Au pas de tir, numérotez-vous !

27 octobre 2021 | 2 Commentaires 

Quand chaque petit Français effec­tuait son ser­vice mili­taire, la séance au pas de tir était un moment fort. Le manie­ment d’une arme à feu requiert un pro­to­cole de sécu­ri­té extrê­me­ment strict. Les anciens bidasses retour­nés à la vie civile s’en sou­viennent : le coup qui part, le bruit et l’o­deur de la poudre, la vio­lence du recul. Aujourd’hui, avoir une arme entre les mains ne déclenche plus aucun réflexe, c’est un objet fic­tif qu’on ne connaît plus que par les polars et les wes­terns où ça défou­raille à tire-larigot.

On a désarmé les Français et c’est bien dommage

Si d’au­cuns veulent se fami­lia­ri­ser avec l’arme de guerre, il reste bien des stands de tir, dans les caves des immeubles de ban­lieue. Dans ces arse­naux, vous aurez « Le choix des armes » et une culture bien enracinée.

La danse de la rafale

Éric Zemmour — qui n’a pas fait son ser­vice natio­nal — vient de faire les frais de cette incul­ture mili­taire propre au Français moyen.

Zemmour - Arme feu tir

Geste élé­men­taire, à la prise en main du calibre, on ne pointe jamais une arme vers quelqu’un

Certes, sur un salon de l’ar­me­ment, on peut sup­po­ser que l’arme n’est pas char­gée, mais deuxième règle élé­men­taire, ne pas faire confiance et véri­fier soi-même que l’arme n’est pas appro­vi­sion­née, chargée.

Ceci-dit, que celui qui n’a jamais tiré me jette la pre­mière salve.
• On se sou­vient par exemple de la « Fusillade de Carcassonne » en 2008. Au cours d’une jour­née portes-ouvertes, des com­man­dos para­chu­tistes du 3e RPIMa simu­laient une prise d’otages. Seize per­sonnes, dont cinq enfants, ont été tou­chées par un tir en rafale de fusil FAMAS char­gé de balles réelles, par acci­dent. Un ser­gent avait lais­sé des balles réelles dans un char­geur de car­touches à blanc.
• Plus récem­ment, ce 22 octobre, l’ac­teur Alec Baldwin tue à bout por­tant la pho­to­graphe Halyna Hutchins sur le tour­nage d’un western.

Alec Baldwin - Halyna Hutchins

Et oui, une arme, c’est pas du ciné­ma ! mon­sieur le pro­duc­teur du film

Ainsi, tous les ans, de nom­breux acci­dents sur­viennent. Tel enfant qui se tue en décou­vrant l’arme cachée dans le tiroir de la table de nuit. Tel chas­seur tuant son chien pen­sant tirer sur un lapin.

Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au pays qui a inven­té le ser­vice mili­taire pour tous (les hommes), en 1798.Conscription 1798

Seules les forces de l’ordre ont le droit à la vio­lence légi­time. Droit qu’elles n’u­ti­lisent plus pour notre défense. Elles pré­fèrent gar­der l’arme dans l’é­tui que ris­quer de se retrou­ver au tri­bu­nal pour bavure.
Par contre, pour les ambian­ceurs de nos ban­lieues et autres gué­rille­ros urbains, le manie­ment des Kalashnikovs et autres mor­tiers n’a plus de secret.

Un peuple ne doit pas res­ter dans l’i­gno­rance. Puisque l’État est défaillant en la matière, les Français doivent se réap­pro­prier l’u­sage des armes. Stand de tir

Il existe de nom­breux clubs de tirs où, avec pro­fes­sion­na­lisme et sérieux, les uti­li­sa­tions d’armes, du pis­to­let à la cara­bine, vous seront ensei­gnées. Renseignez-vous si vous ne vou­lez pas un jour pas­ser l’arme à gauche.

Michel Lebon


Bonus :

2 Commentaires 

  1. Né dans le nord de la France, quelques années après la fin de la 2ème Guerre Mondiale, il y avait des armes un peu par­tout et l’éducation des enfants était faite pour évi­ter tout accident ! 

    Article UN : une arme est en prin­cipe TOUJOURS char­gée : on la prend avec pré­cau­tion et on ouvre la culasse pour véri­fier qu’une balle n’est pas enga­gée, si il y a un char­geur, on l’enlève !
    Article DEUX : on ne vise JAMAIS quel­qu’un, même avec un jouet ! 

    On ne cache jamais une arme (je savais où étaient toutes les armes), on les range démon­tées à plu­sieurs endroits ! Et les muni­tions sont sous clés !

    Répondre
  2. Qu’est ce à dire ???

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *