Les « sacrifiés du Covid », plus nombreux et moins reconnus que les morts liées au virus ?

par | 12 juillet 2022 | 2 Commentaires 

À l’annonce de la mort d’une rela­tion per­son­nelle atteinte de mala­die grave dont le trai­te­ment médi­cal a été per­tur­bé pour cause de « prio­ri­té au Covid », on ne peut s’empêcher de pen­ser qu’elle vivrait peut-être encore et en gué­ri­rait, si ses soins avaient été pour­sui­vis nor­ma­le­ment. Et de s’interroger sur les vraies rai­sons de cet abandon.

C’est le cas, par­mi tant d’autres, d’Olivier B. – Paix à son âme et condo­léances à ses proches – un homme actif et spor­tif de 55 ans, atteint du can­cer. Interviewé fin avril 2020 par la presse régio­nale de Saône et Loire(1) puis par la presse natio­nale télé­vi­sée(2), il avait expli­qué que son trai­te­ment spé­cia­li­sé était alors rem­pla­cé par un trai­te­ment géné­ra­liste qui ne pou­vait pas le gué­rir, tout juste le sta­bi­li­ser. Il avait repris un temps une acti­vi­té pro­fes­sion­nelle réduite, puis il a « rechu­té » et s’est éteint il y a peu.

Comme pour tous les vrais malades sacri­fiés à la prio­ri­té du covid, cette mort direc­te­ment liée à la pan­dé­mie la plus conta­gieuse mais la moins dan­ge­reuse de l’histoire de l’Humanité, par ses consé­quences inédites et sans limites sur l’économie mon­diale, la san­té publique et les liber­tés pri­vées, sus­cite un cha­grin et une colère légi­times, dont les res­pon­sables et les cou­pables devront un jour rendre des comptes.

On n’oublie pas l’énorme cafouillage public durant le pre­mier semestre 2020, mélange d’incompétence camou­flée (décla­ra­tions péremp­toires et contra­dic­toires sur l’ampleur et la gra­vi­té du virus), de mesures aber­rantes entrées dans les annales de l’absurdité tech­no­cra­tique (attes­ta­tions déro­ga­toires de dépla­ce­ment), de dis­si­mu­la­tions volon­taires des auto­ri­tés poli­tiques et sani­taires (ges­tion cala­mi­teuse des masques et du parc natio­nal d’équipements de pro­tec­tion et de soin), d’imposition de vac­cins non abou­tis et de tests de dépis­tage à la fia­bi­li­té plus incer­taine que la for­tune faite des labo­ra­toires et de leurs com­man­di­taires, en conflit d’intérêt. Les clauses com­mer­ciales des miri­fiques contrats publics euro­péens avec les labo­ra­toires phar­ma­ceu­tiques, qui coutent et s’imposent aux contri­buables fran­çais dou­ble­ment patients, sont d’ailleurs tou­jours tenues secrètes(3). Cet embrouilla­mi­ni ubuesque nous a fait dire ici qu’au bal mas­qué de l’absurde, les fous sont rois, et leurs bouf­fons, sinistres(4).

On se sou­vien­dra que cette pan­dé­mie a été l’opportunité inédite pour nos diri­geants, d’imposer un test géné­ra­li­sé et conti­nu d’obéissance sans limites à des popu­la­tions entières, jusqu’à l’absurde et l’intimité des foyers (la consigne pré­si­den­tielle d’ouvrir les fenêtres toutes les deux heures, celle de faire réveillon­ner Papi et Mamie à la cui­sine), par un régime d’exception, de « guerre »(5), excep­tion­nel par sa mys­ti­fi­ca­tion et par sa durée. La ges­tion erra­tique de cette pan­dé­mie s’est pour­sui­vie, émaillée de dis­cours men­son­gers et infan­ti­li­sants(6), d’appels déses­pé­rés et pathé­tiques à l’honneur(7) pour impo­ser des plans élas­tiques de coer­ci­tion, inco­hé­rents et fluc­tuants. Avec – la honte et le ridi­cule ne tuant pas, des dis­cours d’autosatisfaction, de récom­pense par les plus hautes dis­tinc­tions et de pro­mo­tion(8) qui tentent de déres­pon­sa­bi­li­ser la classe poli­tique et de décul­pa­bi­li­ser la classe tech­no­cra­tique. Tout ce monde ins­ti­tu­tion­nel natio­nal et euro­péen, s’est d’ailleurs auto-pro­té­gé par des clauses de non res­pon­sa­bi­li­té sur les consé­quences sani­taires de ces « sub­stances thé­ra­peu­tiques expé­ri­men­tales » (STE), dont on injecte les cobayes dociles.

Une géné­ra­tion sera mar­quée à vie par ce feuille­ton orwel­lien(9) dont le scé­na­rio s’écrit à Bruxelles, qui décide de tout en France. Des actions en jus­tice de la socié­té civile se mul­ti­plient en France et ailleurs dans le monde ; elles doivent se pour­suivre jusqu’à leur terme. De même que les pou­voirs publics doivent enfin faire preuve de ratio­na­li­té et d’efficacité, sans idéo­lo­gie (public vs pri­vé, dis­cri­mi­na­tion com­mu­nau­taire, gra­tui­té indue aux étran­gers, laxisme envers l’immense fraude sociale), en don­nant la prio­ri­té des soins aux Français. Nous le devons à la mémoire et en sou­tien de toutes les vic­times pas­sées et à venir de ce scan­dale poli­ti­co-sani­taire. Parmi elles, les « sacri­fiés du Covid », pro­ba­ble­ment bien plus nom­breux que les morts du virus grip­pal, ne méritent pas d’être consi­dé­rés comme de simples « vic­times collatérales ».

Jean-Michel Lavoizard

(1) https://www.lejsl.com/edition-macon/2020/04/25/covid-les-malades-du-cancer-ne-doivent-pas-etre-sacrifies
(2) https://twitter.com/audreyandcolci/status/1254692063624527872
(3) Lire dans Nice Provence Info : Analyse de l’accord-cadre de la Commission euro­péenne pour l’achat de vac­cins Pfizer du 9 sep­tembre 2021 et Étude com­pa­ra­tive des contrats d’achat de vac­cins par la Commission euro­péenne du 15 octobre 2021
(4) Au bal mas­qué de l’absurde, les fous sont rois et leurs bouf­fons sinistres – Boulevard Voltaire (bvoltaire.fr)
(5) Covid-19 – stade 3 : nom de code d’une guerre idéale pour un gou­ver­ne­ment mon­dial ? – Boulevard Voltaire (bvoltaire.fr)
(6) Discours de nos poli­tiques : « La véri­té si je mens ! » – Boulevard Voltaire (bvoltaire.fr)
(7) Castex et l’appel déses­pé­ré à l’honneur pour impo­ser les ordres sani­taires – Boulevard Voltaire (bvoltaire.fr)
(8) Faux hon­neurs et vraies vani­tés sont légion, en Macronie – Boulevard Voltaire (bvoltaire.fr)
(9) « C’est la guerre »… Quels sou­ve­nirs, pour les enfants du Covid ? – Boulevard Voltaire (bvoltaire.fr)


Aris - Jean-Michel LavoizardJean-Michel Lavoizard est le diri­geant-fon­da­teur de la socié­té ARIS – Advanced Research & Intelligence Services.

2 Commentaires 

  1. Je par­tage la brillante ana­lyse de J.M. LAVOIZARD à 100 % ain­si que le com­men­taire étof­fé et réa­liste de M. NONNET ! Mon beau-frère et un ami souf­frant du can­cer de la pros­tate et ayant été vac­ci­nés du « covid » (3 doses !) sont décé­dés en mai et juin ! Je me pose la ques­tion de savoir s’ils auraient sur­vé­cu si, comme moi, ils n’a­vaient pas été injec­tés de ces « STE » ! Depuis plus de deux ans, je me pro­tège avec la vita­mine D3, zinc, magne­sium, vita­mine C et ces fameuses huiles essen­tielles (Ravintsara et Tea-tree) anti­vi­rales. On a plus à craindre des vac­ci­nés que des non vac­ci­nés ! Espérons que ces actions en jus­tice de la socié­té civile qui se mul­ti­plient en France et dans le monde (je pense à Reiner Füllmich et son équipe d’a­vo­cats) puissent se pour­suivre jus­qu’à leur terme !! Après la lec­ture de cet excellent article très docu­men­té (sources) , on se sent moins seul .…

    Répondre
  2. Quelque remarques :

    - des sacri­fiés en grand nombre : oui
    – pas de « pan­dé­mie », tout juste une épi­dé­mie, d’au­tant plus que bon nombre de décès ont été décla­rés « morts du covid » alors que ces morts sont morts, soit avec, mais non « du » covid.
    Bon nombre de patients éga­le­ment sont morts d’autres patho­lo­gies, mais décla­rés « morts du covid », vu les sommes que ça rap­por­tait aux tou­bibs ou aux hôpi­taux de faire ces décla­ra­tions men­son­gères (cor­rup­tion au pas­sage!).
    – « Vaccins non abou­tis » ou « expé­ri­men­taux » : pas du tout : il ne s’a­git pas de vac­cins, mais d’in­jec­tions de pro­duits toxiques comme le gra­phène, le timé­ro­sal, la pro­téine spike, etc.
    Le virus autant que les sub­stances injec­tées sont bre­ve­tés.
    Il faut se ren­sei­gner sur ce que sont toutes ces sub­stances toxiques auprès des sachants, ou de leurs tra­vaux : Tall Schaller, Pr Fourtillan, (enfer­mé et inter­né à plu­sieurs reprises), Andréas Noak, (assas­si­né), etc.
    – Il ne s’a­git pas de n’im­porte quelle classe poli­tique diri­geante à laquelle nous avons à faire, mais à une caste qui obéit en tant qu’i­diots utiles au Nouvel Ordre Mondial.
    En se met­tant à leur place, dans ce contexte d’o­béis­sance à cet ordre mon­dial, on com­prend tout quant à la mani­pu­la­tion mon­diale à laquelle nous assis­tons.
    – Il s’a­git d’un virus fabri­qué, d’une épi­dé­mie qui se vou­lait pan­dé­mie pré­pa­rée de longue date, avec inter­dic­tion de soi­gner (2 doli­pranes et retour­nez chez vous »), d’une inter­dic­tion aux méde­cins de pres­crire les médocs qui soignent : pro­to­cole Raoult pris à temps, Ivermectine qui gué­rit à 100%, inter­dic­tion de l’Artémisia en France pen­dant plu­sieurs mois, menace encore actuelle d’in­ter­dire les huiles essen­tielles, menace sur la vita­mine D, etc.

    Il s’a­git donc d’actes cri­mi­nels déli­bé­rés et non de mal­adresses quel­conques.
    Ils uti­lisent toute une pano­plie de men­songes et de tech­niques de désta­bi­li­sa­tion de l’o­pi­nion, relayés par les mer­dias cor­rom­pus au lan­gage unique (sauf 2 ou 3). 

    Quel but ? Ramener la popu­la­tion mon­diale à un petit nombre d’ha­bi­tants néces­saires et utiles, plus de genre, (mas­cu­lin, fémi­nin), plus de nations, une seule gou­ver­nance, une seule reli­gion maî­tri­sée et « opium du peuple », etc. bref, plus de civi­li­sa­tion.
    Voire les « Guidestones » en Géorgie (US).

    On retrouve donc for­cé­ment les mêmes idiots utiles pour lut­ter contre la Russie, qui reste un der­nier rem­part de civi­li­sa­tion.
    On retrouve aus­si ces idiots utiles pour ce qui est du réchauf­fe­ment cli­ma­tique « anthro­pique », occa­sion pour eux de mieux asser­vir la popu­la­tion en lui fai­sant croire qu’elle est res­pon­sable de la hausse de tem­pé­ra­ture alors que toutes les études alter­na­tives à ce men­songe sont occultées.

    La cen­sure est preuve d’une véri­té que l’on veut cacher, c’est ce que l’on peut consta­ter pour ces 3 cha­pitres : Covid, Russie, réchauf­fe­ment cli­ma­tique anthropique.

    En conclu­sion :
    Dans cet article, oui pour cer­tains points, mais les choses sont plus graves qu’une simple caste diri­geante qui ne sau­rait pas où elle va.
    Les sacri­fiés du Covid ne sont en fait que les pre­miers morts vou­lus par le « Nouvel Ordre Mondial », les inutiles comme dirait Attali, ou encore Laurent Alexandre et bien d’autres mondialistes.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

cin­quante deux − qua­rante six =