Il reste encore un peu d’humanité aux juges de Versailles

26 août 2021 | 1 com­men­taire

Le tribunal administratif de Versailles a suspendu mardi l’arrêté préfectoral sur le pass sanitaire au motif qu’il empêchait l’accès aux biens de première nécessité.

Ainsi donc, il reste encore un peu d’hu­ma­ni­té aux juges du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Versailles qui ont sus­pen­du l’ar­rê­té qui inter­di­sait l’ac­cès des qua­torze grands maga­sins et centres com­mer­ciaux des Yvelines aux non-déten­teurs du fas­ci­nant pas­se­port numé­rique que le Pouvoir entend bien impo­ser par une vac­ci­na­tion forcée.

Le Tribunal admi­nis­tra­tif a esti­mé qu’on ne pou­vait pas affa­mer les citoyens puisque ce pas­se­port numé­rique « empê­chait l’ac­cès aux biens de pre­mière néces­si­té ». Ah quand même. Alors que le Pouvoir déploie un chan­tage tyran­nique sur tous les fronts (lire Le retour à la bar­ba­rie du 7 août 2021), il se trouve encore ici ou là, quelques juges qui tentent de frei­ner la mon­tée de la dic­ta­ture macro­nienne. Tiendront-ils longtemps ?

Le paϟϟ numé­rique n’est pas abo­li pour autant car c’est l’ob­jec­tif essen­tiel de Macron, c’est son pro­jet ! Et notre Président peut s’ap­puyer sur d’in­nom­brables com­pli­ci­tés. Ainsi les juges du Tribunal admi­nis­tra­tif de Toulouse ont vali­dé le même type d’arrêté pré­fec­to­ral qui était atta­qué ici pas un hyper­mar­ché de la ban­lieue tou­lou­saine. Il est vrai qu’i­ci c’est une grande sur­face qui mon­tait au front et les juges ont par ailleurs rete­nu l’i­dée de « bas­sin de vie ». Donc selon que vous rési­dez ou pas dans un « bas­sin de vie », vous serez plus ou moins affamé.

Ne tirons pas sur l’am­bu­lance ! La déci­sion du Tribunal de Versailles est un camou­flet cin­glant infli­gé au Pouvoir macro­nien. Fera-t-il appel au risque de voir la déci­sion confir­mée par la Cour admi­nis­tra­tive d’ap­pel et en der­nier res­sort par le Conseil d’État(1) ? Ce qui est sûr, c’est qu’une pre­mière brèche s’est ouverte. Il revient à tous les Français atta­chés à la Liberté de s’y engouffrer.

Massimo Luce

Digue rompt

(1) Ne pas confondre le Conseil d’État qui est la plus haute juri­dic­tion admi­nis­tra­tive et le Conseil consti­tu­tion­nel. Le Conseil d’État’est en quelque sorte la « Cour de cas­sa­tion » des arrêts des cours admi­nis­tra­tives d’appel.

1 commentaire

  1. Extrait de l’article :
    « Ce qui est sûr, c’est qu’une pre­mière brèche s’est ouverte »
    Merci à l’avocat Maître Tarek Koraitem.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

 + 40 = 49