De la guerre à la guerre

par | 12 février 2023 | 5 Commentaires 

Il n’est pas ques­tion ici de com­prendre pour­quoi nous nous diri­geons vers la 3° guerre mon­diale, mais com­ment.

Engrenages Première Guerre Mondiale

Cliquez sur l’i­mage pour l’agrandir

Autrement dit : com­ment un gou­ver­ne­ment légal mais illé­gi­time, et qui le sait, qui ne dis­pose même plus d’une majo­ri­té au Parlement, manœuvre en per­ma­nence pour arri­ver à ses fins, à l’en­contre et à l’in­su du Peuple.

L’un des objec­tifs des objec­tifs de notre gou­ver­ne­ment est de mener notre pays à la guerre. Certes c’est dif­fi­cile à entendre. Mais la véri­té est bien là : notre gou­ver­ne­ment est le vas­sal de Bruxelles qui est le vas­sal de Washington. Si Washington dit : « Il faut que l’Europe entre en guerre avec la Russie », Macron dit : « Il faut que la France entre en guerre avec la Russie ».

Macron fait donc son pos­sible pour que le Parlement, où il n’a pas même la majo­ri­té, vote en faveur de cette guerre pro­gram­mée. Et il y est par­ve­nu : les dépu­tés ont don­né un blanc-seing au gou­ver­ne­ment et à son Président lors de la réso­lu­tion numé­ro 39 du 30 novembre 2022.

Nombre de votants 399
Nombre de suf­frages expri­més 304
Majorité abso­lue 153
Pour l’adoption 303
Abstentions 95
Contre 1

Les faits sont là : lors de la 2ème séance publique du mer­cre­di 30 novembre 2022,

l’Assemblée nationale apporte son soutien à l’Ukraine et condamne la guerre menée par la Russie.

Motion adop­tée à 99% des suf­frages exprimés…sous la super­vi­sion et à la grande satis­fac­tion de…son Excellence Vadym Omelchenko, ambas­sa­deur d’Ukraine en France, que les dépu­tés de tous bords ont applau­di debout (stan­ding ova­tion en nov­langue) « à l’exception des dépu­tés du RN » rap­porte le compte-ren­du de séance…
Bien que le scru­tin soit secret, il est pro­bable que le seul dépu­té qui a voté contre la réso­lu­tion 39 et que la majeure par­tie des 95 autres abs­ten­tion­nistes appar­tiennent au RN.

Par voie de consé­quence Macron et son gou­ver­ne­ment ont les mains libres grâce à ce véri­table « plébiscite ».

Ce chèque en blanc a été « rédi­gé » par des dépu­tés (ne par­lons que de ceux de l’opposition, pour les autres c’est plié, le doigt sur la cou­ture) dont la naï­ve­té, l’inconséquence voire la com­plai­sance si ce n’est la dupli­ci­té, ne sont ici que plus claires.

En clair, reje­tée ou adop­tée, de toute façon aucune réso­lu­tion ne peut sanc­tion­ner ni s’opposer à l’action gou­ver­ne­men­tale, et même si elle était votée, elle ne pour­rait être que favo­rable à la poli­tique du régime en place. Le texte est non modifiable.

Alors que l’on voit tous les jours nos par­le­men­taires en découdre bec et ongles sur l’âge du départ à la retraite, face aux médias mobi­li­sés pour la cir­cons­tance, ils votent en cati­mi­ni, loin des médias et à une écra­sante majo­ri­té, une motion qui auto­rise doré­na­vant notre gou­ver­ne­ment à entrer en guerre contre la Russie.

Nos dépu­tés ont approu­vé l’en­trée en guerre de la France contre la Russie. Ils ont fait un grand pas vers la IIIème Guerre Mondiale. N’est-ce pas le sou­hait de Washington ? cette fois encore.

Pierre Pignon

Rappel du Dispositif de la Résolution n° 39 :

Ci-des­sous, les 36 points approu­vés dans cette Résolution.
(1) – Soutien total à l’Ukraine et recon­nais­sance de ses fron­tières défi­nies au Mémorandum de Budapest de 1994 incluant la Crimée et Sébastopol.
(2) – Condamnation du crime d’agression et de l’attaque contre l’Ukraine par la Russie.
(3) – Condamnation des crimes de guerre russes, voire contre l’humanité.
(4) – Condamnation des frappes mas­sives et indis­cri­mi­nées russes visant les civils.
(5−6) – Dénonciation des actes de tor­ture, viols, enlè­ve­ments d’enfants, exé­cu­tions et autres crimes russes, de la stra­té­gie de ter­reur russe.
(7) – Condamnation des simu­lacres de réfé­ren­dum ayant conduit à l’annexion illé­gale de ter­ri­toires ukrai­niens dans les oblasts du Donetsk, Louhansk, Zaporijja, de la République de Crimée et Sébastopol.
(8−9) – Condamnation de l’appropriation de la cen­trale nucléaire de Zaporijja et demande d’instauration d’une zone de pro­tec­tion autour de cette cen­trale.
(10) – Restauration de l’intégralité du ter­ri­toire ukrai­nien, y com­pris la Crimée et Sébastopol.
(11−12−13) – Demande à l’Union euro­péenne de favo­ri­ser la fin du conflit dans l’intérêt de l’Ukraine, d’assurer à l’Ukraine son sou­tien huma­ni­taire, finan­cier et mili­taire pen­dant toute la durée du conflit, de mettre en place des cor­ri­dors de soli­da­ri­té pour l’exportation des den­rées ali­men­taires ukrai­niennes (com­prendre : faci­li­ter l’exportation des céréales depuis le com­plexe por­tuaire d’Odessa en Mer noire).
(14) – Soutien au pro­jet de nou­velles aides finan­cières de l’UE pour le fonc­tion­ne­ment de l’état ukrai­nien (paye des sol­dats, fonc­tion­naires, etc..).
(15) – Appel au gou­ver­ne­ment et à l’UE à ren­for­cer l’aide huma­ni­taire à l’Ukraine.
(16) – Approbation de la déci­sion de l’UE d’aider l’Ukraine à rai­son de 1,5 mil­liard euros/​mois en 2023, soit 18 mil­liards euros/​an.
(17) – Demande à la France de ren­for­cer l’accueil des réfu­giés ukrai­niens.
(18) – Approbation de la déci­sion du gou­ver­ne­ment d’octroyer des visas aux déser­teurs russes.
(19) – Approbation de la mise en place par la France d’un fonds de 100 mil­lions euros pour per­mettre à l’Ukraine d’acheter du maté­riel mili­taire, fonds à aug­men­ter chaque fois que de besoin.
(20) Demande au gou­ver­ne­ment de pour­suivre et ren­for­cer, en lien avec l’UE, les livrai­sons d’armes à l’Ukraine, et aug­men­ter les cré­dits armes de la Facilité Européenne pour la Paix-FEP chaque fois que néces­saire.
(21) Rappel de l’absolue néces­si­té de ne pas lais­ser impu­nies les épou­van­tables exac­tions russes.
(22) Demande à l’UE de sou­te­nir la Cour Pénale inter­na­tio­nale-CPI dans ses enquêtes sur tout crime de guerre ou contre l’humanité russe en vue d’en juger les auteurs après la guerre.
(23) Approbation de la déci­sion du gou­ver­ne­ment d’envoyer des enquê­teurs de la gen­dar­me­rie à Izioum.
(24) Rappel de la néces­si­té de com­battre la dés­in­for­ma­tion, arme majeure de la Russie dans ce conflit.
(25) Demande à l’UE et à la « com­mu­nau­té inter­na­tio­nale » (com­prendre les USA et l’OTAN) de pour­suivre et inten­si­fier les sanc­tions contre la Russie et Poutine.
(26) – Approbation de la volon­té de l’UE de s’émanciper des éner­gies fos­siles russes.
(27) – Approbation de l’embargo de l’UE sur les impor­ta­tions de pétrole russe, et la réduc­tion dras­tique de celles du gaz russe.
(28) – Condamnation du veto de la Russie pour empê­cher une réso­lu­tion du Conseil de sécu­ri­té de l’ONU dénon­çant l’annexion des régions de Donetsk, Zaporijjia, Louhansk et Kherson.
(29) – Condamnation du déploie­ment de troupes de la BIELORUSSIE aux côtés de la Russie, et de la livrai­son de mis­siles et drones par l’IRAN à la Russie.
(30) – Approbation des sanc­tions prises, de leur inten­si­fi­ca­tion et de leur pour­suite contre le pré­sident bié­lo­russe Alexandre Loukachenko et du régime de l’IRAN.
(31) – Condamnation du trai­te­ment infli­gé par les régimes russes et bié­lo­russes aux oppo­sants et pri­son­niers poli­tiques.
(32) Appel au déploie­ment par l’UE d’un plan consé­quent pour la recons­truc­tion de l’Ukraine.
(33) – Approbation de l’octroi à l’Ukraine du sta­tut d’État can­di­dat à l’adhésion à l’UE.
(34) – Appel à l’UE à pour­suivre une poli­tique de défense et de sécu­ri­té euro­péenne de façon com­plé­men­taire et en coopé­ra­tion avec l’OTAN.
(35) Rappel du rôle impor­tant que joue l’OTAN dans la pro­tec­tion du conti­nent euro­péen et satis­fac­tion concer­nant les adhé­sions de la Suède et de la Finlande à l’OTAN.
(36) – Demande à la France de conti­nuer de prendre une part active dans le ren­for­ce­ment de l’autonomie stra­té­gique de l’Europe et de la défense euro­péenne.
[source]

Enregistrement vidéo de la séance du Parlement du 30 novembre 2022 qui donne blanc-seing au gou­ver­ne­ment pour mener une guerre contre la Russie (durée 2 heures 41 minutes) :

Les articles du même auteur

Pierre Pignon

5 Commentaires 

  1. Après l’é­chec de Barkhane, l’ar­mée fran­çaise « au ser­vice du gou­ver­ne­ment » et non de la nation (cita­tion du géné­ral en chef des corps d’Armée de Terre en 2013) orga­nise l’o­pé­ra­tion « Orion 23 » qui pré­pare l’ar­mée à un « conflit de haute inten­si­té » autre­ment dit une guerre ouverte avec la mise en œuvre de tout ce qui peut se battre…
    Cet Orion 23 a été ini­tié en 2021, donc avant le conflit rus­­so-ukrai­­nien. La volon­té du gou­ver­ne­ment fran­çais et de l’Europe occi­den­tale est bien de faire la guerre, alors que dans ma jeu­nesse, au lycée, on nous disait qu’on pré­pa­rait l’Europe « pour faire une Paix Universelle ». Bravo les gou­ver­ne­ments récents et actuels ! ils ont bien retour­né leur veste en trom­pant les Peuples.
    Le scé­na­rio est simple : on fait un coup d’État dans un pays limi­trophe de la Russie, à la mode des si nom­breux coups d’État type CIA depuis les années 50 (l’Histoire en regorge); on met en place une marion­nette sub­ven­tion­née par les USA et l’Europe, on négo­cie des « accords de Paix » (accords de Minsk) — style pacte de non-agres­­sion ger­­ma­­no-sovié­­tique de 38−39−40 — bien sûr non res­pec­tés (bom­bar­de­ment du Donbass depuis 2014), puis le Peuple soli­daire des bom­bar­dés répond à ce non-res­­pect et à la mon­tée en puis­sance des pro­vo­ca­tions occi­den­tales, ce qui motive les gou­ver­ne­ments occi­den­taux à fus­ti­ger la Russie, après avoir mis en place un fan­toche comme maître des USA, et à sou­te­nir mili­tai­re­ment l’Ukraine de l’ouest, alors qu’ils ne sont pas euro­péens.
    Le but des USA et Europe : avoir le blé ukrai­nien à moindre prix, aux dépens de la Russie, compte-tenu de l’a­gri­cul­ture euro­péenne en déclin, sur­tout avec la hausse des prix des matières pre­mières éner­gé­tiques.
    L’Europe espère t‑elle enva­hir la Russie comme Napoléon et Hitler, une nou­velle fois ? Pour ce but bas­se­ment éco­no­mique, pour enri­chir quelques-uns et tuer les inno­cents ?
    Ce qui nous pend au nez :
    • Soit une pro­vo­ca­tion nucléaire. Qui tire­ra le pre­mier ? (Zelenski a déjà envoyé des mis­siles sur l’Europe de l’Ouest par pro­vo­ca­tion pro­pa­gan­diste pué­rile) Qui enver­ra le monde dans un sinistre chaos ? C’est le fan­tasme des va-t-en guerre amé­ri­cains depuis 1945.
    • Soit un nou­veau Vietnam qui détrui­ra l’Ukraine et une par­tie de la Biélo-Russie en plu­sieurs années ou décen­nies. On a l’ha­bi­tude avec les USA, suite à leurs échecs à Cuba, en Indochine (c’est eux qui ont pous­sé notre bataille à Dien-Bien-Phu), la Corée a été une demi-vic­­toire (à la Pyrrhus), échec en Éthiopie, en Afghanistan, en Irak, au Vietnam…
    Malgré tous ces exemples, les bel­li­cistes amé­ri­cains pour­suivent leur fan­tasme d’impérialisme.
    Il eût été pour­tant bien plus intel­li­gent de conti­nuer la Paix et le mar­ché éco­no­mique mon­dial en modi­fiant un peu les règles pour ne pas n’en tirer que du pro­fit à l’extrême.
    Bonjour 2023 à la mode orwellienne.

    Répondre
  2. Oui, des noms ! des noms ! Et invi­­tons-les à s’en­ga­ger dès main­te­nant dans les troupes ukrai­niennes qui manquent de viande à ham­bur­ger ! Trop facile de voter : « Armons nous et par­tez ! « , et de res­ter planqué !

    Répondre
  3. Il faut en finir avec les décla­ra­tions de guerre erro­nées ; 39–45 c’est bien l’Angleterre puis la France qui ont décla­ré la guerre à Hitler. De même aujourd’­hui ce sont les États-Unis et leurs alliés euro­ga­gas qui ont décla­ré la guerre à la Grande Russie en 2014 !!

    Répondre
  4. Ce serait ins­truc­tif d’a­voir la liste des votants si possible.

    Répondre
    • Tout à fait !
      Coluche disait « J’ai les noms ! »
      Il nous manque.
      Mais foin des regrets, don­nez nous les noms et qu’on les affiche dans toutes les mairies !

      Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *