Poutine les a bien tous eus

par | 26 juin 2023 | 11 Commentaires 

La tra­gi-comé­die du Coup d’État fomen­té par Evgueni Prigojine, le « patron de Wagner », contre Vladimir Poutine, le « maître du Kremlin », a mon­tré à quel point la presse sub­ven­tion­née a per­du tout esprit critique.

Du jour au len­de­main, le « sul­fu­reux homme d’af­faires mil­liar­daire », à la tête d’une « milice pri­vée san­gui­naire », en grande par­tie « com­po­sée de repris de jus­tice », s’est trans­for­mé en allié de l’Occident car il allait nous délo­ger Poutine, la han­tise de l’OTAN. Aucune chan­cel­le­rie occi­den­tale n’a condam­né ce « Coup » mili­taire contre un homme d’État régu­liè­re­ment élu(1).

Le meneur de la rébellion met fin à l’avancée sur Moscou pour éviter un bain de sang.
La mutinerie du Groupe Wagner laisse Poutine à son niveau le plus faible

Poutine au bord du gouffre

Poutine humilié par la mutinerie

Les Wagner se rebellent et mettent Poutine en échec

Poutine poussé vers le précipice

la rébellion de Wagner montre la faiblesse de Poutine

Et bien sûr le relais local de la propagande anti-Poutine n’est pas en reste

L’OTAN et, dans sa suite, la presse soumise (aux subventions) ont pris leurs rêves pour des réalités

Pas un jour­na­liste ne s’est posé la ques­tion du manque total de sur­prise du mou­ve­ment des véhi­cules blin­dés de Wagner qui se voit comme le nez au milieu de la figure. Tous ces véhi­cules blin­dés ont besoin d’être réap­pro­vi­sion­nés très fré­quem­ment en car­bu­rant. Il n’é­tait pas pré­vu que ces chars arri­vassent à Moscou. Quand bien même, y fussent-ils arri­vés, que pèsent quelques mutins face à l’im­men­si­té de l’ar­mée russe ? Si « coup d’État » il y avait eu vrai­ment, celui-ci n’a­vait pas la moindre chance d’a­bou­tir.

C’est donc que ce « coup d’État » n’en est pas un

La meilleure ana­lyse que nous avons trou­vée nous vient d’un jour­na­liste… amé­ri­cain, Larry Johnson, qu’il publie sur son site A son of the American revo­lu­tion et qui a été tra­duit par Réseau International : La Russie rem­porte l’oscar du meilleur coup d’État, Prigojine rem­porte le prix du meilleur acteur. Nous vous invi­tons vive­ment à lire cet article en sui­vant ce lien. Vous com­pren­drez bien mieux cette opération.

Plus per­sonne n’é­voque le trans­fert de troupe mas­sif qui s’est dérou­lé pen­dant cet enfu­mage et qui posi­tionne doré­na­vant Wagner et l’ar­mée russe à 100 km de Kiev.

En Ukraine, comme en Libye ou en Irak, les Américains croyaient jouer les gros bras dans un saloon, comme dans les wes­terns. Poutine, lui, joue aux échecs et il a plu­sieurs coups d’avance.

John Wayne - Bagarre saloonImplacablement l’ar­mée russe lamine les forces occi­den­tales dans les plaines d’Ukraine. La contre-offen­sive tant annon­cée est un désastre pour les troupes ukrai­niennes envoyées de force à la bou­che­rie. Mais il faut envoyer plus d’armes encore ! clament les diri­geants occi­den­taux car cette guerre a un bon côté, c’est bon pour le busi­ness (lire La guerre en Ukraine ? Un bon inves­tis­se­ment du 13 octobre 2022). Le très sérieux maga­zine éco­no­mique alle­mand Handelsblatt titre :

Ce n’est pas une contre-offensive, c’est un crash-test sanglant

Crash test chars Leopard

Stop ou encore ?

Georges Gourdin

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

11 Commentaires 

  1. Personne ne détient la véri­té, per­sonne chère Chloe. Une chose est cer­taine, c’est que Wagner s’est posi­tion­né à 100 km de Kiev. Une chose est cer­taine, c’est que des héli­co­ptères et un avion de l’ar­mée russe ont été abat­tus. Une chose est cer­taine soit que Prirogine n’est pas arrê­té, jugé et fusillé pour haute tra­hi­son. Xavier Moreau vit en Russie et ses brillantes ana­lyses ne sont pas la parole de Dieu. Seul le temps nous éclai­re­ra.
    Pour conclure ce qui nous met­tra tous d’ac­cord c’est que l’OTAN prend une sacrée raclée qui est une excel­lente nou­velle mais qui affecte le porte-mon­­naie de tous les Français pour sou­te­nir des nazis. Le Bien écra­se­ra le Mal !

