Les illusions perdues d’un Occident fou d’orgueil

par | 21 novembre 2023 | 1 com­men­taire

Ainsi que nous l’avons plu­sieurs fois expri­mé, la contre-offen­sive ukrai­nienne est un échec cui­sant que plus per­sonne ne conteste aujourd’hui. C’est tel­le­ment vrai que le Wall Street Journal, le média le plus lu des Américains, qui fut un des apôtres de la vic­toire ukrai­nienne, vient de chan­ger radi­ca­le­ment de dis­cours. Le 16 novembre, der­nier, le quo­ti­dien s’est fen­du d’un article inat­ten­du inti­tu­lé : « It’s time to end magi­cal thin­king about Russia defeat » (Il est temps de mettre fin aux pen­sées magiques sur la défaite de la Russie). Son pro­pos, tiré d’une étude du Carnegie Endowment for International Peace, fus­tige l’attitude des diri­geants occi­den­taux qui, trop sou­vent, se sont arc-bou­tés sur des « pen­sées magiques ».

Enfin, les masques tombent. Tous les « Gamelin de pla­teaux », comme se plaît à les appe­ler Xavier Moreau (direc­teur de Stratpol), qui péro­raient sur l’efficacité des sanc­tions – Bruno Lemaire n’avait-il pas annon­cé la mise à genou de l’économie russe ? –, sur la réus­site de la contre-attaque ukrai­nienne ou sur le trans­fert de nou­veaux types d’armes capable de don­ner la vic­toire à Kiev, font désor­mais triste mine.

Bruno-Lemaire-Effondrement-economie-russe

« Mozart de la finance » sur France Info le 1er mars 2022

Les auteurs du groupe de réflexion notent que, contrai­re­ment aux spé­cu­la­tions hasar­deuses des res­pon­sables occi­den­taux, Moscou a conser­vé le sou­tien popu­laire à sa stra­té­gie tout en fai­sant échouer les mesures de rétor­sion des Occidentaux visant à para­ly­ser son éco­no­mie. Certes, celle-ci a été quelque peu secouée, mais elle n’est pas « à genou » pré­cise l’article du Wall Street Journal. Les der­nières pré­vi­sions de crois­sance du FMI (Fonds Monétaire International) pour 2024 annoncent même un joli 2,1 % pour la Russie alors que la Zone Euro pei­ne­rait à atteindre 1,6 %. « Les tech­no­crates res­pon­sables de la ges­tion de l’économie russe se sont révé­lés rési­lients, adap­tables et ingé­nieux » recon­naissent les auteurs de l’analyse qui sou­lignent que, paral­lè­le­ment, Vladimir Poutine peut se van­ter d’un bon bilan en matière de poli­tique étran­gère : le maître du Kremlin « est tou­jours sou­te­nu dans diverses régions de ce qu’on appelle le “Sud glo­bal” », écrivent-ils. Bref, l’adage qui dit qu’il ne faut jamais vendre la peu de l’ours avant de l’avoir tué, prend ici toute sa per­ti­nence… Surtout si l’ours est russe.

Ainsi, depuis quelque temps, voit-on les dra­peaux ukrai­niens dis­pa­raître subrep­ti­ce­ment des fron­tons des mai­ries(1) comme des pro­fils des va-t-en-guerre sur X (ex-Twitter). Les mata­mores s’efforcent aujourd’hui, dans de dou­lou­reuses contor­sions, de trou­ver des sor­ties hono­rables à leurs dis­cours hâbleurs depuis long­temps dépas­sés. Zelenski lui-même a mis un frein à ses reven­di­ca­tions, sen­tant bien que le sou­tien occi­den­tal se dérobe, voire se débine. Les pro­phètes annon­çant, dès février 2022, la défaite de la Russie, tous les poli­ti­ciens mytho­manes, les médias à la solde, les tech­no­crates bruxel­lois aux ordres de la papesse von der Leyen, les géné­raux ota­niens imbus de leurs étoiles, tout ce joli monde se tait désor­mais. Il sait que la par­tie est per­due, que les ter­ri­toires annexés, la Crimée com­prise, ne retour­ne­ront pas sous le contrôle de Kiev qui tente déses­pé­ré­ment de sau­ver le « chau­dron » de Bakhmout – dont le sort est pour­tant scel­lé – en sacri­fiant des mil­liers d’hommes.

Cette brillante vic­toire de l’Occident ver­tueux face à la dia­bo­lique Russie, annon­cée haut et fort et res­sas­sée depuis bien­tôt deux ans, se ter­mine en décon­fi­ture hon­teuse. Une vic­toire illu­soire « sur laquelle plus per­sonne de sen­sé ne parie, mal­gré les cen­taines de mil­liers de morts ukrai­niens envoyés mou­rir pour les illu­sions per­dues d’Occidentaux deve­nus fous d’orgueil », déplore avec tris­tesse Francesca de Villasmundo à qui nous lais­se­rons la conclu­sion tant celle-ci résume bien la situation.

Charles ANDRÉ

« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réfléchir. »


[NDLR] Notre illus­tra­tion à la une : Retraite de Russie (1812)

Les articles du même auteur

Charles André

1 commentaire

  1. C’est une bonne rai­son pour la France de se res­sai­sir en quit­tant l’OTAN et l’UE !!!

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *