La Rose d’Amour de Norbert Calderaro

par | 23 mai 2022 | 2 Commentaires 

Face aux coups de bou­toir d’une oli­gar­chie mon­dia­liste qui nous entraîne à marche for­cée vers le « Progrès », à la sauce Macron, ou vers l’« Open Society », à la sauce Soros, vers le fli­cage et l’es­cla­vage avec la com­plai­sance d’une classe poli­tique et de médias cor­rom­pus et déca­dents, les Peuples s’é­veillent et refusent cette des­cente aux enfers.

Mais que faire face à la ruse du Diable ?

Charles Baudelaire- diable - portrait Fabrizio Cassetta

Résister, oui, mais comment ?

Norbert Calderaro - La résistance spirituelleNorbert Calderaro pro­pose La résis­tance spi­ri­tuelle. C’est bien la spi­ri­tua­li­té et l’a­mour qui sau­ve­ront notre huma­ni­té qui s’abîme dans le maté­ria­lisme et le men­songe. Ce livre n’est pas un ouvrage de théo­lo­gie. Il se lit très faci­le­ment. C’est presque un guide pra­tique que son auteur est venu expo­ser au cours d’une pré­sen­ta­tion orga­ni­sée par les Dominicains de Nice le 17 mai 2022 dans le cadre des confé­rences qu’ils pro­posent dans leur couvent sis en plein centre de Nice, pile en face de l’o­pé­ra (tous les détails sur le pro­gramme de ces confé­rences en sui­vant ce lien).

L’auteur des­sine les deux mil­lé­naires en quatre grandes périodes :
Les 4 pre­miers siècles qui cor­res­pondent au déploie­ment de la chré­tien­té au sein même de l’empire romain dès lors que l’empereur ne fut plus consi­dé­ré comme un dieu. L’empire romain s’ef­fon­dre­ra mais la chré­tien­té lui sur­vi­vra notam­ment grâce au mona­chisme. Les moines et leur réseau d’ab­bayes, de monas­tères, de cou­vents furent les trans­met­teurs de mémoire à la fois de l’in­gé­nie­rie romaine et de la spi­ri­tua­li­té chré­tienne.
Le Moyen-Âge avec la nais­sance du pou­voir papal qui peu à peu prend le des­sus sur le pou­voir tem­po­rel. C’est à cette époque que remonte l’ex­pres­sion « aller à Canossa » puisque c’est le 28 jan­vier 1077 que l’empereur du Saint Empire romain ger­ma­nique Henri V se ren­dit à Canossa pour se sou­mettre au pape après avoir été excom­mu­nié.
La réforme pro­tes­tante : il convien­drait de dire la séces­sion pro­tes­tante, née en Allemagne, qui revient sur cette allé­geance et sti­pule « À chaque peuple, sa reli­gion ». Le roi est empe­reur dans son royaume. Les hommes et les peuples sont alors inégaux. L’Histoire nous montre à quoi cela a abou­ti.
Les Droits de l’Homme : ils sont pro­mul­gués en 1789. Leur vision mes­sia­nique rejette la sou­ve­rai­ne­té divine tout en fai­sant réfé­rence à un Être suprême et en s’é­ri­geant en nou­velle reli­gion anti-chré­tienne. Napoléon se sacre­ra lui-même empe­reur, pre­nant ain­si la revanche de l’empereur Henri V.Sacre Napoléon - Tableau David 1804

Le refus de la sou­ve­rai­ne­té divine condui­ra à la nais­sance de tous les tota­li­ta­rismes du XXe siècle et d’au­jourd’­hui, ini­tiés par le géno­cide vendéen.

Pour Albert Calderaro, la chré­tien­té n’est pas morte. Elle ins­pire même les plus grands hommes de l’Histoire :
Gandhi, le meilleur exemple de résis­tance spi­ri­tuelle qui fut très mar­qué par les Évangiles.
Les Justes, très majo­ri­tai­re­ment ins­pi­rés par l’a­mour du Prochain.
Martin Luther King qui prône une démarche spi­ri­tuelle, notam­ment dans son dis­cours de Washington en 1963.
ou encore
Le pape Jean-Paul II qui ébran­la le com­mu­nisme tout puis­sant par son mes­sage de cou­rage et d’a­mour. Tout le monde a en tête son « N’ayez pas peur !»N-ayez-pas-peur-Jean-Paul_II

Pour nous gui­der dans la résis­tance spi­ri­tuelle, Norbert Calderaro nous pro­pose sa bous­sole qu’il appelle la Rose des Vents spi­ri­tuelle qu’il com­men­ta en détail pour bien en mon­trer sa force et sa pertinence :

Résistance spirituelle - Norbert Calderaro

Chacun devrait être gui­dé par cette bous­sole spi­ri­tuelle dans les com­bats civi­li­sa­tion­nels qui s’annoncent.

Georges Gourdin


Notre illus­tra­tion à la une : Norbert Calderaro pré­sen­té par le frère domi­ni­cain Richard Beaud, ani­ma­teur du cycle de conférences.

2 Commentaires 

  1. * La reli­gion se fonde sur la croyance, alors que la pra­tique de la spi­ri­tua­li­té et de la médi­ta­tion s’ap­puie sur une expé­rience per­son­nelle du Divin.

    * Je crois en Dieu mais je n’ap­par­tiens à aucune religion ! 

    * Je suis ici pour aider véri­ta­ble­ment, pour repré­sen­ter Celui qui m’a envoyé. Je n’ai pas à m’inquiéter ni de ce que je dirai ni de ce que je ferai car Celui qui m’a envoyé va me diri­ger. Je suis content d’être là où Vous sou­hai­tez que je sois, recon­nais­sant que Vous y allez avec moi. Je ne serai gué­ri en Vous lais­sant m’enseigner à gué­rir. Dorénavant, je suis la route de l’abondance, de la liber­té, de la paix. Je n’ai pas de crainte de l’avenir. Je vis dans l’abondance et c’est le suc­cès com­plet que rien ne peut s’opposer. La vie est belle et fan­tas­tique. Je suis heu­reux, en pleine san­té et en paix avec moi-même. Rien ne peut me déran­ger. Je n’ai pas besoin d’être anxieux de quoi que ce soit. Votre voix me dira quoi faire et où aller, à qui par­ler et quoi lui dire, quelle pen­sée avoir, quelle parole don­ner au monde. La sécu­ri­té que j’apporte m’est don­née par Vous. Seigneur Votre voix pro­tège toutes choses par moi. Ma sain­te­té et la Vôtre bénissent ce monde que je suis en charge de ser­vir car je suis mis­sion­né, dési­gné et prêt. 

    * La reli­gion se fonde sur la croyance, alors que la pra­tique de la spi­ri­tua­li­té et de la médi­ta­tion s’ap­puie sur une expé­rience per­son­nelle du Divin. 

    Bruno Leclercq, Chargé d’une mis­sion sur la Route du Lis.…

    Répondre
  2. Le chris­tia­nisme a une nou­velle chance de faire contre­poids à l’i­déo­lo­gie de l’argent. La danse autour du veau d’or de la mul­ti­pli­ca­tion de l’argent et la pré­ten­tion à la toute-puis­­sance qui en résulte ont leurs paral­lèles dans l’Ancien Testament. Il est impor­tant aujourd’­hui de repla­cer les sept péchés capi­taux au centre de la morale et de leur oppo­ser les sept ver­tus. Ce n’est ni démo­dé, ni endoc­tri­né, mais cela offre la base d’une coha­bi­ta­tion humaine pacifique.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

soixante-dix trois +  = soixante-dix cinq