La France est entrée en guerre contre la Russie

par | 1 mai 2022 | 9 Commentaires 

Dans la plus grande opacité, le Président de la République a fait entrer la France en guerre contre la Russie

Cette entrée en guerre remonte à son pré­dé­ces­seur à l’Élysée, François Hollande, qui n’a pas fait res­pec­ter par l’Ukraine les accords de Minsk de 2014. L’OTAN a lan­cé l’at­taque contre la Russie dès cette période (lire Ukraine : c’est l’OTAN qui a lan­cé l’attaque… du 2 mars 2022).

Minsk 2015

Vladimir Poutine, François Hollande, Angela Merkel et Petro Porochenko

L’Ukraine a expri­mé à maintes reprises qu’elle ne res­pec­te­rait pas ces accords et a enta­mé un pro­ces­sus de décul­tu­ra­tion du Donbass, accom­pa­gné de bom­bar­de­ments, de vio­lences bar­bares (cru­ci­fixions par exemple). L’OTAN a fer­mé les yeux sur ces actes de guerre qui ont fait plus de 15 000 morts. C’est donc qu’elle les cautionnait.

Arrivé au Pouvoir en 2017, Macron a conforté cette politique belliciste de son prédécesseur

Bien sûr ! Puisque l’o­li­gar­chie mon­dia­liste l’a pla­cé là pour ça.
Macron a donc sou­te­nu l’Ukraine et ses bataillons nazis sans aucune concer­ta­tion démo­cra­tique. Il envoie en Ukraine des mili­taires sou­te­nir le Bataillon Azov. Plusieurs sources d’in­for­ma­tion indiquent que des offi­ciers fran­çais sont blo­qués dans les sou­ter­rains de l’u­sine Azovstal à Mariopol.

Que faisaient nos militaires à Mariopol aux côtés du Bataillon Azov ?

Pour étouf­fer cet enga­ge­ment hon­teux de nos meilleurs mili­taires auprès des milices ukro­na­zies, Kiev et Paris (et Bruxelles et Washington) pré­fèrent les lais­ser mou­rir dans leur piège sépul­cral.
Par ailleurs au moins deux mili­taires fran­çais sont décla­rés morts en Ukraine alors qu’ils fuyaient en héli­co­ptère Azovstal assié­gée par les troupes russes.

La France n’a aucun accord de défense avec l’Ukraine qui n’ap­par­tient ni à l’Union Européenne, ni à l’OTAN.

Que faisaient nos militaires là-bas ? Quels intérêts la France défend elle en Ukraine ?

Voilà la ques­tion qu’il faut se poser. Nos sol­dats d’é­lite inter­viennent à Kiev ou à Mariopol, mais pour quels inté­rêts ? L’amitié fran­co-ukrai­nienne ? Ou alors l’a­mi­tié per­verse entre deux pré­si­dents fan­toches mis en place par l’o­li­gar­chie, aus­si bien à Paris qu’à Kiev ?

Macron fran­chit un pas majeur dans cet enga­ge­ment bel­li­queux occulte en envoyant en Ukraine deux uni­tés du 13° RDP :

C’est une ques­tion qui est appa­rue dans la jour­née, par l’ap­pa­ri­tion d’une nou­velle que deux sec­tions du 13e Dragons Parachutistes auraient été envoyées en Ukraine par le pré­sident Macron, il y a déjà quelques semaines et pour une mis­sion d’en­vi­ron deux à quatre mois renou­ve­lables…
Ces hommes, l’é­lite du ren­sei­gne­ment mili­taire fran­çais, rom­pus aux mis­sions d’in­fil­tra­tions, de sabo­tages, de ren­sei­gne­ments ou d’as­sas­si­nats, sont donc cer­tai­ne­ment aux côtés des Ukrainiens et mettent en dan­ger tout le peuple fran­çais.
Envoyer des armes, c’est une chose, envoyer des muni­tions, du maté­riel, du sou­tien logis­tique, c’est une chose, mais envoyer des hommes, c’est la guerre
Monsieur Macron, si le conflit devait s’en­flam­mer, devrait en por­ter la res­pon­sa­bi­li­té devant toute la Nation et devant le peuple fran­çais dans son ensemble.

Les Français qui ont mis un bul­le­tin [Macron] dans l’urne dimanche 24 avril 2022 — il y en a quelques uns en dehors de la fraude — étaient-ils conscients qu’ils cau­tion­naient la guerre avec la Russie ?

Il faut empê­cher de nuire tous ces va-t-en-guerre qui nous pré­parent à la Troisième Guerre mon­diale que nous ne vou­lons pas.

L’armée impé­riale de Napoléon, les troupes nazies de Hitler se sont anéan­ties en ten­tant de tuer l’ours russe. Macron nous embarque dans la même Bérézina.

Georges Gourdin


La Berezina : un épisode douloureux de l’Histoire de France au point que c’en est devenu une expression synonyme de désastre

Berezina

Cimetière du village de Bouzinovka, où sont enterrés des soldats et officiers allemands morts lors de la bataille de Stalingrad

Soldats allemands morts Stalingrad

Bonus :

Macron - Écoles ouvertes - Guerre nucléaire

Affichage paro­dique saty­rique Flori (La Seyne sur Mer – Var))

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

9 Commentaires 

  1. La guerre est déjà mon­diale.
    Elle sera longue et a déjà débu­té. Les US et la GB l’ont vou­lue et ont pous­sé Moscou à « l’a­gres­sion », nous n’al­lons pas reve­nir des­sus.
    Par sa par­ti­ci­pa­tion exces­sive et désor­mais le Rubicon d’en­voi d’hommes, la France est bien en guerre contre la Russie.
    Chacun s’est mis à jouer sa par­ti­tion pro­fi­tant de l’op­por­tu­ni­té. Dans les conflits modernes, la pre­mière étape est bien éco­no­mique. À ce titre les éco­no­miques sérieux ont annon­cé la faillite de la France en 2023. Les Chinois ont signé la semaine der­nière une conven­tion avec les Îles Salomon auto­ri­sant la pré­sence qua­si per­ma­nente (port) de forces de « sécu­ri­té » chi­noises. Américain pas contents, aus­tra­liens pas contents !
    Est-ce que ça ne rap­pelle rien aux anciens ? 1 attaque, 2 fronts. Sauf que les acteurs ont chan­gé.
    La fuite en avant des Américains est bien enga­gée. Ils entraînent avec eux leurs vas­saux euro­péens. La chute est inévi­table. Notamment depuis le coup d’État de Nixon en 1971 lors­qu’il a ren­du le $ incon­ver­tible en or. Les Russes l’ont com­pris, le Rouble n’a jamais été aus­si haut. Swift est boy­cot­té par nombre de pays au pro­fit de solu­tions alter­na­tives pro­po­sées par les Chinois ou les pays arabes.
    Si l’Union Européenne et la France ne veulent plus être entraî­nées dans la chute de l’empire amé­ri­cain, il faut regar­der la réa­li­té en face et se sou­ve­nir que l’Europe de l’Atlantique à l’Oural est une réa­li­té pos­sible et pai­sible.
    Séparons nous du joug anglo-amé­­ri­­cain (occi­den­tal).
    Reprenons notre sou­ve­rai­ne­té, décro­chons des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales noyau­tées et ins­tru­men­ta­li­sées.
    Reprenons notre éco­no­mie en main en reve­nant à l’é­ta­lon or (est-ce encore pos­sible ?)
    Reprendre notre liber­té passe par la souveraineté.

    Répondre
  2. Je peux com­prendre que ces der­nières élec­tions ont été tru­quées.
    Un exemple par­mi tant d’autres : le pour­cen­tage recueilli par MACRON est de 82% en moyenne chez les expa­triés dans le monde, alors que ces der­niers voient leurs droits en tant que Français à part entière dimi­nuer au fil du temps et que les consu­lats hono­raires ferment petit à petit leurs portes.

    Répondre
  3. Il suf­fit de faire res­pec­ter ce que l’on a pro­mis et écrit à la Russie, c’est-à-dire faire res­pec­ter les accords de Minsk et ne pas mettre de bases de l’OTAN en Ukraine qui doit res­ter un pays neutre comme la Suède. C’est pas com­pli­qué ça pour évi­ter la guerre, non ?
    Mais non, nous sui­vons les Américains comme des imbé­ciles, c’est vrai­ment incroyable de nous mener à une guerre aus­si évitable.

    Répondre
  4. J’aurais aimé avoir une défi­ni­tion du Nazisme avant de trai­ter un peuple de nazi.
    Pour moi le nazisme, c’est l’é­li­mi­na­tion phy­sique des Juifs, des homo­sexuels et des Tziganes.
    La France sou­tient l’Ukraine contre un régime de dic­ta­ture, qui veut impo­ser sa dic­ta­ture dans un pays libre recon­nu par l’ONU. Il ne me semble pas que ce soit condam­nable. On peut défendre la démo­cra­tie pour tout pays qui sou­haite notre aide.

    Répondre
    • On parle sur­tout de néo-nazis, un mou­ve­ment le Maïdan de 2014 qui était une coa­li­tion de néo-nazis appuyés par la CIA. Aujourd’hui ces com­bat­tants du régi­ment natio­na­liste ukrai­nien se nomme « Azov ».
      Ces mou­ve­ments d’extrême droite racistes qui ont conser­vé cer­tains emblèmes nazis – existent bel et bien en Ukraine.

    • @ Bernard Henou. Le Peuple Ukrainien n’est en rien nazi sauf une par­tie, par exemple le bataillon AZOF ou Secteur Droit qui reven­diquent ouver­te­ment Hitler et ses reliques pro­pa­gan­distes. Le gou­ver­ne­ment et Zelinsky par contre sou­tiennent le nazisme ouver­te­ment, ce qui n’est pas men­tion­né dans Nice Matin ou BFM WC. La France ne sou­tient pas l’Ukraine, elle par­ti­cipe à la guerre en envoyant nos sol­dats se faire tuer pour les inté­rêts de QUI ? Certainement pas des Français et de la France ! La véri­té arrive et beau­coup en seront cho­qués car man­ger du men­songe confor­miste n’est pas une chose qui ser­vi­ra l’a­ve­nir de notre pays occu­pé par les USA.

  5. Que dire de cet État, cer­tai­ne­ment le plus bel­li­queux au monde qui n’hé­site pas à mettre en dan­gers ses alliés pour détruire la sta­bi­li­té d’un autre pays dans le seul but de satis­faire ses propres inté­rêts ???
    Les ter­ri­fiantes menaces du géné­ral Mark Alexander Milley, chef d’état-major des USA, contre la Russie et à la Chine… C’était le 06/​10/​2016.
    Les USA menacent tous les pays qui menacent leurs alliés et s’opposent à leurs inté­rêts !
    « La volon­té stra­té­gique de notre nation, les États-Unis, est remise en cause et nos alliances sont tes­tées comme elles ne l’ont pas été depuis de très nom­breuses décen­nies. Mais je veux être clair ; je veux être sans ambi­guï­té. Je veux être clair avec ceux qui tentent de s’op­po­ser aux États-Unis. »
    https://fb.watch/cI8aumASVF/

    Répondre
    • C’est cette pour­ri­ture qui orga­nise la guerre pour arri­ver à ses fins : Le Nouvel Ordre Mondial
      Bas les masques - Schwab McKinsey

  6. Grâce à la fraude de l’é­lec­tion de Pinocchio et sur­tout à la traî­trise de Marine Le Pen, ces malades men­taux au Pouvoir nous emmènent vers le chaos. La répu­blique n’est qu’une inven­tion ban­caire orches­trée par Rothschild. Suivons le fric et nous aurons tout compris.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

 + cin­quante deux = cin­quante six