mensonge !

  8. Je pense qu’à l’a­ve­nir il fau­dra faire confiance à cer­tains « petits » can­di­dats qui défendent nos idées.

    Répondre
  9. Un monde nou­veau ne se fait pas avec des cor­rom­pus d’hier ! La véri­té est qu’une mino­ri­té sème la haine ici ou ailleurs et il serait temps de le dire. Ne pas voter est un acte d’in­tel­li­gence dans cette escro­que­rie « démocratique ».

    Répondre
    • Renvoyez vos cal­culs ! Des gens sont morts pour que tu puisses défendre ta voix et qu’elle puisse peser sur ton ave­nir. Ne pas aller voter et lais­ser les clés de sa mai­son aux voleurs, la preuve tu crées une valeur pour la com­mu­nau­té et on te crée une taxe qui la détruit par­fois (la TVA).

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

vingt six +  = vingt huit