Nice, la « Mégalopolice »

par | 12 jan­vier 2022 | 1 com­men­taire

Une « mégalopolice » à Nice en lieu et place de son emblématique hôpital Saint Roch

Au début était l’hô­pi­tal pla­cé sous la pro­tec­tion de Saint Roch. C’est en 1850 que la pre­mière pierre est posée. Achevé en 1859, il pos­sède une capa­ci­té de 120 lits. Dès 1869, est ajou­té un corps cen­tral doté d’un fron­ton de style clas­sique ita­lien. Sous la Troisième République, en 1873, la capa­ci­té de l’é­ta­blis­se­ment est por­tée à 220 lits. Il reste pra­ti­que­ment inchan­gé jus­qu’à la construc­tion en mars 1940 du bâti­ment abri­tant l’ad­mi­nis­tra­tion cen­trale, et en juillet 1981 pour l’é­di­fi­ca­tion du bâti­ment des urgences.

Qui mieux que Saint Roch(1), en cette période épi­dé­mique de Covid19 mutée en Rhinite22, pou­vait nous pro­té­ger ? La réponse nous a été don­née par Estrosi, le porte-coton de l’Emmerdeur.

Hôpital Saint Roch Nice - Façade - Estrosi - Macron

Photo sou­ve­nir devant la magni­fique façade italienne

Plan Nice - Hôpital Saint-Roch

Cet hôpi­tal de Nice est situé en plein cœur de la ville. Pratique, à deux pas de la place Garibaldi, d’où partent les grandes manifestations

Il faut virer cet hôpi­tal et le rem­pla­cer par un méga com­mis­sa­riat : un com­mis­sa­riat de toutes les polices, muni­ci­pale et natio­nale, dans un futur « Hôtel des Polices » œcu­mé­nique. Le pro­blème n’est pas de soi­gner les gens, mais de les ver­ba­li­ser : cha­cun ses prio­ri­tés. Moins de soi­gnants, plus de flics !Mégalopolis

L’invraisemblable, sur­réa­liste, en pleine crise sani­taire, ces gens sup­priment tout un hôpi­tal. Un de plus qui passe à la trappe, me direz-vous, après Le Val-de-Grâce en 2016 et bien d’autres centres depuis.

Lits hôpitaux fermés

Ceci-dit, il y aurait bien une solu­tion. Jusqu’au XVe siècle, les malades étaient plu­sieurs par lit, ou paillasse

Hôpital Moyen-Âge

Personnel soi­gnant prolifique

Ce lun­di 10 jan­vier, à grands ren­forts de robo­cops, Macron et Estrosi se sont retrou­vés devant l’hô­pi­tal, pour poser la pre­mière pierre de la nou­velle méga­struc­ture poli­cière. Impossible aux Niçois d’ap­pro­cher le sec­teur. La ville a été qua­drillée, mas­quée, confinée.

Exit Saint Roch, place à Saint Michel

Saint Michel Patron policiers

Saint Michel Archange, Patron des poli­ciers canadiens

C’est rien moins que 1200 poli­ciers natio­naux et 800 poli­ciers muni­ci­paux qui vont coha­bi­ter dans cet endroit high-tech. Ces 2 000 fonc­tion­naires de police vont pou­voir déjeu­ner ensemble à la can­tine, ça devrait créer des liens entre ces gens qui s’i­gnorent. Les Municipaux pour­ront garer leurs scoots à côté des Béhèmes de la Nationale.

Coincés dans un tis­su urbain res­ser­ré, dédale de sens inter­dits et de chaus­sées étroites, ce sec­teur est embou­teillé la plu­part du temps. Je doute que cette fli­caille puisse par­tir en urgence. De toute façon, ce n’est pas grave, la police veille­ra sur nous dans son cyber CHUC. Les joys­ticks ont rem­pla­cé les gourdins.

CHUC - Centre Hypervision Urbain

CHUC, Centre d’Hypervision Urbain, 3900 camé­ras en ville, à recon­nais­sance faciale, pour 120 agents télé­spec­ta­teurs et 20 mil­lions d’euros

Et puis, sur le toit on trou­ve­ra une piste d’en­vol pour drones. Pull ! Lesquels engins iront véri­fier dans la rue si vous êtes bien masqués.

La police dite « de proximité » sera un souvenir

Les îlo­tiers d’hier, hiron­delles à képi, cape et bicy­clette seront rem­pla­cés par une autre forme d’hi­ron­delles mais à télé­com­mande. Le Progrès est pas­sé par là aussi.

Cliquer sur une image pour lan­cer le diaporama

En met­tant toutes les nuances de police (ASVP, BAC, BRAV, la police à che­val, à vélo, en Segway, etc.) dans le même bun­ker inex­pug­nable, il devien­dra plus facile de pro­té­ger nos agents régu­liè­re­ment mar­ty­ri­sés, les pauvres. Isolés dans les quar­tiers divers, nos anciens petits com­mis­sa­riats étaient deve­nus la cible trop facile pour les voi­tures béliers et les attaques au mor­tier d’artifice.

Pendant que toute la police fran­çaise accom­pa­gnait le Monarc à Nice, ce lun­di 10 jan­vier, ce sont deux églises du dio­cèse de Saint-Denis qui ont été van­da­li­sées et pillées. On ne peut pas être au four et au moulin.

Michel Lebon

(1) Saint Roch en 1350 à Montpellier et mort en 1378 à Voghera, est un saint catho­lique. Il est le patron des pro­fes­sions médi­cales, des ani­maux mal­trai­tés et sur­tout le gué­ris­seur des pestiférés.Saint-Roch

Les articles du même auteur

Michel Lebon

1 commentaire

  1. Excellent et per­ti­nent, le fin mot de cette his­toire de Saints ne sau­rait se ter­mi­ner dans ce dédale de for­fai­tures sans avoir des prières pour ceux et celles qui demain aurons à vivre dans ce quar­tier de haute sécu­ri­té. Mais une ques­tion me taraude, pour­quoi avoir construit un com­mis­sa­riat au Moulins…?

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

quatre-vingt-dix cinq − quatre-vingt-dix quatre =