    Répondre
  2. Monsieur Gourdins est una­ni­me­ment féli­ci­té pour cet article qui reprend les élu­cu­bra­tions de Larry Johnson. Je l’i­ma­gine satis­fait. Dommage qu’il ait chan­gé de source et négli­gé l’a­na­lyse de Xavier Moreau (pour­tant fort admi­ré par lui) qui voit les choses tout à fait dif­fé­rem­ment. Pour cet incon­di­tion­nel pro-Russe, aucune manœuvre far­fe­lue de Poutine là-dedans mais un pétage de plombs de Prigojine qui voyait son biz­ness mis en dan­ger et a ten­té de le sau­ver. Suivi ni par l’o­pi­nion ni par des grandes figures du régime, il a jeté l’é­ponge et sa milice sera bien inté­grée à l’ar­mée russe comme pré­vu. Elle gar­de­ra le nom d’u­ni­té Wagner mais pas­se­ra sous com­man­de­ment de l’é­tat major russe. Après, cha­cun est libre de voir ce qu’il a envie de voir.

    Répondre
  3. Encore un excellent article de Nice Provence Info et notre ami Georges. Toutes les pré­ci­sions et lien sont un tra­vail ron­de­ment mené, encore bra­vo. Les cré­dules qui croient encore que les Russes sont des imbé­ciles n’ont qu’à bien se tenir.

    Répondre
  4. Superbe article ! Merci

    Répondre
  5. En effet tout cela est une pro­pa­gande comme les Russes savent le faire !
    L’avenir de l’Ukraine
    On assiste de nos jours à peu près au même scé­na­rio pour l’Ukraine que pour la guerre des Balkans, sinon du Kosovo. Il faut savoir que la plu­part des ex-répu­­bliques du bloc sovié­tique n’ont jamais décla­ré leurs propres fron­tières aux ins­tances inter­na­tio­nales. Dans un entre­tien avec le jour­na­liste suisse Darius Rochebin, l’am­bas­sa­deur de Chine en France, Lu Shaye, a décla­ré que les anciens pays sovié­tiques n’ont pas de sta­tut effec­tif en droit inter­na­tio­nal. En droit inter­na­tio­nal, même ces pays de l’ex-Union sovié­tique n’ont pas de sta­tut effec­tif parce qu’il n’existe pas d’ac­cord inter­na­tio­nal maté­ria­li­sant leur sta­tut de pays sou­ve­rain. Le diplo­mate nie l’existence même de pays comme l’Ukraine, la Lituanie, l’Estonie, le Kazakhstan, etc. Pour reve­nir au conflit Ukrainien, il faut remon­ter en 2008 la révo­lu­tion Orange, en 2014 aux accords de Minsk signés par la Russie et l’Ukraine, puis par la France et l’Allemagne pour veiller à l’exécution de ces accords qui avaient pour but de faire gagner du temps à l’Ukraine pour pré­pa­rer la guerre contre les com­mu­nau­tés russes du Donbass, de Louhansk, Zaporilla et Kherson avec l’appui de l’Otan, l’Europe et les USA. Le but est de pro­vo­quer ce conflit pour affai­blir éco­no­mi­que­ment et mili­tai­re­ment la Russie pour qu’ ensuite les Américains aient les mains libres pour s’occupent du cas chi­nois et Taïwan. Il y a aus­si celui de la conquête du Pôle Nord dont la Russie contrôle une grande par­tie géo­gra­phique mari­time. Apparemment les Russes s’étaient pré­pa­rés au piège des occi­den­taux et on connaît le résul­tat aujourd’hui sachant que le peuple Ukrainien a été sacri­fié pour ces enjeux géo­po­li­tiques. Les Russes ne par­donnent pas le non res­pect d’un docu­ment offi­ciel de 1991 sur le non élar­gis­se­ment de l’OTAN vers l’Est. En contre­par­tie la Russie don­nait son accord pour la réuni­fi­ca­tion de l’Allemagne, Pour conti­nuer je sais que ce que je vais dire ne va pas faire plai­sir à cer­tains visi­teurs ukrai­niens que je reçois mais on ne peut nier la véri­té his­to­riques des faits sinon de dénon­cer le men­songe dont ils sont vic­times de la part de leurs diri­geants soit disant des « héros » ! L’Ukraine devra bien­tôt payer pour l’armement que l’Europe lui « four­nit géné­reu­se­ment », et elle devra le faire pré­ci­sé­ment avec son ter­ri­toire, un para­dis pour les inves­tis­seurs tels que BlackRock et Vanguard Group.Le fleuve Dniepr consti­tue­rait ini­tia­le­ment une fron­tière natu­relle et cer­taines pro­vinces de l’extrême ouest devraient être res­ti­tuées à la Pologne, à la Roumanie et à la Hongrie, car elles ont été volées par Staline pen­dant la Seconde Guerre mon­diale. L’Occident n’a aucune inten­tion d’établir un jour une Ukraine libre et pros­père. La plu­part des Ukrainiens anti russes ont déjà été tués ou se sont exi­lés en Europe occi­den­tale. L’Ukraine res­tante, peut-être réduite à envi­ron un tiers de l’Ukraine sovié­tique com­mu­niste, et un contrôle indi­rect sera exer­cé par le fait que la future Ukraine sera encla­vée, cou­pée de la ville russe d’Odessa et de la côte sud de la mer Noire, ain­si que de l’est indus­triel qui a déjà été en grande par­tie libé­ré par la Russie. Aujourd’hui, la Russie libre offre à la Pologne la pos­si­bi­li­té de récu­pé­rer les pro­vinces qu’elle a per­dues au pro­fit de l’Ukraine sovié­tique sous Staline. Il s’agit de Volyn, Lviv, Ivano-Frankivsk, Ternopil et Rivne. Une fois que la Pologne aura décla­ré qu’elle veut les récu­pé­rer, la Roumanie et la Hongrie vou­dront récu­pé­rer leurs pro­vinces, res­pec­ti­ve­ment la Tchernivtsie, oppri­mée par Kiev (peut-être en échange du renon­ce­ment de la Roumanie à sou­te­nir la fausse reven­di­ca­tion de la Moldavie sur la Transdnestrie) et la Transcarpatie, oppri­mée par Kiev. Pas moins de sept pro­vinces occi­den­tales de l’Ukraine sovié­tique pour­raient dis­pa­raître et les injus­tices his­to­riques de Staline pour­raient être répa­rées. L’Ukraine est le cime­tière de tout l’armement occi­den­tal, et pré­ten­du­ment le meilleur !
    Bruno Leclercq, géo­po­li­tique Balkans-Caucase
    https://livre.fnac.com/a16929985/Bruno-Leclercq-La-banque-mondiale-de-l-esprit#omnsearchpos=1

    Répondre
  6. Il semble que ce « coup de poi­gnard dans le dos » serait dû à la mésen­tente entre l’é­tat-major russe et le diri­geant du groupe Wagner. Il ne serait pas éton­nant que des Chefs se dis­putent les stra­té­gies (voire « l’en­tente » entre les maré­chaux von Manstein et Guderian, ou Grouchy et Napoléon..), mais les déci­sions reviennent à Poutine et il trou­ve­ra cer­tai­ne­ment un com­pro­mis qui per­met­tra d’avancer.
    Il est mar­rant de voir les réac­tions occi­den­tales, comme Macron qui dit que cela pous­se­ra Poutine à négo­cier, mais il ne sait pas que Poutine réclame des négo­cia­tions depuis plus d’un an et deman­dait depuis des années que les accords de Minsk soient appli­qués, notre chef d’État devrait être une peu plus réa­liste et patriote que la marion­nette de Biden (moi, j’en serais humi­lié à sa place).

