L’hommage à Thomas est interdit in extremis par le préfet des Alpes Maritimes

1 décembre 2023 | 3 Commentaires 

Nice, 1er octobre 2023, 18h30

Le pré­fet des Alpes Maritimes inter­dit aux Niçois d’ex­pri­mer leur com­pas­sion envers la famille de Thomas, poi­gnar­dé par une racaille raciste lors d’un bal popu­laire à Crépol dans l’Isère(1).

Nous avons ren­con­tré sur place Philippe Vardon,
• Conseiller muni­ci­pal et métro­po­li­tain,
• Président du groupe d’union de la droite et des patriotes « Une autre voix pour la Métropole »
• Conseiller régio­nal
• Coordinateur régio­nal de Reconquête !

Q

La demande de mani­fes­ta­tion avait été dûment dépo­sée. Lire dans nos colonnes Les hom­mages à Thomas se mul­ti­plient en France.

3 Commentaires 

  1. Tu as rai­son Philippe, mais dans un pays où l’a­jus­tice juge « artis­tique » qu’un rap­peur puisse chan­ter « Pendez les enfants blancs » que l’on encense un spec­tacle où des bébés blancs sont enfi­lés à la broche, on ne peut que faus­se­ment s’é­ton­ner de ce que fait le gou­ver­ne­ment. Il pour­suit la des­truc­tion pro­gram­mée du peuple fran­çais fon­da­teur, par tous les moyens : baisse de niveau, cré­ti­nisme audio­vi­suel, pro­pa­gande, métis­sage de gré ou de force, grand-rem­­pla­­ce­­ment accé­lé­ré, insé­cu­ri­té sociale et délin­quance entre­te­nue, sobrié­té ali­men­taire, éner­gé­tique pour tous (sauf la *caste*), répres­sion finan­cière et pénale (amendes cara­bi­nées et pri­son) pour les « résis­tants » en parole à 99% mais c’est encore trop !
    Nous sommes priés de finan­cer notre propre mise en sou­mis­sion avant dis­pa­ri­tion. Ni gros, ni demi-gros, pas de détail, tout doit dis­pa­raitre. BFMTV et un sup­po avant dodo et vous serez heureux !

    Répondre
  2. En réponse à Leprince :
    Comme vous je me demande ce que devient ce pays…
    Je suis révol­tée de consta­ter les dérives de nos poli­tiques qui, avec des phrases « toutes faites » (nous condam­nons fer­me­ment, nous n’ac­cep­tons pas, etc.) répondent à chaque acte cri­mi­nel.
    Mais hélas, depuis plus de 40 ans de laxisme des uns et des autres toutes ten­dances confon­dues, voi­là où nous en sommes pour notre plus grand mal­heur.
    Le Pouvoir en place a peur de faire quoi que ce soit qui pour­rait pro­vo­quer le chaos… qui mal­heu­reu­se­ment arri­ve­ra.
    Je suis triste, hon­teuse et sur­tout en colère de voir la France sombrer.

    Répondre
  3. Nous ne pou­vons pas rendre hom­mage à une vic­time d’un crime « gra­tuit », alors que la junte poli­tique rend hom­mage à un délin­quant réci­di­viste qui résiste aux injonc­tions poli­cières. Dans quel pays vit-on ?

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *