Ce « wokisme » qui nous submerge : attention, danger !

30 sep­tembre 2021 | 2 Commentaires 

Le wokisme se reven­dique de la culture « woke » ; ce der­nier terme étant la forme au pas­sé du verbe « wake » (réveiller). Une per­sonne « woke » se défi­nit comme étant consciente de toutes les injus­tices et toutes les formes d’inégalités et oppres­sions qui pèsent sur les mino­ri­tés, du racisme au sexisme… En pas­sant désor­mais par les agres­sions envi­ron­ne­men­tales… Tout fait ventre ! Le phé­no­mène est appa­ru dans les années 2010, aux États Unis et a, bien évi­dem­ment, tra­ver­sé l’Atlantique pour faire flo­rès chez nous. « Privilège blanc » et « racisme sys­té­mique » sont par­mi les concepts les plus à la mode dans l’argu­men­taire woke.

Ce mouvement n’a rien d’anodin

Il dis­si­mule en réa­li­té un pro­jet d’effacement de nos cultures et, à terme, de nos peuples car la « chasse au Blanc » est désor­mais ouver­te­ment revendiquée.

Privilège blanc - Georges Guiscard

Cliquer sur l’i­mage pour com­man­der en ligne

« Pour le com­prendre, il faut se plon­ger dans cette pen­sée “déco­lo­niale” » explique Georges Guiscard, étu­diant en sciences poli­tiques et audi­teur de l’Institut Iliade, qui vient de publier « Le pri­vi­lège blanc » (La Nouvelle librai­rie) un livre qui s’attelle à décryp­ter le phé­no­mène. Outre de mul­tiples contre-véri­tés, nous dit le résu­mé, ce qui est démas­qué, c’est une idéo­lo­gie de nature « reli­gieuse » : « Le “wokisme”, ses pro­phètes, ses mar­tyrs (saint George Floyd), ses dogmes, ses excom­mu­ni­ca­tions. Une idéo­lo­gie pleine de res­sen­ti­ment qu’appuie, pour diverses rai­sons, une par­tie crois­sante de l’élite occi­den­tale. »

Il faut savoir que le « pri­vi­lège de la peau blanche » est un concept déjà uti­li­sé en 1975 par le mili­tant com­mu­niste amé­ri­cain Theodore W. Allen qui situe l’origine du mal dans les plan­ta­tions des colo­nies amé­ri­caines où les Européens se seraient livrés à la hié­rar­chi­sa­tion des races et l’infériorisation de cer­tains peuples. Le pri­vi­lège blanc serait donc l’expression de ce racisme fon­da­teur deve­nu « struc­tu­rel » ou « sys­té­mique » et qui engen­dre­rait des dis­cri­mi­na­tions quo­ti­diennes. Par exemple, la cou­leur des pan­se­ments serait dis­cri­mi­nante dans la mesure où elle rap­pel­le­rait aux Africains que leur cou­leur de peau n’est pas dans les canons de la « norme blanche ». Ça ne s’invente pas.

Il serait imprudent de sous-estimer l’importance du phénomène woke

Ce mou­ve­ment porte en lui de grands périls. En effet si les Blancs sont res­pon­sables de tout, la solu­tion logique devient l’abolition de la blan­chi­té, c’est-à-dire de la civi­li­sa­tion occi­den­tale voire de la « race blanche » comme a pu l’affirmer l’historien com­mu­niste Noel Ignatiev. La colo­ni­sa­tion et l’esclavage auraient lais­sé tant de plaies qu’il serait impos­sible aux Africains de s’en remettre. Christiane Taubira l’a ouver­te­ment écrit : « Nulle répa­ra­tion maté­rielle n’effacera un crime si grand que l’esclavage ou la colo­ni­sa­tion. » En d’autres termes, le crime est inef­fa­çable et la vic­time est éter­nelle. Les Blancs sont ain­si condam­nés à ne jamais pou­voir se laver de ce pêché ori­gi­nel fan­tas­mé. Une théo­rie qui pro­cède de la vic­ti­mi­sa­tion, de la haine et de la culture de l’excuse. L’Histoire a mon­tré que ce type de rhé­to­rique per­ni­cieuse est à l’origine de nom­breux mas­sacres – ceux des révo­lu­tions fran­çaise et bol­ché­vique notam­ment – car tout est per­mis au nom de la lutte contre les pri­vi­lèges illé­gi­times et contre le racisme. Or, l’idéologie woke ne cherche pas la jus­tice mais la puni­tion ce qui amène à redou­ter les pires déve­lop­pe­ments. D’aucuns, à l’instar de Guiscard, parlent déjà de « cli­mat pré-géno­ci­daire ».

Ainsi, plus les Blancs accep­te­ront le dis­cours woke, plus ils seront débi­teurs. Car, à l’inverse des autres com­mu­nau­tés, les Européens ne se per­çoivent pas comme un groupe et ne réagissent pas (excep­té le Groupe de Visegràd). Pire, ils sont enclins à se sen­tir fien­teux et à s’auto-censurer cruel­le­ment, quand ils ne s’engagent pas eux-mêmes dans la pro­mo­tion du wokisme. C’est fla­grant dans le milieu de la consom­ma­tion où les marques jouent de plus en plus sur ces codes woke pro-diver­si­té et anti-Blancs. C’est L’Oréal, par exemple, qui annonce reti­rer de ses pro­duits et de sa com­mu­ni­ca­tion des mots tels que « blanc », « blan­chis­sant » et « éclair­cis­sant », au plus fort de la crise « Black Lives Matter » ! Il faut dire que les com­mis­saires poli­tiques, en nombre crois­sant, sont par­tout qui traquent sans répit toute forme de blan­chi­té ou de bina­ri­té du genre. Toute la socié­té marche désor­mais sur des œufs.

Tôt ou tard, il y aura de la casse

Les grandes villes amé­ri­caines sont d’ores et déjà ron­gées jusqu’à l’os par le wokisme et l’idée de mettre fin au pri­vi­lège blanc. Nous avons donc toutes les rai­sons d’être inquiets depuis que ce mou­ve­ment a été impor­té en France, ali­men­té par l’affaire Adama Traoré. Car depuis, le pri­vi­lège blanc ne cesse d’être évo­qué par des per­son­na­li­tés en vue, nos « pipoles » Bien-Pensants en pre­mière ligne. Ce fut d’abord la roman­cière Virginie Despentes, en juin 2020, puis Emmanuel Macron, l’ethnomasochiste en chef, dans une inter­view à L’Express. La dif­fu­sion de ces idées est donc ful­gu­rante. Aujourd’hui, ces déco­lo­niaux et autres mili­tants anti-Blancs poussent l’avantage jusqu’à pré­tendre que les Européens n’ont plus le droit d’être eux-mêmes sur leur terre ! La volon­té d’expropriation et de conquête de la terre ances­trale des Blancs est indé­niable. Nonobstant, les élites fran­çaises sont atteintes d’ethnoculpabilité patho­lo­gique. Davantage par cal­cul poli­tique, d’ailleurs – dra­guer les mino­ri­tés pour les uns, don­ner des gages à la gauche pour les autres –, que par convic­tion. Elles y sont pous­sées par le cler­gé pro­gres­siste (médias domi­nants, asso­cia­tifs gau­chistes, uni­ver­si­tés) qui veut détruire notre civi­li­sa­tion de l’intérieur, en France et par­tout en Occident.

Par effet d’aubaine, cette lutte des races s’est doublée d’une lutte des sexes et des sexualités

Black Live Matters - LGBT - George Floyd

Convergence expli­cite entre LGBT et anti-racisme [source The Washington Post]

Toujours au nom du com­bat contre les struc­tures d’oppression, bien sûr, en l’occurrence l’hété­ro-patriar­cat. Ainsi, l’emblème de l’Occident est-il deve­nu en quelques mois le dra­peau arc-en-ciel frap­pé du faciès pati­bu­laire de George Floyd !