    Répondre
    • Je salue cet excellent article de Nice Provence Info et son rédac­teur par la jus­tesse et la neu­tra­li­té de l’analyse.
      En effet il ne faut pas rater de se féli­ci­ter qu’il y ait encore des médias indé­pen­dants.
      De plus, je ne peux que recom­man­der la lec­ture de Bruno leclercq qui nous offre une vision pro­fonde et future, dans la rigueur dans son com­men­taire.
      Je me per­mets une ana­lyse com­plé­men­taire qui ne fait qu’abonder.
      En effet, l’é­pi­sode Prigojine dont cer­tains ont déjà le culot de nom­mer « opé­ra­tion Walkyrie » et qui n’a rien à voir (les rac­cour­cis et syl­lo­gismes servent encore et tou­jours la cause idéo­lo­gique qui veut gérer notre pen­sée). Cette jour­née qua­li­fiée de folle par le Main Stream (qui n’a­vait de folle que leur atti­tude béa­te­ment (le A est peut-être de trop) aveugle, n’est à regar­der que par le point de vue d’un joueur d’é­checs che­vron­né que les acteurs sont, à n’en point dou­ter ! (l’ex URSS et son peuple qui a four­ni les meilleurs joueurs du monde à ça dans son ADN, n’en déplaise aux spé­cia­listes de la marelle que nous sommes).
      Chacun joue avec ses armes ! Les nôtres ne sont pas autres que celles de rêver atteindre le ciel à cloche-pied.
      Bref !
      L’épisode Prigojine me semble être un « coup » comme on dit aux échecs qui a 10 coups d’a­vance sur les pôvres benêts d’Occidentaux.
      Les faits :
      Poutine et Prigojine viennent du même endroit (ce qui a encore une valeur chez les Slaves).
      Ils se sont construits mutuel­le­ment depuis les années 90 et existent en « paire ».
      Poutine a, depuis le début de l’o­pé­ra­tion spé­ciale, des sou­cis avec ses géné­raux.
      Il a doré­na­vant une occa­sion unique de les virer sans assu­mer la res­pon­sa­bi­li­té et maî­tri­ser les consé­quences.
      Je ne serai pas éton­né de voir un proche de Prigojine accé­der au poste de conseiller ou même ministre de la Défense, CEMA ou autre poste clé lais­sant le champ libre à une réorien­ta­tion « spé­ciale » de l’opération.
      À ce titre il est inté­res­sant de rap­pe­ler que les bataillons nazis de Kiev font doré­na­vant par­tie de l’ar­mée régu­lière, conser­vant une totale auto­no­mie d’ac­tion (rap­pel : après échange de pri­son­niers à la chute de l’u­sine, les mêmes recons­ti­tuent leurs com­pa­gnies et retournent au char­bon pour Kiev).
      Ces 3 der­niers jours ont vu une forte acti­vi­té russe le long de la ligne de front en com­plé­ment de la résis­tance sans faille de leurs lignes de défense face à « la contre offen­sive » ukrai­no-ota­nienne ».
      Poutine a encore le peuple russe avec lui.
      Wagner ne ces­se­ra pas ses acti­vi­tés au pro­fit de la Russie, n’en déplaise aux « Bien Pensants ».
      Les pri­son­niers russes vont conti­nuer à ali­men­ter les troupes car lors­qu’on pro­met la rédemp­tion et que l’on connaît les pri­sons russes, la célèbre équa­tion des béné­fices /​risques, il n’y a pas pho­to.
      Il n’y que les Français pour croire que leurs pri­sons sont inhu­maines.
      Il y a mieux (je pré­fère au mot pire) ailleurs dans le domaine inhu­main !
      On pour­rait dérou­ler encore de nom­breux faits qui, dans 10 coups, nous révé­le­ront un détail de la stra­té­gie russe.
      En atten­dant, le feu est dans la mai­son et plu­tôt que de croire que ce qu’a déci­dé le gou­ver­ne­ment fan­toche de Macron (pas seule­ment pour l’Ukraine) récla­mer un réfé­ren­dum pour que le peuple se posi­tionne et assume si ses enfants sont envoyés à l’a­bat­toir dans une nou­velle Berezina.
      C’est fou comme l’Ukraine ne réus­sit pas à la France dans l’his­toire récente, comme plus lointaine…

      Répondre
  7. Tres bon article, j’ai meme eclate de rire sur cer­tains passages…

    Répondre
    • IDEM

      Répondre
  8. Larry Johnson se perd en sup­po­si­tions, sup­pu­ta­tions, hypo­thèses far­fe­lues. Aucun élé­ment concret dans ses diva­ga­tions. Il a une ima­gi­na­tion débor­dante mais ne fait que de la stra­­té­­gie-fic­­tion à deux balles.
    Attendons de voir ce qui va se pas­ser les jours pro­chains pour applaudir.

    Répondre
    • Qui parle d’ap­plau­dir, cet article démontre juste que la stra­té­gie russe existe bel et bien, que l’on soit pour ou contre, de l’un ou l’autre, ou même d’au­cun, il faut recon­naitre que c’est bien orchestré.

      Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *