6 juin 1944 – 6 juin 2024 :
la fabrique du mensonge

par | 6 juin 2024 | 8 Commentaires 

Qu’il nous soit per­mis de rap­pe­ler que le Général de Gaulle, acteur de pre­mier plan de la Seconde Guerre mon­diale, n’a jamais vou­lu par­ti­ci­per à l’une quel­conque des com­mé­mo­ra­tions du débar­que­ment de Normandie par les Anglo-Saxons du 6 juin 1944, que ce fût son 5e, son 10e, son 15e ou son 20e anniversaire.

En 1964, en pré­pa­ra­tion du 20e anni­ver­saire, de Gaulle est pré­sident de la République et béné­fi­cie d’une incons­tes­table renom­mée mon­diale. Son Premier ministre, Georges Pompidou(1), l’homme de Rothschild de l’é­poque, manœuvre pour que de Gaulle change d’a­vis. En vain. Il dira à Alain Peyrefitte : « Le débar­que­ment du 6 juin, ç’a été l’af­faire des Anglo-Saxons, d’où la France a été exclue. Ils étaient bien déci­dés à s’ins­tal­ler en France comme en ter­ri­toire enne­mi. Vous vou­driez que j’aille com­mé­mo­rer leur débar­que­ment, alors qu’il était le pré­lude à une seconde occu­pa­tion du pays ? Non, non, ne comp­tez pas sur moi. » De Gaulle dira aus­si : « Vous croyez que les Américains et les Anglais ont débar­qué en Normandie pour nous faire plai­sir ? »

Jean-Charles Foucrier - Stratégie destruction Bombardements alliés France 1944

Il est vrai que les Américains ont copieu­se­ment bom­bar­dé la France, appli­quant une stra­té­gie de des­truc­tion. Pourquoi ?
Les his­to­riens dénombrent envi­ron 60 000 morts sous les bombes américaines.

Un car­nage inutile et oublié, selon l’historien Stephen A. Bourque, auteur d’Au-delà des plages : La guerre des Alliés contre la France et pro­fes­seur émé­rite à la School of Advanced Military Studies de Fort Leavenworth, au Kansas.

Les his­to­riens rap­portent éga­le­ment des viols de mil­liers de Françaises par les GI’s amé­ri­cains. Dégâts col­la­té­raux, probablement.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mon­diale, ce nar­ra­tif est asséné :

« les gentils Américains se sont sacrifiés pour libérer la France du joug nazi ».

À ce titre nous devons leur vouer une éter­nelle recon­nais­sance. C’est bien sûr ce que fait Macron, l’homme de paille des Américains. Mais lui ajoute aujourd’­hui 6 juin 2024, pour ce 80e anni­ver­saire du débar­que­ment de Normandie, sa touche par­ti­cu­lière : il invite ses amis d’Ukraine, sym­pa­thi­sants nazis.

Ceci nous inter­pelle dou­ble­ment :
• à quel titre les Ukrainiens sont-ils invi­tés à cette céré­mo­nie ? alors que les Russes, prin­ci­paux arti­sans de la défaite des troupes nazies, n’y sont pas même invi­tés.
et En Même Temps,
• les des­cen­dants des nazis ukrai­niens se trouvent à pré­sent, avec Macron, du côté des « vain­queurs des nazis » autoproclamés !

Nous sommes là face à une mani­pu­la­tion gro­tesque, dont notre pays se fait l’ac­teur central.

Macron - de Gaulle

Il est vrai que l’Armée fran­çaise entraîne sur notre ter­ri­toire des sol­dats ukrai­niens qui affichent osten­si­ble­ment leur sym­pa­thie nau­séa­bonde(2). Le ministre de la Défense ne s’en offusque même pas, allé­guant que ce n’est pas lui qui choi­sit les sol­dats ukrai­niens qui viennent en for­ma­tion en France.

Plus le men­songe est gros, mieux il passe, ensei­gnait Joseph Goebbels.

Nos diri­geants actuels sont à bonne école.

P.S.: N’oublions pas non plus l’o­va­tion una­nime du par­le­ment cana­dien au nazi notoire Jaroslav Hunka, ancien SS ukrai­nien sur­vi­vant de la Division Galicie, char­gée des mas­sacres de juifs et de Polonais en Ukraine, lors de la visite de Volodymyr Zelensky(3).

Accueil triom­phal pour Jaroslav Hunka au par­le­ment d’Ottawa le 22 sep­tembre 2023

Macron a‑t-il pré­vu un accueil iden­tique pour le pré­sident ukrai­nien à l’Assemblée Nationale afin de faire bonne figure ? Qui va-t-il nous sor­tir de der­rière les fagots ?

Les articles du même auteur

Georges Gourdin

Satan est déjà dans la place, mais c’est de Gaulle qui est allé le chercher.

Q

Lire dans nos colonnes : La gou­ver­nance par l’inversion accu­sa­toire du 29 sep­tembre 2023

Q

8 Commentaires 

  1. Du tra­ves­tis­se­ment consi­dé­ré comme des beaux arts..

    Répondre
  2. Le Général deGaulle a tou­jours eu rai­son, beau­coup ne s’en aper­çoivent que main­te­nant !
    Quel Homme excep­tion­nel, nous en aurions tel­le­ment besoin maintenant !

    Répondre
  3. Des ukrai­niens pro-ban­­de­­ra (sans majus­cule) ont par­ti­ci­pé aux mas­sacres de Tulle, Brive-la-Gaillarde, et à la répres­sion du Vercors (juillet 44) . Et on invite « ça » à fêter « le 6 juin » ? « Ça » qui passe son temps à se plaindre, à nous récla­mer « des sous » (n” oublions pas les « bal­tous » eux aus­si pro-nazis), qui nous insulte sans la moindre réac­tion de la classe poli­tique Française . Et nous n’in­vi­tons pas les Russes qui, eux, ont fait le plus gros « du tra­vail » face aux nazis. La honte absolue !

    Faites pas­ser ces gros détails auprès de vos entourages !

    Répondre
  4. Le gamin à la tête de l’État est très mau­vais en Histoire, ne connaît rien au sujet de la Résistance, et ose par­ler des Maquisards devant un néo-nazi qui ne cache pas ses pré­fé­rences, ni ses exi­gences ! J’ai honte d’ap­par­te­nir à cette Europe qui res­semble de plus en plus au IVe Reich qu’Hitler pré­voyait dans son Bunker, un peu avant l’ir­rup­tion des Russes dans celui-ci. Nazilensky com­pare Poutine à Hitler, mais Nazilensky agit comme Hitler : plus d’é­lec­tions démo­cra­tiques, pré­si­dence dic­ta­to­riale à vie, mal­gré la fin de son man­dat démo­cra­tique depuis des semaines (ou des mois), et c’est cet indi­vi­du que notre pré­sident ose aider ! Que notre assem­blée acclame ! L’Europe devient dic­ta­to­riale, devient un IVe Reich sans avoir ver­sé une goutte de sang et sou­tient un néo-nazi, qui, lui, fait ver­ser beau­coup le sang de ses citoyens. N’y‑a-t-il pas de réac­tion popu­laire à ces faits odieux ? Macron, au sujet de la Nouvelle Europe de 2024, parle exac­te­ment comme Pierre Laval, au sujet de la Nouvelle Europe de 1940.

    Fils et neveu de Résistantes Niçoises, j’ai honte de ce que devient la France !

    Répondre
  5. Remarque inté­res­sante !
    Mais les pro­phé­ties de Daniel 4:10–16 (l’arbre) + Luc 21:24. De 607 av JC à 1914 = 2520 ans « d’in­ter­rup­tion du règne de Dieu sur l’humanité ».
    1914, intro­ni­sa­tion du Roi (Christ) et « enchaî­ne­ment » du Diable auprès de la terre… D’où la grande pagaille actuelle que ne peuvent redres­ser, voire aggravent, les diri­geants poli­tiques actuels.
    Plus de détails si besoin sur réponse… CQFD !

    Répondre
  6. Le diable n’a­vance que dans les ténèbres, dans le noir. La lumière l’anéantit.
    Il a donc fait croire qu’il avait per­du la IIe Guerre Mondiale pour mieux avan­cer mas­qué.
    De fait il a noyau­té toutes les struc­tures inter­na­tio­nales pour domi­ner le monde : OTAN, Europe notam­ment.
    À pré­sent, sûr de lui et de sa domi­na­tion, enva­hi par l’hu­bris, il se dévoile. Et c’est ce qui le perdra.

    Répondre
  7. 6 juin 1944 : 669 (deux 6 et le troi­sième à l’en­vers : 9 (1944 : somme des chiffres) : Débarquement de Satan

    Répondre
    • Remarque inté­res­sante !
      Mais les pro­phé­ties de Daniel 4:10–16 (l’arbre) + Luc 21:24. De 607 av. JC à 1914 = 2520 ans « d’in­ter­rup­tion du règne de Dieu sur l’hu­ma­ni­té ». 1914, intro­ni­sa­tion du Roi (Christ) et « enchai­ne­ment » du Diable auprès de la terre… D’où la grande pagaille actuelle que ne peuvent redres­ser, voire aggravent, les diri­geants poli­tiques actuels. Plus de détails si besoin sur réponse… CQFD !

      Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

Je sou­haite être notifié(e) par mes­sa­ge­rie des nou­veaux com­men­taires publiés sur cet article.