L ? G ? B ? ou T ? Outrances, choisis ta sexualité camarade

Nous écri­vions en 2019 dans un article inti­tu­lé La famille nucléaire est ato­mi­sée : « Voici le gamin idéal pour la moder­ni­té mon­dia­liste, sans racines, sans le moindre repère iden­ti­taire, sans parents après en avoir eu cinq ou six, ses oncles qui seront deve­nus des tantes, sa sœur qui sera deve­nue son cou­sin bi, et qui en bon trans, s’interrogera toute sa vie, s’il est un gar­çon, ou une fille, ou les deux tour à tour, ou tout à la fois »

Depuis, le lob­by trans­genre gagne tous les sec­teurs de la socié­té, même le monde répu­té macho des mili­taires, c’est dire(1).

L’amiral amé­ri­cain trans­genre Rachel Levine sug­gère de per­mettre aux enfants de prendre des hor­mones afin que l’en­fant décide par lui-même de quel sexe il est ! Nommé par le sénile Biden, cet her­ma­phro­dite est un grand malade à vasectomiser.

Plus près de chez nous, en Suisse, même punition.

Le lieu­te­nant-colo­nel Christian Hug est deve­nu la lieu­te­nante colo­nelle Christine, iel déclare dépité·e : « J’ai un doute sur une for­ma­tion d’une année en Russie. Le pro­blème n’est pas avec l’ar­mée, mais pour ma sécu­ri­té dans les rues de Moscou. Il s’a­git d’un pays conser­va­teur ». On com­prend bien que chez Poutine, son armée binaire manque sin­gu­liè­re­ment d’in­ter­sec­tion­na­li­té. Pas de queer chez nous !

Et chez nous, quoi de neuf ?

Il y avait bien déjà la pré­fé­rée du capi­taine des dra­gons et la chèvre du légion­naire. Pas de sou­cis, la grande muette en goguette vous attend :
« Bonjour, je suis un homme trans­genre et je vou­lais savoir com­ment cela se passe a l’ar­mée ? » Réponse de la Grande Muette :

Il n’y a aucune dis­cri­mi­na­tion au recru­te­ment au sein de l’ar­mée de Terre. Il faut que les ins­truc­tions minis­té­rielles soient res­pec­tées, donc que vous jouis­siez de vos droits civiques et puis­siez pré­sen­ter une pièce d’i­den­ti­té conforme. Il est pré­co­ni­sé cepen­dant que toute trans­for­ma­tion en cours soit fina­li­sée, afin que les uni­formes qui vous sont four­nis à l’en­ga­ge­ment soient adap­tés à votre mor­pho­lo­gie. Homme, femme, avant tout nous sommes tous des soldats.

Question : faut-il dire des soldats ou des soldat-e‑s ?

Vous l’au­rez com­pris, c’est juste une ques­tion de paque­tage, ce sera ran­gers ou escar­pins. Urinoir ou siège à lunette, de visée.

On pour­ra regret­ter que dans le reste du monde, les autres com­bat­tants manquent de diversité.
Armées du monde - Europe LGBT

Si tu peux sup­por­ter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exci­ter des sots,
Et d’entendre men­tir sur toi leurs bouches folles
Sans men­tir toi-même d’un mot ;
Tu sera un homme… une femme, mon fils.

Enfant bâillonné LGBT

Cliquer sur l’i­mage pour accé­der à l’ar­ticle sur Juristes pour l’enfance

Parents, pour vos enfants : l’armée, le métier des trans-missions

Michel Lebon

(1) Pas de trans dans la Légion ni dans les sous-marins, mais pour com­bien de temps encore ?


[NDLR] L’Éducation natio­nale par­ti­cipe acti­ve­ment à désta­bi­li­ser les enfants en leur incul­quant dès le cours pré­pa­ra­toire qu’ils pour­raient choi­sir leur sexe :

Chut-Je lis-CP-transgenre

Extrait du livre du cours pré­pa­ra­toire de l’é­cole publique « Chut, je lis »

Lire L’Éducation natio­nale enseigne la confu­sion du 1er octobre 2020.

Les articles du même auteur

Michel Lebon

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

trente cinq +  = trente neuf