Ma semaine d’observation de l’info (24 juillet 2022)

par | 24 juillet 2022 | 2 Commentaires 

Dimanche 17 juillet 2022

L’OTAN annonce que la bombe nucléaire amé­ri­caine de nou­velle géné­ra­tion B61-12 rem­pla­ce­ra l’an­cienne B61, déjà déployée en Italie à Aviano (Région Frioul-Vénétie-Julie) et Ghedi (Brescia) et dans d’autres bases euro­péennes. C’est une arme très « per­for­mante » selon les Américains. Elle a une tête nucléaire avec quatre options de puis­sance, sélec­tion­nables en fonc­tion de l’objectif à détruire. Elle n’est pas lar­guée à la ver­ti­cale, mais à dis­tance de l’objectif sur lequel elle se dirige gui­dée par un sys­tème satel­lite. Elle peut péné­trer dans le sous-sol, explo­sant en pro­fon­deur pour détruire les bun­kers des centres de com­man­de­ment dans une pre­mière frappe (first strike) nucléaire. Les B61-12, clas­sées comme « armes nucléaires non-stra­té­giques », seront déployées en Europe : Italie, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Grande-Bretagne et pro­ba­ble­ment d’autres pays, à dis­tance telle qu’elles puissent tou­cher la Russie.
Les Américains comptent éga­le­ment ins­tal­ler en Europe des nou­veaux mis­siles à por­tée inter­mé­diaire avec base à terre, dans les bases de Deveselu en Roumanie et de Redzikowo en Pologne, et lar­gables depuis cinq navires de guerre qui croisent en Méditerranée, Mer Noire et Mer Baltique au bord de la Russie. Ceux-ci peuvent aus­si être armés de têtes nucléaires.
Le petit jeu mor­bide de Biden, qui compte bien por­ter la guerre contre la Russie en Europe se pré­cise. L’Europe se trouve ain­si trans­for­mée par les USA en pre­mière ligne de confron­ta­tion nucléaire avec la Russie, plus dan­ge­reuse encore que celle de la Guerre froide.Missile nucléaire américain

Lundi 18 juillet 2022

Nous l’a­vons plu­sieurs fois évo­quée ici, mais pas vrai­ment dans le même sens.
La repré­sen­ta­tion de la diver­si­té à la télé­vi­sion se serait dégra­dée en 2021, mar­quée notam­ment par un recul de la pro­por­tion de per­sonnes per­çues comme « non blanches », peu visibles dans les pro­grammes et chaînes d’information, selon un rap­port de l’Arcom qui sera publié demain (Autorité de régu­la­tion de la com­mu­ni­ca­tion audio­vi­suelle et numé­rique, arcom.fr)
L’Arcom s’est pen­chée sur les pro­grammes de 19 chaînes (TNT gra­tuite et Canal+) pen­dant deux semaines, en jan­vier et en novembre 2021. Avec une nou­veau­té : la prise en compte de toutes les chaînes d’information en conti­nu, LCI et France Info rejoi­gnant BFMTV et CNews dans le péri­mètre d’études.
Résultat, les per­sonnes vues comme « non blanches » ne repré­sentent « que 14 % » des dizaines de mil­liers d’individus appa­rus dans les pro­grammes vision­nés, un chiffre en baisse de deux points par rap­port à 2020 (16 %) et iden­tique aux années 2014 et 2015, déplore le régu­la­teur dans son rap­port remis au Parlement.
Qu’en est-il par rap­port à la popu­la­tion glo­bale ?
La seule enquête publiée sur le sujet est un son­dage réa­li­sé par la Sofres pour le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN, le-cran.fr). Résultat, 3,2 % de la popu­la­tion se décla­rait « noire », autant « qu’arabo-berbère », 1,4 % s’estimait « métisse », 0,5 % « asia­tique », 0,2 % « indo-pakis­ta­naise » et 1 % « autre ». Au total, notre pays comp­tait donc 90 % de « blancs » et 10 % de « non-blancs ».
Dans une autre enquête, menée par le « Défenseur des droits veille au res­pect des droits et liber­tés » (defenseurdesdroits.fr) en 2016, à la ques­tion « Comment pen­sez-vous que les autres vous voient ? », 4 % de la popu­la­tion avait répon­du « noirs » et 3,7 % « Arabes ou Maghrébins », 2,7 % « métis », 0,8 % « Asiatiques », soit 11,2%.
La déci­sion de l’Arcom d’im­po­ser un quo­ta supé­rieur à 14 % relève donc de la plus pure pro­pa­gande. Il suf­fit de regar­der une séquence de publi­ci­té à la télé­vi­sion pour voir que la pro­por­tion de per­sonnes noirs-blancs, est pro­ba­ble­ment bien supé­rieure à ce quota.Gap - Publicité métissage voile islamique

Mardi 19 juillet 2022

La nou­velle cible des enra­gés LFI et de leurs par­te­naires, c’est Mme Caroline Cayeux. Vous ne la connais­siez pas ? Moi non plus, jus­qu’à ce qu’é­clate « l’af­faire ». Car cette dame est la « Ministre délé­guée auprès du Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et éga­le­ment auprès du Ministre de la Transition éco­lo­gique et de la Cohésion des ter­ri­toires, char­gée des Collectivités ter­ri­to­riales ». Ouf !
Son crime ? Elle vient d’un par­ti dit « de droite », et a osé, il y a quelques années décla­rer des obs­cé­ni­tés impar­don­nables, lors de l’é­pi­sode du « mariage pour tous ».
Mme Cayeux pense en effet — du moins à l’é­poque — comme des mil­lions de Français, que « … on ne choi­sit pas son sexe et il n’y en a que deux. On naît fille ou gar­çon. Le sexe est consta­té à la nais­sance et ins­crit à l’é­tat civil et cha­cun construit une iden­ti­té jamais figée et qui évo­lue dans le temps, ce qui est trop sou­vent oublié. On peut chan­ger l’ap­pa­rence de son corps mais jamais son ins­crip­tion chro­mo­so­miale. »(*)
Accusée plus de dix ans après les faits, la ministre s’est excu­sée mal­adroi­te­ment en expli­quant qu’elle n’a­vait rien contre la com­mu­nau­té LGBT+++, et qu’elle avait même des amis par­mi « ces gens-là ». Ce qui a per­mis aux troupes de Mélenchon de déclen­cher la bron­ca que l’on sait. Aussitôt les Fouquier-Tinville de l’Assemblée se sont mis à récla­mer sa tête, à tout le moins sa révo­ca­tion, au pire sa démis­sion. On n’a pas tous les jours la pos­si­bi­li­té d’exé­cu­ter une Marie Antoinette.
Quand pour­ra t‑on en France décla­rer sans peur qu’un homme est dif­fé­rent bio­lo­gi­que­ment d’une femme, que tous les « trans » de la terre n’au­ront jamais les chro­mo­somes du sexe dont ils rêvaient, et qu’il faut qu’il y ait des hommes et des femmes qui s’unissent pour faire des enfants qui ont donc un père et sont nés du ventre de leur mère. N’en déplaise à cette infime mino­ri­té, qui dicte sa loi à une immense majo­ri­té.
Une fois encore, qui sera en mesure de leur clouer le bec ?
(*) Texte extrait d’un mani­feste publié dans la presse de plu­sieurs pays d’Europe par un col­lec­tif fran­co-belge de pro­fes­sion­nels de l’en­fance (méde­cins, psy­cho­logues, ensei­gnants, universitaires).Caroline Cayeux

Mercredi 20 juillet 2022

Vise t‑elle direc­te­ment Christian Estrosi et une de ses marottes pré­fé­rées ? La CNIL vient de rendre un avis régle­men­tant les camé­ras en centre ville.
Les camé­ras dites « aug­men­tées » sont des dis­po­si­tifs d’en­re­gis­tre­ment asso­ciés à des logi­ciels d’in­tel­li­gence arti­fi­cielle et qui per­mettent l’a­na­lyse auto­ma­tique des com­por­te­ments des indi­vi­dus, sans for­cé­ment iden­ti­fier les pas­sants. Elles per­mettent (selon leurs pro­mo­teurs) de repé­rer des infrac­tions, des com­por­te­ments « sus­pects » (attrou­pe­ments, mou­ve­ments rapides ou pré­sence anor­ma­le­ment longue d’une per­sonne) ou des bagages abandonnés.

CHUC - Centre Hypervision Urbain

CHUC, Centre d’Hypervision Urbain, à Nice, 3900 camé­ras en ville, à recon­nais­sance faciale, pour 120 agents télé­spec­ta­teurs et 20 mil­lions d’euros

Mais pour la CNIL, elles peuvent mener à une socié­té de sur­veillance géné­ra­li­sée, ou même « modi­fier, en réac­tion, les com­por­te­ments des per­sonnes cir­cu­lant dans la rue ou se ren­dant dans des maga­sins ».C’est pour­quoi elle tient à leur inter­dic­tion. Seules des camé­ras dont l’u­ti­li­sa­tion serait limi­tée à pro­duire des sta­tis­tiques ano­nymes peuvent être mises en place sans néces­si­ter d’encadrement.Liberté Égalité Fraternité - Surveillance

Christian Estrosi a un pro­blème avec les liber­tés des Niçois puis­qu’il s’est fait reto­quer par le Tribunal Administratif pour son arrê­té por­tant obli­ga­tion du port du masque dit sani­taire dans les trans­ports en com­mun. « Une atteinte grave et mani­fes­te­ment illé­gale » selon le Tribunal Administratif (lire Ma semaine de l’in­fo du 9 juillet 2022).

Jeudi 21 juillet 2022

Le foot en France est deve­nu de plus en plus « exo­tique », je n’in­sis­te­rai pas plus… Dans ce constat, l’Olympique de Marseille met le cap sur le conti­nent afri­cain. Le club de foot­ball est sous la coupe de l’é­qui­pe­men­tier Puma, une de ces mul­ti­na­tio­nales mul­ti­cul­tu­ra­listes. Ensemble, ils viennent de dévoi­ler leur nou­velle col­lec­tion de maillots… aux cou­leurs de plu­sieurs États afri­cains. Le Mali, le Sénégal et le Cameroun sont ain­si mis à l’honneur. Le pro­jet appe­lé « OM Africa » vise à fédé­rer autour de l’image de l’équipe pho­céenne. Rappelons que le vert, le jaune et le rouge sont les cou­leurs du mou­ve­ment pan­afri­cain. Il est donc nor­mal de le retrou­ver sur le maillot d’une des plus grandes équipes fran­çaises.
Simple remarque, la coupe d’Europe fémi­nine se déroule en ce moment en Angleterre. Après une vic­toire 8–0 sur la Norvège lun­di, l’équipe fémi­nine de foot­ball d’Angleterre a été cri­ti­quée par un dif­fu­seur de la BBC pour son manque de diver­si­té.
Parlant de l’équipe plus tôt cette semaine, Eilidh Barbour de la BBC a décla­ré : « Tous les onze joueurs de départ et les cinq rem­pla­çants qui sont entrés sur le ter­rain étaient blancs, ce qui indique un manque de diver­si­té dans le foot­ball fémi­nin en Angleterre. » Pourtant la joueuse n° 8 arbore les cou­leurs LGBT++. Cela n’a pas suf­fi à la Police de la Pensée pour qui il faut être LGBT++ et métissé‑e.Équipe football Angleterre 2022

Vendredi 22 juillet 2022

Il ya quelques semaines, le maire éco­lo-pas­tèque de Grenoble pous­sait à la pro­vo­ca­tion en auto­ri­sant le port du bur­ki­ni dans les pis­cines muni­ci­pales. Autorisation reto­quée la semaine sui­vante par le Conseil d’État.
La pla­te­forme de ren­contres pour musul­mans Muzz, qui compte plus de 6 mil­lions de membres actifs, saute donc sur l’oc­ca­sion, et pré­cise avoir attri­bué un bud­get pour les amendes d’une enve­loppe totale de 25 000 euros dans le but de défendre les droits à la liber­té des femmes sou­hai­tant por­ter mal­gré tout le bur­ki­ni. Elle l’an­nonce dans un mes­sage sans équi­voque : « Muzz sou­tient à 100 % les droits de toutes les femmes fran­çaises dans leurs choix ves­ti­men­taires pour se bai­gner. C’est pour­quoi cet été nous vous rem­bour­se­rons toutes les amendes pour port de Burkini en France. »Muzz rembourse amendes burkini
Cette annonce en dit long sur le res­pect des lois par une par­tie de la com­mu­nau­té musul­mane. Imagine t‑on Porsche rem­bour­ser les amendes pour excès de vitesse de ses clients ?
Un petit pas de plus dans la « sou­mis­sion » ? Certains disent que ça n’a pas d’im­por­tance, que de toutes façons ce n’est qu’un « détail », que la plu­part des musul­mans ne sont pas comme cela, que cela ne concerne qu’une poi­gnée d’in­té­gristes, etc. Remarques que l’on entend depuis 1989 : à cette époque, Leila, Fatima et Samira, avaient été exclues de leur éta­blis­se­ment à Creil parce qu’elles refu­saient d’en­le­ver leur voile. Elles étaient les seules en France à l’é­poque. Puis il y eut les menus sans porc dans les can­tines, puis les menus hal­lal… et ain­si de suite. Notre pays se fait gri­gno­ter, len­te­ment mais sûre­ment. Et gageons que le bur­ki­ni n’at­ten­dra pas trop d’an­nées pour deve­nir légal par­tout. Qui pro­po­se­ra de reve­nir en arrière ? Quelle sera la pro­chaine étape ?
Aux der­nières nou­velles : le minis­tère de l’Intérieur annonce avoir sai­si la justice :

Samedi 23 juillet 2022

Et l’on reparle de la variole du singe ! L’Europe demeure en effet le conti­nent le plus tou­ché avec près des trois quarts des cas, sui­vie par les Amériques (22,9 %). L’Espagne est le pays le plus tou­ché au monde, avec 3 125 cas, devant le Royaume-Uni (2 137), l’Allemagne (2 110), les États-Unis (1965), la France (912), les Pays-Bas (656), le Canada (604), le Portugal (515), le Brésil (384) et l’Italie (374).
Rien de bien alar­mant en soi jusque là.
Sauf que… selon un rap­port de Santé Publique France publié mer­cre­di, 96 % des cas pour les­quels l’orientation sexuelle est ren­sei­gnée sont sur­ve­nus chez des hommes ayant des rela­tions sexuelles avec des hommes (HSH). Parmi les cas pour les­quels l’information est dis­po­nible, 74 % déclarent avoir eu au moins 2 par­te­naires sexuels dans les 3 semaines avant l’apparition des symp­tômes.
Ce qui devrait au moins limi­ter la pro­li­fé­ra­tion des infec­tions. « Ces gens-là » comme aurait dit Mme Cayeux, ne repré­sen­tant même pas 1 % de la popu­la­tion.
Mais l’OMS ne lâche pas l’af­faire et émet de ter­ribles craintes : « Il y a une réelle inquié­tude que les hommes ayant des rela­tions sexuelles avec des hommes puissent être stig­ma­ti­sés ou blâ­més pour la flam­bée de cas, la ren­dant beau­coup plus dif­fi­cile à tra­cer et à stop­per ».
Malades, on s’en moque… Tant qu’ils ne sont pas stig­ma­ti­sés ou blâ­més. Donc on vac­ci­ne­ra tout le monde !Singes multicolores

Bonne semaine à tous, et à dimanche pro­chain…
Patrice LEMAÎTRE

Les articles du même auteur

Patrice Lemaître

2 Commentaires 

  1. Il reste eton­nant que la com­mu­naute des gays n’a pas fait par­tie en tant que stig­ma­tises de la der­niere pan­de­mie CORONA.
    Ils viennent d’e­chap­per tout juste au juge­ment des anti-LGBT, apres le HIV et Monkeypox.
    Quels seront les pays ayant droit au pro­chain sau­pou­drage d’un virus ?

    Répondre
  2. Et à quand le rem­bour­se­ment des amendes de 135 euros pour avoir « osé » boire un café en ter­rasse sans pass nazitaire ?

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

+ qua­rante quatre = cin­quante trois