Il ne faut donc sur­tout pas regar­der le phé­no­mène woke d’un air déta­ché ou amu­sé. Bien au contraire. Face à cette offen­sive dont ils sont la cible, les Européens se doivent de réagir et de réaf­fir­mer avec fier­té leur héri­tage. À cet égard, cer­tains médias, pour­tant très par­tie pre­nante dans la lutte contre les inéga­li­tés d’ordre patri­mo­nial, éco­no­mique et social, semblent recou­vrer un soup­çon de luci­di­té. Le jour­nal Le Monde, par exemple, nous met­tait en garde, en juin 2020, par la voix de Corinne Narassiguin, secré­taire natio­nale à la coor­di­na­tion du Parti Socialiste – qui l’eût cru ? – : « Dans le contexte fran­çais, par­ler d’abolir le pri­vi­lège blanc, c’est don­ner à croire que la lutte anti­ra­ciste serait un com­bat contre le sta­tut de Blanc. Si ça n’était qu’inepte, ça ne méri­te­rait pas une tri­bune. Mais c’est bien plus que cela, c’est grave et dan­ge­reux. »

Par consé­quent, nous devons de toutes nos forces refu­ser la vul­gate « anti­ra­ciste » géné­ra­le­ment che­val de Troie des « anti-Blancs » (et trans). Il est impé­ra­tif de nous réveiller à notre tour et de conscien­ti­ser que les reven­di­ca­tions des anti­ra­cistes sont infon­dées, que leur logique est spé­cieuse et que leur rhé­to­rique est dan­ge­reuse. Georges Guiscard pré­vient : « Le “pri­vi­lège blanc” qu’ils veulent détruire est notre civi­li­sa­tion, le patri­moine que nous ont lais­sé nos aïeux. La race blanche qu’ils veulent abo­lir, c’est nous, c’est notre exis­tence-même… Défendez-vous ! »

Il n’y a rien à rajouter.

Charles ANDRÉ

« L’important n’est pas de convaincre mais de don­ner à réflé­chir. »​

2 Commentaires 

  1. Qq un m’a balan­cé ça par mes­sa­ge­rie.
    (Je crois que je devrais creu­ser la question…)

    « Le plus grand géno­cide de l’his­toire de l’Humanité se passe actuel­le­ment et beau­coup de gens le savent.
    Le plan Kalergi a été mis en œuvre pour éra­di­quer len­te­ment la race blanche en éli­mi­nant les blancs et l Occident par le mul­ti­cul­tu­ra­lisme et l’im­mi­gra­tion de masse.
    Vous ne savez pas pour­quoi les pays blancs ne peuvent pas avoir une seule nation blanche ? Mais toutes les autres races et nations le peuvent ?
    Maintenant, tu sais.
    Pourquoi Trump, nos diri­geants élus ou les médias dans leur ensemble ne parlent-ils pas au monde du Plan Kalergi ? Et sur­tout, qui est der­rière ? Vous devez savoir qui est votre enne­mi.
    Et pour­quoi ils veulent que nous quit­tions cette terre
    . »

    Répondre
  2. Cette puan­teur idéo­lo­giste (qui de sur­croît nous vient des EU) est à com­battre sans quar­tier. La culture de la repen­tance, du par­don, du rem­pla­cisme, de la sup­pres­sion, de la néga­tion n’est ni plus ni moins que du néga­tion­nisme his­to­rique en trans­for­mant des réa­li­tés d’une époque en crimes dont on aurait à se laver des années, des décen­nies, des siècles plus tard. LA CULTURE EUROPÉENNE EST RICHE, HISTORIQUE, ALTRUISTE, INNOVANTE, PUISSANTE, INCONTOURNABLE PARCE QUE INDESTRUCTIBLE.

    Répondre

Envoyer le commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

87 − 86 =