Macron est en retard d’une guerre

14 juin 2022 | 4 Commentaires 

Le capi­taine ER Fernand Jourdan nous communique :

Notre pré­sident, qui n’y connait stric­te­ment rien en matière guer­rière — il ne sau­rait même pas par quel bout prendre un fusil — tient à son titre consti­tu­tion­nel de « chef des Armées ». « Le Président de la République est le chef des armées. Il pré­side les conseils et les comi­tés supé­rieurs de la Défense natio­nale. » Chacun se sou­vient de son « C’est moi le chef ! » à l’en­contre du chef d’État-Major Pierre de Villiers.
Notons aus­si que cette même consti­tu­tion sti­pule dans son article 5 que : « Le pré­sident de la République est le garant de l’in­dé­pen­dance natio­nale et de l’in­té­gri­té du ter­ri­toire ». Mais Macron a vite oublié cet article-là de notre constitution.

Sous la pres­sion de l’OTAN dont il est l’in­ten­dant local, Macron s’en­thou­siasme à l’i­dée de finan­cer et d’ar­mer l’Ukraine dans sa guerre actuelle avec la Russie, à l’ins­tar de tous ses aco­lytes atlan­tistes. Les mil­liards et les armes arrivent par wagons à Kiev.

Après les diverses répar­ti­tions mafieuses et les des­truc­tions de l’ar­tille­rie russe, quelques armes arrivent tou­te­fois sur le front de Donetsk. C’est ain­si qu’un canon fran­çais de type Caesar (notre illus­tra­tion à la une) a tiré plu­sieurs obus sur la ville de Donetsk :

Je suis bien conscient que ces images pro­viennent d’un site de pro­pa­gande russe — Russophère —, mais les faits sont bien là, indis­cu­tables : plu­sieurs bâti­ments civils de la ville de Donetsk ont été bom­bar­dés — dont une mater­ni­té — avec des obus lan­cés d’un canon fran­çais Caesar. La preuve : l’un de ces obus n’a pas explo­sé.Obus Caesar non explosé Donetsk

Des armes lourdes françaises sont utilisées par les armées ukrainiennes dans le seul but de terroriser les populations car l’issue de la guerre se profile : la défaite de Zelinsky.

Après avoir pro­mu le clown Zelinsky en pré­sident de l’Ukraine, et l’a­voir exci­té comme une puce pour qu’il se lance dans une guerre contre la Russie, l’o­li­gar­chie mon­dia­liste et son bras armé — l’OTAN — se rétractent dans la pers­pec­tive d’une vic­toire mili­taire russe. Tous les va-t-en-guerre d’hier invitent doré­na­vant Zelinsky à envi­sa­ger des « conces­sions ter­ri­to­riales à la Russie » : Klaus Schwab, Henry Kissinger, Joe Biden, tous ont com­pris que leur plan a foiré.

Le site pré­cise : Le secré­taire géné­ral de l’OTAN, Jens Stoltenberg [NDLR : à gauche sur la pho­to ci-des­sus], assis­tait aux ren­contres de Kultaranta le 12 juin en Finlande. Il s’est entre­te­nu avec le pré­sident fin­lan­dais Sauli Niinisto de la guerre rus­so-ukrai­nienne. Bien qu’au­cun des deux n’ait caté­go­ri­que­ment approu­vé la ces­sion de ter­ri­toire à la Russie, ils ont tous deux for­te­ment insi­nué que la guerre se ter­mi­ne­rait de cette façon [NDLR : il parle comme une vipère, c’est pour­quoi il est secré­taire géné­ral de l’OTAN].
Stoltenberg a décla­ré que la four­ni­ture d’armes à l’Ukraine ne visait qu’à « ren­for­cer sa main » pour une paix éven­tuel­le­ment négo­ciée [NDLR : Les morts, civils ou mili­taires, font par­tie du jeu]. Des décla­ra­tions simi­laires ont déjà été faites par le secré­taire amé­ri­cain à la Défense Lloyd Austin et le chef d’é­tat-major inter­ar­mées Mark Miley.

Mais Macron, qui n’a pas tout com­pris, conti­nue d’en­voyer nos arme­ments les plus sophis­ti­qués à l’Ukraine. Il faut aus­si rap­pe­ler que notre pré­sident, qui ne lit pas Nice Provence Info, ne savait pas que les milices ukrai­niennes qui sévis­saient dans le Donbass depuis 8 ans, se réfé­raient ouver­te­ment au nazisme et à Hitler(1). Par sa dévo­tion aveugle à l’é­gard de l’OTAN (qui est pour­tant « en état de mort céré­brale », selon ses propres pro­pos), Macron nous enfonce dans un bour­bier sui­ci­daire car c’est peut-être lui qui est état de mort cérébrale.

Capitaine ER Fernand Jourdan

(1) Notre pré­sident aurait été bien ins­pi­ré de lire l’ar­ticle de Patrice Lemaître du 25 février 2022 : Russie – Ukraine : oui, mais…

[NDLR] Notre illus­tra­tion à la une : un canon fran­çais Caesar. Fleuron de l’armement fran­çais, le Caesar (camion équi­pé d’un sys­tème d’artillerie) est un canon auto­mo­teur de 155 mm mis en ser­vice à l’orée des années 2000. Servant d’abord en Afghanistan, puis au Mali et en Irak, il est deve­nu la carte maî­tresse de l’artillerie fran­çaise. Il offre dis­pose d’une por­tée de près de 40 kilo­mètres, d’une grande pré­ci­sion grâce à son sys­tème infor­ma­ti­sé ain­si que d’une haute cadence de tir cou­plée à une impor­tante puis­sance de feu. Monté sur châs­sis tout-ter­rain, mobile et aéro­trans­por­table, le Caesar répond aux néces­si­tés de pro­jec­tion des forces. Il se vend très bien : 130 ont été ven­dus à l’Arabie saou­dite, et plus récem­ment 52 à la République tchèque. Notre propre artille­rie n’en a pas autant.

4 Commentaires 

  1. L’OTAN est un outil de la poli­tique hégé­mo­nique amé­ri­caine et a uti­li­sé de fausses causes pour atta­quer la Serbie, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et la Syrie.
    L’objectif à long terme des élites aux États-Unis est l’é­cla­te­ment et la divi­sion de la Russie depuis 100 ans.
    Bien sûr, il s’a­git d’avoir l’accès aux matières pre­mières et non de pro­pa­ga­tion de la démo­cra­tie et de la liber­té.
    L’Europe s’est lais­sée ins­tru­men­ta­li­ser comme l’OTAN dans une cam­pagne amé­ri­caine contre la Russie à l’aide du conflit ukrai­nien après avoir ini­tié le putsch du Maidan.
    La France aurait bien fait de res­ter à l’é­cart de l’OTAN. Maintenant, il est trop tard.

    Répondre
  2. Ce qui me fait mal, c’est que les Français ont réélu un psy­cho­pathe dan­ge­reux sous tous rap­ports, tout en accu­sant le RN cause du chaos si ce par­ti était à la tête du pays. C’est ce que j’ap­pelle faire un pro­cès d’intention.

    Quand donc feraient-ils preuve de discernement ?

    Répondre
  3. Cela me fait ter­ri­ble­ment mal de savoir qu’un obus fran­çais a frap­pé une mater­ni­té à Donetsk.
    Macron nous entraîne tou­jours plus dans la honte, la HONTE !
    La Grandeur de la France est deve­nue la HONTE d’être français.

    Répondre
    • Je suis entiè­re­ment d’ac­cord avec vous. Quelle honte pour la France

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

quatre-vingts six −  = quatre-vingts deux